Khalid Yassine (BeIn Sports): « Je ne me suis jamais considéré comme une star »

Figure familière de la retransmission des matches de foot sur BeIn Sports, le journaliste Khalid Yassine (Casablanca, 1958)  est connu au Maroc pour son passage à Médi 1 au début des années 1990.  C’est lui qui commentera l’important march Mali-Maroc ce mardi 5 septembre de Bamako.

Khalid Yassine (BeIn Sports): « Je ne me suis jamais considéré comme une star »

Le 3 septembre 2017 à 8h40

Modifié 11 avril 2021 à 1h16

Figure familière de la retransmission des matches de foot sur BeIn Sports, le journaliste Khalid Yassine (Casablanca, 1958)  est connu au Maroc pour son passage à Médi 1 au début des années 1990.  C’est lui qui commentera l’important march Mali-Maroc ce mardi 5 septembre de Bamako.

C’est à Casablanca et Rabat que Khalid Yassine fait ses premiers pas dans le journalisme. Khalid se souvient de sa première couverture de presse: “J’ai couvert mon premier événement en 1977, j’avais 19 ans“, indique-t-il à la terrasse d’un café de Tanger. “Ensuite j’ai passé les années 1979 et 1980 à L’Opinion avant de prendre la direction du service des sports d’Al Maghrib et de son staff de 50 journalistes et correspondants cette même année à l’âge de 22 ans“.

Mais ce qui caractérise la carrière de près de 40 ans de Khalid Yassine dans le journalisme sportif au Maroc, mais aussi aux Pays-Bas, à Rome, au Caire, à Dubaï et à Doha, ce sont ses valeurs et principes d’action. Considéré aujourd’hui comme l’un des journalistes les mieux payés du monde arabe, Khalid Yassine est fier à 59 ans d’indiquer que “jamais je n’ai voyagé aux frais d’une fédération“. L’homme est d’abord un pro de son travail.

Après Casablanca, Rabat et Médi 1 à Tanger, Khalid Yassine et son confrère d’alors Hassan Rachidi partiront pour une année en 1993 à Radio Nederland aux Pays-Bas. C’est là que sa carrière connaîtra un tournant majeur.

Au printemps 1994 à quelques semaines de la fin de son contrat hollandais d’une année et du Mondial de football des Etats-Unis, il est contacté par la chaîne saoudienne Orbit pour couvrir quelques rencontres. Au bout de quelques matches, on lui fera un pont d’or pour rester.

En couverture du classico à Santiago Bernabeu en avril 2017.

Avec NAsser El Khelaifi, lors du dernier match du PSG à Tanger.

Avec Bobby Charlton en 1992.

La chaîne, propriété d’un prince saoudien, dispose d’un management américain avec des bureaux à Rome et des studios au Caire. Il y a restera près de 13 ans dont une fameuse année 1998 au cours de laquelle il présentera les 64 matches du Mondial 1998 en France!

 

Plus tard, lorsqu’Orbit perdra ses droits télévisés sur le football international, il lui suffira de quelques apparitions sur Dubaï Sports pour qu’Al Jazeera l’embauche et le garde lors de la création de BeIn Sports.

Avec le Britannique Sky Sports et l’Américain ESPN, BeIn est aujourd’hui le 3e réseau télévisé sportif mondial avec une domination de la retransmission des championnats européens et arabes et des compétitions européennes.

Background populaire, esprit de seigneur

“J’ai fait mes études dans l’école publique à Casablanca du temps de sa splendeur, indique-t-il. Avec des maîtres et des profs qualifiés, des activités parascolaires comme le théâtre et la musique“. Avec aussi rappelle-t-il, l’infirmerie, les vaccins ponctuels et le fameux goûter à 16 heures. On croirait presqu’il parle d’un autre pays … Khalid est un enfant du collège Sidi Mohammed et du lycée Moulay Abdallah de l’avenue Modibo Keita.

Ce qu’il voit autour de lui est moins reluisant parfois. Pourtant, il ne désespère pas, ni ne devient négatif. “Le souvenir le plus frappant que je garde de mes années marocaines souligne Khalid, c’est le Maroc beau et propre où  nous avons grandi. Celui du respect mutuel, de la bonne éducation, du bon voisinage et du respect de l’environnement“. Khalid Yassine continue de venir plusieurs fois par an au Maroc où il dispose d’un pied-à-terre à Tanger.

S’il rappelle volontiers que c’est son frère aîné, journaliste, qui lui a filé le virus du métier, Khalid Yassine n’oublie pas le “tournant de sa vie privée et professionnelle“. “J’étais entre Casablanca et Rabat indique-t-il, et un déplacement à Tanger m’a fait découvrir l’âme sœur. J’ai tout laissé tomber pour elle. Je suis venu m’installer à Tanger et je ne l’ai pas regretté“.  Il en parle avec fierté, amour et passion. Son prénom: Malika. Leur fille unique Nawal qui a fait ses études aux Etats-Unis vit désormais en Floride.

Aujourd’hui à Doha après avoir travaillé en Europe et en Egypte notamment, Khalid Yassine n’a pas changé. Je l’ai personnellement connu il y a plus de 25 ans et je l’ai récemment revu en marge du match PSG-AS Monaco joué à Tanger fin juillet.

Son sourire est le même, sa bonne humeur inébranlable et il a toujours une histoire positive et intéressante à raconter. Des histoires de joueurs de foot, de retransmission du Camp Nou, de Nasser Al-Khelaifi ou d’un prince saoudien. “Je respecte les gens, je suis solidaire avec mes proches et  je tiens à rester humble dans tout ce que j’entreprends. Je ne me suis jamais considéré une star et chaque jour est un nouveau challenge indique-t-il avant d’ajouter ce qui fait peut-être la clé de sa personnalité humaine et professionnelle: “Le plafond de la réussite d’aujourd’hui est le minimum requis demain“.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank – résultats au 30 juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.