Affaire Samir: Le tribunal examine le remplacement du syndic Mohamed El Krimi

Un ou des créanciers réclament le départ du syndic. Le dossier est examiné par le tribunal de commerce de Casablanca. La première audience a eu lieu jeudi 22 mars.

Affaire Samir: Le tribunal examine le remplacement du syndic Mohamed El Krimi

Le 23 mars 2018 à 10h04

Modifié 23 mars 2018 à 10h04

Un ou des créanciers réclament le départ du syndic. Le dossier est examiné par le tribunal de commerce de Casablanca. La première audience a eu lieu jeudi 22 mars.

Mohamed El Krimi est sur la sellette. Le syndic de la Samir fait l'objet d'une "demande de remplacement" soumise par Abderrafii Bouahamria. Ce juge-commissaire supervise la liquidation du raffineur.

A Casablanca, le tribunal de commerce statue sur la requête en chambre de Conseil. Une audience s'est tenue le 22 mars, à huis clos, en présence du syndic et des trois contrôleurs. Le dossier a été renvoyé au 5 avril, en attendant "la réplique du syndic judiciaire Mohamed El Krimi", comme on peut

Le tribunal peut remplacer le syndic à la demande du juge-commissaire, soit d'office, soit sur réclamation d'un créancier ou d'un débiteur. En l'espèce, cette réclamation a été probablement déposée par un ou des créanciers. Il est de notoriété que les créanciers reprochent au syndic "une tendance à prendre des décisions sans consulter les contrôleurs et sans mettre à leur disposition les documents de la procédure". Or le code de commerce dispose qu'ils "peuvent prendre connaissance de tous les documents transmis au syndic" (article 445 alinéa 5). 

La Douane (créance de 16 milliards de DH), la BCP (1,9 milliard) et les salariés sont contrôleurs. Ils assistent le syndic dans ses fonctions et le juge-commissaire dans sa mission de surveillance de l'administration de l’entreprise en liquidation.

La liquidation de la Samir est dans l'impasse.De nombreux candiats se sont manifestés, avec des offres plausibles entre 10 et 25 milliards de DH. Aucun dossier n'a abouti et aucun road show n'a été organisé à l'international.

L'étalement de la procédure, sa lenteur, l'absence d'un cabinet conseil connaissant les rouages d'une vente à l'international, sont autant d'éléments qui lassent à la fois les créanciers et les candidats au rachat. Parmi ces derniers, des candidats sérieux qui s'étaient manifesté ont quitté le Maroc.

Si le remplacement se confirme, M. El Krimi n'en sera pas au premier: dans la période 2007/2009, l'expert comptable a été relevé de 17 dossiers de liquidation et de redressement judiciaires. 

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc, communication trimestrielle T4 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.