χ

Manœuvres géopolitiques autour du gazoduc Maghreb-Europe?

Le contrat du gazoduc algérien Maghreb-Europe qui fournit l’Espagne via le Maroc, moyennant une redevance annuelle de 0,5 milliard de mètres cubes, s’achèvera en 2021. L’accord pourrait ne pas être reconduit sachant que l'Algérie affirme avoir lancé un chantier pour construire un autre gazoduc qui lui permettra, à partir de 2020, de se passer du tronçon marocain. Selon une source marocaine crédible, cette annonce géopolitique destinée à provoquer une réaction marocaine n’aura aucune incidence sur la capacité du Maroc à trouver d’autres fournisseurs.

Manœuvres géopolitiques autour du gazoduc Maghreb-Europe?

Le 20 septembre 2018 à 17h23

Modifié 20 septembre 2018 à 17h23

Le contrat du gazoduc algérien Maghreb-Europe qui fournit l’Espagne via le Maroc, moyennant une redevance annuelle de 0,5 milliard de mètres cubes, s’achèvera en 2021. L’accord pourrait ne pas être reconduit sachant que l'Algérie affirme avoir lancé un chantier pour construire un autre gazoduc qui lui permettra, à partir de 2020, de se passer du tronçon marocain. Selon une source marocaine crédible, cette annonce géopolitique destinée à provoquer une réaction marocaine n’aura aucune incidence sur la capacité du Maroc à trouver d’autres fournisseurs.

Encore dépourvu de réserves en gaz et de station de traitement pour le stocker en masse, le Maroc s’approvisionne auprès de son voisin algérien pour ses besoins gaziers.

Depuis son entrée en service en 1996, le gazoduc Maghreb-Europe, long de 1.300 km, part du gisement algérien de Hassi R’mel, traverse 540 km de territoire marocain avant de continuer sa route (maritime et terrestre) jusqu’à sa destination finale, Cordoue.

En échange du droit de passage du gaz algérien (13,5 milliards de mètres cubes par an), le Maroc perçoit, depuis 2011, une redevance annuelle en nature d’un demi-milliard de mètres cubes de gaz, soit près de la moitié de la consommation annuelle du Royaume.

Notons qu’avant d’être payé en gaz pour approvisionner, en partie, ses 2 centrales électriques très proches du gazoduc, le Royaume percevait 100 à 150 millions de dollars/an.

Simple nouveau gazoduc ou embargo gazier ?

Le gazoduc est propriété de l'Espagne jusqu'en 2020. En 2021, il devient propriété du Maroc. Il ne s'agit donc pas de la fin d'un contrat mais d'un changement de propriété.

Trois ans avant cette date, la presse algérienne rapporte que son ministre de l’Energie a lancé, mercredi 12 septembre, un chantier de déviation du GME reliant directement l’Algérie à l’Espagne sans passer par le Maroc, et qui sera prêt en 2020.

Le ministre algérien  a déclaré que le branchement du GME  (Gazoduc Maghreb Europe) au gazoduc Medgaz (qui a une capacité de 8 MM m3/an) avait pour seul objectif d’accroître le volume des exportations gazières de l'Algérie. Les médias des deux pays ont toutefois interprété ses déclarations comme une volonté de se préparer à la non-reconduction de l'accord de transport de gaz en 2021.

Interrogé par Médias24, un grand opérateur énergétique marocain nous déclare qu’en lançant ce chantier, les autorités algériennes désirent sonder les intentions marocaines par un ballon d’essai.

Selon lui, c’est une partie d’échecs qui se joue entre trois acteurs (Algérie, Espagne, Maroc) voisins qui se jaugent et où chaque coup gagné est une victoire géopolitique.

Pour l'Algérie, construire ce nouveau gazoduc serait une prise de position déguisée voulant mettre le Maroc en position de demandeur en 2021 mais également un moyen d’affirmer sa puissance énergétique sachant que ce pays fournit l'essentiel du gaz consommé au Maroc.

