Relance économique : ce que promet le gouvernement à court et à long terme

Stimuler le pouvoir d'achat, soutenir les entreprises, financer la recherche et l'innovation ou encore promouvoir le made in Morocco... Entre mesures d'urgence et projets à long terme, voici ce que prévoit le nouveau gouvernement pour relancer l'économie nationale.

Relance économique : ce que promet le gouvernement à court et à long terme

Le 16 octobre 2021 à 10h09

Modifié 16 octobre 2021 à 10h10

Stimuler le pouvoir d'achat, soutenir les entreprises, financer la recherche et l'innovation ou encore promouvoir le made in Morocco... Entre mesures d'urgence et projets à long terme, voici ce que prévoit le nouveau gouvernement pour relancer l'économie nationale.

Le gouvernement Akhannouch prévoit dans son programme, de mettre en place une politique nationale de transformation économique qui repose sur trois principes :

– faire de l’emploi l’axe principal de toutes les politiques publiques dans le domaine économique ;

– renforcer la souveraineté nationale en matière de produits et services stratégiques ;

– promouvoir le « made in Morocco » au Maroc et ailleurs, et le protéger de la concurrence déloyale.

Pour ce faire, le nouveau gouvernement prévoit la mise en place de mesures urgentes d’une part, et de programmes qui tablent sur le long terme d’autre part.

Des actions concrètes dès 2022 

Dans son programme, le gouvernement s’engage à mettre en place « une série d’actions concrètes » et de « mesures d’urgence » pour relancer l’économie à la suite de la crise Covid-19.

Il s’agit de :

généraliser les indemnités familiales en faisant bénéficier les personnes âgées du programme « Karama ». Le but étant de booster le pouvoir d’achat des citoyens et, ainsi, de relancer l’économie nationale ;

accompagner les exclus du marché du travail à travers des programmes innovants, et ce, pendant deux années à partir de 2022 ;

– lancer le programme des petits et grands chantiers, dans le cadre de contrats à durée déterminée, au niveau des collectivités territoriales, en partenariat avec des associations de la société civile et des coopératives, sans conditions de compétences. Ce programme va permettre de créer au moins, 250.000 opportunités d’emplois directs en deux ans.

– présenter le programme « Forsa » à partir de 2022 pour soutenir les initiatives individuelles des jeunes. Un programme qui va financer des projets de divers domaines (associatif, environnemental, culturel, sportif, etc.), sans conditions préalables. « Seuls le projet et l’engagement de son porteur seront pris en compte », lit-on dans le programme gouvernemental.

L’accompagnement proposé dans le cadre du programme « Forsa » consiste en des formations et orientations pour « structurer le projet et le développer de la partie conception à la partie réalisation », et ce, grâce à des crédits d’honneur pouvant atteindre 100.000 DH, remboursables en dix années au maximum.

Soutien aux entrepreneurs 

Le gouvernement Akhannouch promet également la mise en place de mesures visant à soutenir et à financer l’activité entrepreneuriale et artisanale. Il compte notamment :

– donner un nouveau souffle au programme « Intelaka » pour garantir sa durabilité ;

– prioriser les TPME dans le cadre des marchés publics en accordant 30% de ces marchés aux TMPE, coopératives et auto-entrepreneurs, « quand leurs offres sont équivalentes à celles des concurrents » ;

– exécuter le programme royal pour relancer l’économie nationale à travers le Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

Le nouveau gouvernement prévoit également de :

– réformer le cadre légal et réglementaire de l’économie nationale ;

– encourager la compétitivité et l’innovation des entreprises via la mise en place d’un cadre favorable à l’émergence de jeunes entreprises innovantes. « Le rapport du Nouveau Modèle de développement constitue une feuille de route détaillée pour réaliser cette ambition », note le gouvernement dans son programme.

Afin de la mettre en œuvre, l’exécutif prévoit de renforcer le financement de la recherche et de l’innovation à travers :

– la mise en place d’incitations fiscales à l’investissement dans la recherche de manière générale ;

– la création d’un cadre réglementaire et fiscal pour soutenir les jeunes entreprises et poursuivre le projet « jeune entreprise innovante ».

Révision du code du travail 

Concernant la politique de l’emploi que le nouveau gouvernement compte « renouveler », il prévoit :

– la révision du Code du travail ;

– l’évaluation des politiques et programmes d’emploi ;

– la production de données fiables sur le marché de l’emploi ;

– la création d’espaces d’emploi pour les jeunes, dans le cadre de leur intégration professionnelle.

Des chantiers qui seront contrôlés par l’Autorité nationale de relance de l’emploi et des compétences.

Production locale : création de plus de 100.000 opportunités d’emploi

Pour encourager la production nationale et promouvoir le « made in Morocco », le nouvel exécutif prévoit de :

– réduire la dépendance en matière d’importations, en suivant une « politique ambitieuse » visant à remplacer les importations par une production locale qui vaut 34 milliards de dirhams d’importations, avec la possibilité de créer plus de 100.000 opportunités d’emploi ;

– recourir à la préférence nationale « à chaque fois que cela sera possible ».

Création d’emplois : miser sur l’agriculture et l’industrie 

Le nouveau gouvernement prévoit également, dans son programme, la mise en place de politiques sectorielles ambitieuses pour créer des « opportunités d’emplois dignes et productives ». C’est le cas dans le domaine de l’agriculture, où le gouvernement Akhannouch prévoit de :

– mettre en œuvre la stratégie « Génération green » qui ambitionne d’intégrer dans la classe moyenne entre 350.000 et 400.000 familles d’agriculteurs. Une stratégie qui, selon le programme gouvernemental, va « stabiliser les revenus de 690.000 familles », en plus de « faire émerger une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs-agriculteurs » ;

– réduire l’écart de revenus dans le secteur ;

– généraliser l’assurance agricole pour 2,5 million d’hectares.

Autant de mesures qui concernent 3 millions d’agriculteurs et leurs familles. Et qui visent la création de 350.000 emplois directs dans le monde rural, en garantissant les conditions de travail et la protection sociale qui « assurent la dignité ».

Dans le domaine industriel, le nouveau gouvernement fixe deux priorités :

– la durabilité du tissu industriel producteur, grâce au plan de relance économique et à la mise en place d’une stratégie pour remplacer les importations par la production locale ;

– la transformation vers l’industrie bas carbone.

Le nouveau gouvernement s’engage également à créer 400.000 opportunités d’emplois entre 2022 et 2026, à travers la mise en avant des métiers de l’industrie reposant sur le capital-investissement, « qui demande plus de compétences techniques et apporte également de nouvelles opportunités à l’industrie lourde qui, elle, repose sur l’investissement dans la main d’œuvre ».

Des femmes plus actives 

Pour libérer l’activité économique des femmes, le nouveau gouvernement prévoit :

– la mise en place d’un plan qui prend en compte la diversité des situations familiales et individuelles, pour chaque tranche d’âge ;

– un soutien aux femmes en recherche de formations, de travail et de moyens pour développer leurs projets ;

– la possibilité pour des milliers de femmes de bénéficier d’un soutien dans le cadre du programme « Forsa », et ce, pour développer leurs projets associatifs ou professionnels ;

– la généralisation progressive, à partir de 2022, du rôle de la crèche pour accueillir les enfants de moins de 4 ans ;

– la création de milliers d’emplois dans les prochaines années dans le domaine de l’aide aux personnes âgées.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CTM : Communiqué Financier T1 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.