Ramadan : Une carte bancaire prépayée pour préserver la dignité des familles précaires

La Fondation Ataa Charity va distribuer des cartes bancaires prépayées destinées à des familles en situation de précarité, au lieu de leur fournir des denrées alimentaires. Elle prévoit de distribuer, par le biais d’associations locales, 1.000 cartes pour 1.000 familles d’ici le début du Ramadan.

Ramadan : Une carte bancaire prépayée pour préserver la dignité des familles précaires

Le 9 avril 2021 à 15h16

Modifié 11 avril 2021 à 2h51

La Fondation Ataa Charity va distribuer des cartes bancaires prépayées destinées à des familles en situation de précarité, au lieu de leur fournir des denrées alimentaires. Elle prévoit de distribuer, par le biais d’associations locales, 1.000 cartes pour 1.000 familles d’ici le début du Ramadan.

La Fondation Ataa Charity s’apprête à lancer une campagne de solidarité pour le mois de Ramadan, et au-delà. Le concept, totalement nouveau au Maroc, est simple : délivrer à des familles en situation de précarité, non pas des paniers repas, mais des cartes bancaires rechargées à hauteur de 700 dirhams pour leur permettre d’acheter elles-mêmes leurs denrées alimentaires.

L’objectif, comme le concept, est simple : redonner à ces personnes leur dignité. C’est ce qu’explique Ali Bendahbia, membre du comité exécutif de la fondation, joint par Médias24 : « Le problème avec les paniers alimentaires, c’est que ce genre d’approche ne respecte pas la dignité humaine. Le fait de donner directement des paniers alimentaires à ces personnes ne leur permet pas de choisir ce qu’elles veulent manger, ni de faire elles-mêmes leurs courses afin de choisir pleinement ce qu’elles veulent sans que des produits alimentaires leur soient imposées. L’objectif de cette carte prépayée, c’est donc aussi de leur permettre de ressentir le plaisir que l’on éprouve lorsque l’on choisit soi-même ce que l’on veut manger. Leur donner le choix, c’est une façon de respecter leur dignité. »

S’il salue le travail fourni par le tissu associatif marocain, Ali Bendahbia déplore en effet une approche « qui ne prend pas en compte la dignité » des personnes dans le besoin. « Les associations font du bien, oui, mais elles négligent malgré elles la dignité de leurs bénéficiaires. Ce sont des gens qui, comme tout le monde, ont surtout besoin de se sentir normaux ; d’être comme n’importe quelle personne qui part faire ses courses avec ses enfants, sans devoir se contenter de dire merci à des associations qui leur donnent des paniers alimentaires mais ne se soucient pas vraiment de savoir ce qu’elles veulent, ou ne veulent pas, manger. C’est typiquement l’approche que nous ne voulons pas ».

Une initiative qui se poursuivra après le ramadan

Pour l’instant, Ataa Charity Foundation dispose de 300 cartes bancaires pour 300 familles. Au total, elle prévoit d’en avoir 1.000 (pour 1.000 familles, donc) avant le début du ramadan, c’est-à-dire avant mercredi 14 avril. Ce n’est pas elle qui distribue en main propre ces cartes aux bénéficiaires, mais les 12 associations locales avec lesquelles elle collabore, implantées aussi bien dans les zones rurales qu’urbaines, notamment à Marrakech, Tiznit, Fès, Tanger, Salé, Imouzzer Marmoucha, Tétouan, Jerada, Taza, Oujda, Dakhla et dans les quartiers périphériques de Casablanca.

« Lorsqu’il faut réapprovisionner le compte, les bénéficiaires le font savoir aux associations locales et ce sont elles qui nous contactent pour que nous fassions les versements. Ce sont elles, aussi, qui rassemblent leur base de données en se rendant directement chez les familles pour que celles-ci leur communiquent leurs besoins. Ce sont principalement les familles les plus touchées par la précarité, qui s’est renforcée à cause de la crise économique. Dans le rural, il s’agit principalement des familles qui ont perdu leurs sources de revenus, dont beaucoup vivaient du tourisme et de la vente de produits artisanaux. Certaines associations viennent également en aide aux veuves et aux mères célibataires », explique Ali Bendahbia.

Ataa Charity Foundation numérise elle aussi les données des bénéficiaires ; seulement les noms, prénoms, coordonnées téléphoniques et villes d’habitat. « On ne recense pas ce qu’ils achètent. Cela relève de la vie privée et de leur liberté. »

La carte est rechargeable « dès que les familles en ont besoin, même après le ramadan », souligne-t-il encore. « Il n’est pas question de cesser le versement de ces aides après le ramadan, du jour au lendemain. Nous comptons en effet poursuivre les versements pour l’Aïd el-Kébir et lors de la rentrée scolaire. »

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Wafabail : Indicateurs au 1er Trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.