Maroc. 1.000 manifestants contre la marginalisation des handicapés mentaux

Selon les associations, seulement 10.000 handicapés sont pris en charge sur un effectif estimé à 1,5 million de personnes.

Maroc. 1.000 manifestants contre la marginalisation des handicapés mentaux

Le 22 décembre 2014 à 16h44

Modifié 22 décembre 2014 à 16h44

Selon les associations, seulement 10.000 handicapés sont pris en charge sur un effectif estimé à 1,5 million de personnes.

"Tous concernés", "Pour le droit à la scolarité et à la santé", tels sont les slogans scandés par les manifestants, dont de nombreux enfants atteints de déficit mental, dimanche matin devant le parlement.

L’objectif du sit-in auquel ont pris part un millier de personnes représentant une centaine d’associations venues des quatre coins du Royaume était de « dénoncer la marginalisation dont sont victimes les 347.000 citoyens marocains en situation de handicap mental, le non respect de leurs droits universels et la non conscientisation par les décideurs et les institutions publiques de la problématique des personnes en situation de handicap mental », souligne dans un communiqué de l'Union nationale des associations œuvrant dans le domaine du handicap mental (Unahm).

Le Maroc compte « plus de 347 000 personnes souffrant d'un handicap mental » soit 23% sur le total des 1,5 million d’handicapés que compte le royaume, a déclaré à l'AFP Sabah Zemmama, présidente de l’Unahm.

Pourtant, « seules 10.000 de ces personnes » sont prises en charge, a regretté Mme Zemmama, soulignant que la moitié d'entre elles sont accueillies par des associations réclamant plus d'aides pour fournir les prestations de « soins, d'éducation et de formation » aux enfants en priorité.

Le ministère de la Solidarité, conduit par Bassima Hakkaoui, a salué dans un communiqué le rôle actif et les efforts de ces associations, ajoutant que les aides destinées aux ONG œuvrant pour la scolarisation des enfants souffrant de ce handicap représentaient déjà 37% du montant global de subventions destinées à la société civile. « Ces aides ont même augmenté de 47% entre 2008 et 2014 », a ajouté à l'AFP une source du département de Mme Hakkaoui.

Pour autant, les associations ne décolèrent pas et réclament un « dialogue avec l'Etat » et « la mise en œuvre de la constitution » qui garantit le « droit à la santé », a dit à l'AFP le président des parents et amis des enfants déficients mentaux, Ali Redouane.

De son côté, l’Unahm déplore dans une réponse adressée au ministère de la Solidarité que « le traitement du dossier de la prise en charge de la personne en situation de handicap mental se fasse comme n’importe quel dossier de précarité, sans égards à ses spécificité ».

L’association souligne qu’il ne s’agit pas « d’un problème ponctuel -d’où l’aberration de la demande de renouvellement tous les ans des dossiers de demande de subvention-, mais d’une problématique linéaire qui touche une frange de la société qui aspire à ce qu’on lui octroi ses droits légitimes et ce, durablement ».

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultats de l’offre publique d’achat obligatoire portant sur les actions de la Société Maghrébine de Monétique (S2M) à l’initiative de Medtech et Millennium Ventures

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.