Arab Barometer : en avril, la moitié des Marocains se disaient satisfaits du système de santé

Les sondages de l’Arab Barometer effectués auprès de la population marocaine révèlent, notamment, qu’une grande partie des citoyens marocains, sont satisfaits de la réponse apportée par le gouvernement à la pandémie de Covid-19.

Arab Barometer : en avril, la moitié des Marocains se disaient satisfaits du système de santé

Le 31 octobre 2021 à 11h01

Modifié 1 novembre 2021 à 8h53

Les sondages de l’Arab Barometer effectués auprès de la population marocaine révèlent, notamment, qu’une grande partie des citoyens marocains, sont satisfaits de la réponse apportée par le gouvernement à la pandémie de Covid-19.

Arab Barometer est un réseau de recherche, non partisan, qui donne un aperçu des attitudes et des valeurs sociales, politiques et économiques des citoyens issus du monde arabe. L’objectif est de mener des sondages d’opinion représentatifs, au niveau national sur des échantillons de populations adultes du monde arabe, depuis 2006 et dans 15 pays.

Voici les principaux éléments qui ressortent de ce rapport :

Sur la pandémie de Covid-19 : Une écrasante majorité de citoyens marocains sont satisfaits de la réponse apportée par le gouvernement à la pandémie de Covid-19. Ainsi, au début de la pandémie, 75% des citoyens ont déclaré que la réponse de leur gouvernement avait été bonne ou très bonne. Alors que le pays luttait contre la deuxième vague, les niveaux de satisfaction sont restés, relativement, inchangés à 73%, mais ont augmenté à 86% dans l’enquête de mars-avril 2021.

Sur la réticence à la vaccination : Les citoyens marocains sont les plus disposés à recevoir le vaccin parmi les citoyens des sept pays de la région MENA sondés. Alors que le pays poursuit son déploiement de la campagne de vaccination, une grande majorité de la population est en effet réceptive au vaccin. En effet, 77% des Marocains se disent disposés, voire très disposés, à recevoir les doses, notamment les femmes (82% contre 71% pour les hommes). La différence d’acceptation du vaccin selon l’âge est, également notable : plus de huit citoyens marocains sur dix de moins de 60 ans ont déclaré qu’ils étaient disposés à recevoir le vaccin, contre 48% chez les plus de 60 ans.

Sur l’économie : Les citoyens marocains ont une vision positive de leur situation économique, malgré les effets de la pandémie. Au printemps 2021, une large majorité d’entre eux ont déclaré que la situation économique actuelle du pays était bonne, voire très bonne (63 %), ce qui représente une légère augmentation par rapport aux 57% recensés en octobre 2020, alors que le pays était en proie à une deuxième vague.

En mars 2021, seulement un tiers des citoyens a déclaré, que la conjoncture économique était le défi, le plus important, auquel le pays est confronté. L’une des raisons de cet optimisme réside, peut-être, dans le fait que près de la moitié des personnes interrogées au Maroc (49%) ont déclaré avoir reçu une forme d’aide d’urgence, plus que dans tout autre pays interrogé, dans le cadre de cette étude. En conséquence, les deux tiers des Marocains interrogés, au printemps 2021, se disent confiants dans la capacité de l’économie marocaine à s’améliorer dans les années à venir.

Sur les services publics : Plus d’un an après le début de la pandémie, environ la moitié (52%) des Marocains se disaient satisfaits ou entièrement satisfaits du système national de santé. En comparaison, un peu moins de la moitié (45%) se disaient satisfaits de leur système éducatif national.

Sur le genre : La pandémie de Covid-19 a exacerbé les violences basées sur le genre (VBG). Pendant la deuxième vague, entre juillet et octobre 2020, près de la moitié des Marocaines (47%) ont déclaré que la violence basée sur le genre avait augmenté, pendant la pandémie, contre 35% pour les hommes. Cependant, le pourcentage est tombé à 25% des femmes affirmant que les VBG avaient augmenté, pendant la pandémie au printemps 2021, contre 24% chez les hommes.

Le rapport note que « des barrières structurelles entravent l’intégration des femmes marocaines à la main d’œuvre du pays, plus que les barrières culturelles. Un pourcentage écrasant de femmes disent que le manque d’options de garde d’enfants et les bas salaires sont les principales barrières, à l’entrée sur le marché du travail (72% et 69% respectivement), tandis que 66% déclarent que le manque d’options de transport les empêche de rejoindre le marché du travail ».

Sur les libertés : Alors que la pandémie faisait rage, le Maroc a déployé plusieurs dispositifs d’application de la loi, y compris le volet militaire, pour appliquer les restrictions liées à la pandémie. « En conséquence, poursuit le rapport, des manifestations ont été interdites ou violemment réprimées. Cela pourrait expliquer les neuf points en moins, en termes de perception de la liberté d’expression et de la liberté de la presse d’octobre 2020 à mars 2021. Les perceptions relatives à la liberté de participer à des manifestations pacifiques entre octobre 2020 (-69%) et mars 2021 (-55%) ont également baissé. »

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SNEP : INDICATEURS TRIMESTRIELS AU 30 SEPTEMBRE 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.