χ

Accord Bombardier-UMT pour stopper la grève au Maroc

Le constructeur aéronautique confirme l’accord qui a permis de mettre un terme au mouvement social.

Accord Bombardier-UMT pour stopper la grève au Maroc

Le 19 décembre 2014 à 17h23

Modifié 11 avril 2021 à 2h36

Le constructeur aéronautique confirme l’accord qui a permis de mettre un terme au mouvement social.

La grève qui a démarré le 8 décembre dans l’usine d’assemblage du constructeur aéronautique canadien Bombardier à Nouaceur, près de Casablanca, s’est terminée suite aux discussions entre le management de l’entreprise et la centrale syndicale UMT (Union marocaine du travail).

“Nous envisageons dorénavant un solide partenariat avec nos employés syndiqués” a expliqué, dans un email, Haley Dunne, directeur de la communication et des affaires publiques de Bombardier, en réponse aux questions de Médias 24.

Concernant les cinq personnes licenciées, et le retour au travail de 2 d’entre elles suite au deal passé avec l’UMT, Bombardier n’a pas souhaité s’expliquer. “ Nous ne commenterons pas les cas spécifiques ou individuels, les discussions avec nos employés sont confidentielles ” poursuit Haley Dunne. Pour notre interlocuteur, “Bombardier se conforme aux lois et réglementations du travail dans tous les pays où l’entreprise exerce ses activités”.

En ce qui concerne les accusations de non-respect des dispositions du code de travail en matière de nombre d’heures de travail et de rémunération des heures supplémentaires, Bombardier affirme traiter ses employés “avec respect et promeut un milieu de travail de classe mondiale axé sur la santé et la sécurité”.

Un ouvrier syndicaliste avait auparavant affirmé à Médias 24 que la direction de Bombardier a licencié 5 membres du bureau syndical, fraîchement élus. Une grève a eu lieu, et a duré toute la semaine pour imposer le respect des droits syndicaux. La rencontre entre représentants des autorités locales, le syndicat UMT, la direction de Bombardier et les ouvriers ont permis, selon notre source, d’ouvrir les yeux des autorités sur les conditions de travail au sein de la plateforme d’assemblage de Nouaceur.

Notre interlocuteur, ajusteur-monteur avait affirmé travailler 52h contre le salaire minimum, et ne pas percevoir systématiquement de rémunération sur ses heures supplémentaires, ce qui serait le cas de la plupart des 109 ouvriers que compte la plateforme.

“Bombardier offre des salaires concurrentiels dans le secteur de l’aéronautique et se conforme aux lois et réglementations du travail dans tous les pays où la société exerce ses activités” a commenté Haley Dunne.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc : résultats annuels 2020 et avis de convocation AGO

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.