Blocage de la VoIP au Maroc: Des raisons clairement commerciales

Alors que des opérateurs télécoms laissent entendre qu’ils ne sont pas à l’origine de cette décision, l’ANRT se défend d’avoir dépoussiéré une loi qui date de 2004. Une source sûre écarte la piste sécuritaire.

Blocage de la VoIP au Maroc: Des raisons clairement commerciales

Le 6 janvier 2016 à 16h50

Modifié 6 janvier 2016 à 16h50

Alors que des opérateurs télécoms laissent entendre qu’ils ne sont pas à l’origine de cette décision, l’ANRT se défend d’avoir dépoussiéré une loi qui date de 2004. Une source sûre écarte la piste sécuritaire.

Qu’est-ce qui a réellement motivé la décision prise début janvier de bloquer les appels VoIP sur les smartphones? Les déclarations des parties concernées sont contradictoires.

Contacté par Médias 24, l’un des opérateurs nous a confié, sous couvert de l’anonymat, que cette mesure a été dictée aux trois intervenants du secteur. Les raisons en seraient purement “sécuritaires“, laissant entendre que l’aspect commercial n’entre pas en compte, que les opérateurs télécoms n’ont pas été à l’origine de cette décision et qu’il fallait aller chercher du côté de l’ANRT.  

Une source autorisée chez l’agence de régulation des télécoms dément ces propos. “Aucune décision relative au blocage en question n’a été prise cette semaine par notre Agence. La loi qui impose la détention d’une licence pour les services de téléphonie sur IP n’est pas récente. Elle date de 2004“.

L’ANRT a-t-elle été impliquée dans la prise de cette décision collégiale- puisque les trois opérateurs l’ont appliquée au même moment? Difficile d’avoir une réponse claire. “Le service de communication en a eu vent à travers la presse. Mais je ne sais pas si la direction générale était au courant  bien avant“, s’est contenté de nous déclarer la même source.

En tout cas, si la décision émane des opérateurs, elle ne peut avoir qu’un but commercial, chose que nous a confirmée une source bien informée à Rabat, qui a réfuté catégoriquement la piste sécuritaire.

La note d’orientation du chef du gouvernement datant d’avril 2015, relative au développement des télécoms à l’horizon 2018, avait déjà tiré la sonnette d’alarme sur les conséquences économiques des applications OTT (Over the top), considérées comme le cauchemar des opérateurs télécoms, et dont les plus célèbres sont Skype, WhatsApp et Viber.

“La forte pénétration des smartphones continuera à révolutionner les usages (…) Le recours de plus en plus important aux applications OTT risque de changer fondamentalement les paysages des télécoms de par le monde, impactant durablement les revenus des opérateurs et affaiblissant, de ce fait, leurs capacités d’investissement“.

Une chose est sûre. Ce sujet fera encore l’actualité pendant les jours qui viennent. Les usagers montent au créneau et dénoncent, à coups de pétitions, un abus de la part des opérateurs.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Avis de publication complémentaire de Convocation de l’AGO du 29 Juin 2020 de la société Afric Industries

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.