En 2021, prendront fin deux contrats essentiels: Le 1er concerne le GME et le 2ème lie l’ONEE (Office national de l’électricité) à la Sonatrach (2011-2021) qui lui livre chaque année 640 M m3 de gaz pour alimenter les deux centrales électriques de Aïn Béni Mathar (470 MW) et Tahaddart (385 MW).

Aucune difficulté pour le Maroc à remplacer son fournisseur historique

"Si en 2021, l'Algérie décide d'arrêter de livrer l'Espagne à travers le GME, il n'y aura plus de redevance gazière pour le Royaume. Mais le Maroc n’aura aucun mal à trouver un autre fournisseur. Le problème n’est pas de remplacer le gaz algérien, il est plutôt d’ordre géopolitique. Pour faire court, la démarche algérienne est de mettre son voisin dans l’embarras en le privant de ressources gazières.

"Si nous consommons 1,1 MM m3/an dont 0,5 MM viennent de la redevance et 0,6 MM achetés à l’Algérie, nous pourrons cependant nous fournir auprès des USA, de la Russie ou du Qatar qui ne demandent que ça.

"Dans le cas où notre voisin refuserait de renouveler le transit par le GME, le Maroc peut très bien lui proposer d’acheter son gaz sans condition préférentielle. Ainsi l’Espagne vient de renouveler avec ce pays un contrat de fourniture portant sur une quantité annuelle de 10 milliards de mètres cubes.

"Il parait improbable que l’Algérie se refuse à nous livrer comme elle le ferait avec n’importe quel autre client; mais au pire, nous pourrions, s’il le faut, acheter du gaz à l’Espagne", précise notre source qui se veut optimiste en assurant que d’ici 2021, le Maroc sera en mesure de se passer du gaz algérien.

Notre interlocuteur avance, en effet, qu’au terme des 3 ans restants, les recherches gazières entreprises par la société d’exploration Sound Energy, à Tendrara dans l’Oriental, aboutiront à une exploitation effective.

Tendrara, une solution pour quelques années

Il faudra attendre 2019 ou 2020 pour connaître avec précision le volume des réserves commercialisables des puits de Tendrara. Il apparaît cependant déjà probable qu’elles seront suffisantes et que Sound Energy pourra mettre, chaque année sur le marché entre 0,5 et 1 MM m3.

En fonction du volume des futures découvertes gazières, Sound Energy a d’ailleurs déjà prévu de se brancher sur le tronçon marocain du GME pour, le cas échéant, exporter son gaz vers le continent européen via l’Espagne.  

Une consommation de 5 milliards de mètres cubes de gaz à l’horizon 2025

Sachant que le ministère de l’Energie prévoit en 2025 une consommation nationale annuelle de 5 MM m3 de gaz, le Maroc a lancé deux grands projets qui permettront de sécuriser ses importations de gaz et d’assurer l’approvisionnement de ses centrales électriques à cycle combiné, gaz-charbon.

Le premier consiste à construire une énorme station de traitement de gaz naturel liquide (GNL) sur le site de Jorf Lasfar pour un montant de 45 milliards de DH. Le chantier censé démarrer en 2014 n’a toujours pas avancé.

En parallèle, le Maroc a signé, lors d’une visite royale au Nigéria, un protocole d’accord avec ce grand pays producteur pour construire un gazoduc reliant le Nigéria à l’Europe via le Maroc.

Sachant que les études techniques (tracé, pays traversés…) n’ont pas encore été finalisées, on ne connaît pas encore la date de sa mise en service ni son coût qui devrait cependant s’élever à plusieurs milliards de dollars.

Au final, si le terminal gazier a plus de chances de voir le jour avant le gazoduc Maroc-Nigéria, tout se jouera en fonction de la volonté politique au Maroc et en Afrique.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communiqué Financier de Wafabail

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.