χ

Digitalisation: les TPME toujours à la traine (Etude)

La CGEM a présenté, mardi 08 janvier, les résultats préliminaires d’une étude sur la transformation digitale des TPME, réalisée par le cabinet Officium, l’Observatoire marocain des pratiques managériales et la Fédération du commerce et services (CGEM).

Digitalisation: les TPME toujours à la traine (Etude)

Le 8 janvier 2019 à 17h15

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

La CGEM a présenté, mardi 08 janvier, les résultats préliminaires d’une étude sur la transformation digitale des TPME, réalisée par le cabinet Officium, l’Observatoire marocain des pratiques managériales et la Fédération du commerce et services (CGEM).

Les résultats de l’étude n’ont pas encore été finalisés, moins de la moitié des données ayant été traitées à ce jour : 126 participants sur un total de 350 dirigeants et responsables d’entreprises sondés. Sur l’échantillon traité, les PME représentent 41% et les TPE seulement 17%. Dans ce contexte, on peut légitimement s’interroger sur la pertinence des chiffres avancés par le cabinet Officium, et qui seront certainement amenés à évoluer.

A titre indicatif, nous livrons à nos lecteurs ces résultats préliminaires, qui ont tout de même le mérite de mettre en exergue certains constats intéressants. Globalement, cette étude s’articule autour de trois grands axes : la perception des entreprises, les enjeux et l’état des lieux de la transformation digitale en entreprise.

Perceptions divergentes

Premier constat : 82,4% des entreprises sondées, dont 77% de TPME, déclarent avoir déjà connaissance du «phénomène» 4.0. Sauf que la notion même de transformation digitale ne semble pas la même pour tout le monde…

En effet, alors que 72,3% des répondants (dont 57,14% de TPME) décrivent le phénomène 4.0 sous forme d’une entreprise «intelligente et communicante», ils sont à peine 9,80% à l’assimiler à une entreprise informatisée, 2,70% à une entreprise robotisée, et 0,90% à une entreprise agile et digitalisée. Ce qui représente tout de même un écart conséquent entre la perception de la transformation digitale, et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre cette finalité.

Pourtant, les mêmes entreprises sondées estiment à 33,3% que la révolution 4.0 est un ensemble d’outils technologiques, permettant de moderniser les systèmes de production. 34% l’assimilent à une nouvelle vision de l’entreprise, assortie d’une transformation radicale pour s’adapter à son environnement. Et 19,8% y voient un vecteur d’opportunités business.

L’étude continue de livrer des résultats qui nous laissent quelque peu perplexes… 64,30% des sondés voient en l’intelligence artificielle la technologie qui caractérise le mieux une entreprise 4.0. 61,90% l’assimile à l’internet des objets ou à la digitalisation des processus de gestion, et 57,90% au big data.

Alors que, comme mentionné plus haut, ces mêmes entreprises sondées sont uniquement 9,80% à assimiler le 4.0 à une entreprise informatisée – et à peine 0,90% la décrivent comme une entreprise agile et digitalisée ! Paradoxe ou biais statistique ? Il faudra attendre les résultats définitifs de l’étude pour trancher.

 

 

Des enjeux mal cernés par les TPME

Le même constat se reflète, quoique dans une moindre mesure, dans l’identification des principaux enjeux liés à la transformation digitale. 42,1% des entreprises sont disposées à se convertir au 4.0 afin d’adapter leur système de production aux défis technologiques. 22,2% pour maintenir leur compétitivité et seuls 19,8% pour développer la capacité à innover. Alors que, en termes de gains escomptés, 57,90% y voient un levier de renforcement de l’innovation, et 67,5% une amélioration de l’efficience de l’entreprise.

Au titre des défis identifiés par les entreprises désireuses d’aborder le virage de la digitalisation, les sondés déclarent à 67,5% être confrontés à des défis liés à la compétence des RH, 51,60% sont limités par la réingénierie des méthodes de travail et des procédures, et 39,70% avancent l’argument financier comme principal défi pour opérer leur transformation digitale.

A peine 30% des TPME affirment mener un projet de digitalisation

Parmi les entreprises sondées dans le cadre de l’étude menée par le cabinet Officium, 30,8% des TPME affirment mener actuellement un projet global de digitalisation. Mais pour le tiers des responsables de TPME sondés (32,9%), la transformation digitale est une question qui n’a jamais été abordée en entreprise. Et 36,3% de ces entreprises sont au stade de la réflexion et de la recherche documentaire.

Toutefois, 63% des dirigeants des TPME interrogés estiment ne pas disposer des compétences et de l’expertise nécessaire pour initier un processus de transformation digitale.
Les résultats définitifs de l’étude seront certainement différents, bien que l’on ignore dans quelles proportions à ce stade. Ce qui est certain, c’est que cette étude révèle tout de même à quel point les TPME marocaines sont à la traine en matière de transformation digitale. Les différents programmes et stratégies numériques initiés par le ministère du Commerce et de l’Industrie semblent avoir eu un impact très restreint sur la réalité de l’entreprise marocaine.

Mais ce qui interpelle surtout, c’est le décalage énorme entre la perception des dirigeants sondés et l’évolution fulgurante du monde du travail. Le Forum économique mondial estimant notamment que 52% des taches professionnelles courantes seront automatisées dès 2025… Compte tenu des résultats de cette étude, c’est tout un pan de l’économie marocaine qui risque d’être décimé si un travail nécessaire d’adaptation n’est pas mené dès aujourd’hui.

 

>>Lire aussi: Robotisation: les ouvriers vont-ils disparaitre ?

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank - Indicateurs financiers trimestriels à fin Septembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Conférence Fondation Abderrahim Bouabid : Repenser les liens Maroc-France