χ

Amendis et Redal : Actis n’est pas hors-jeu

Les conseils communaux de Tanger, Salé, Rabat et Tétouan ont tous voté contre l’accord financier passé entre Actis et Veolia. L’enjeu consiste désormais à améliorer l’offre de service du nouveau délégataire.

Amendis et Redal : Actis n’est pas hors-jeu

Le 17 juin 2014 à 15h57

Modifié 17 juin 2014 à 15h57

Les conseils communaux de Tanger, Salé, Rabat et Tétouan ont tous voté contre l’accord financier passé entre Actis et Veolia. L’enjeu consiste désormais à améliorer l’offre de service du nouveau délégataire.

Après Salé, Tanger et Rabat, c’est au tour du conseil communal de Tétouan de voter à la majorité de ses 55 membres contre l’accord financier entre Veolia et Actis par lequel la multinationale française transfère au fonds d’investissement britannique Actis ses parts dans Amendis et la Redal pour un montant de 370 millions d’euros, soit un peu plus de 4,1 MMDH.

L’accord Veolia-Actis est soumis à une validation obligatoire des élus des villes concernées. Le vote de Tétouan est intervenu dans la soirée du vendredi 13 juin. Le conseil communal de Tétouan est dirigé par le PJD avec l’appui des élus de l’USFP.

Un peu plus de 650.000 habitants (à fin 2010) répartis sur 14 communes sont desservis par Amendis Tétouan selon les données de Veolia.  A titre comparatif, Amendis Tanger sert 980.000 habitants répartis sur 10 communes. Sur Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs, 2 millions d’habitants sont desservis par la Redal sur 14 communes

Médias 24 a pu apprendre auprès d’élus communaux de Tanger et de Tétouan que le rejet de l’accord Veolia-Actis ne signifiait pas obligatoirement le retour de la gestion des régies d’eau, d’électricité et d’assainissement dans le giron des conseils élus.

Après le vote de Tétouan, le maire Mohamed Idaomar indique à Médias 24 que « nous avons voté sur le principe de l’accord Veolia-Actis et non contre Actis en elle-même ». A Tétouan, comme à Tanger et à Rabat et Salé, les élus ont peu apprécié la signature d’un accord financier entre Veolia et Actis sans qu’ils soient tenus au courant. S’agissant des futures relations d’Actis avec les communes marocaines, Tétouan n’écarte pas de lancer des appels d’offres « et de négocier avec Actis si son offre est concurrentielle ».

A Tanger, des élus du RNI qui soutiennent le maire PAM indiquent également que « si Actis fait des offres qui sont meilleures que celles d’Amendis, on doit les étudier ». Mais ajoute-t-on, « on ne va pas se séparer d’Amendis pour prendre une offre qui soit moins bonne ».

Des échanges avec les élus, on comprend qu’ils attendent d’Actis qu’elle améliore son offre surtout que le fonds britannique souhaite que les accords de gestion déléguée qui courent sur Tanger et Tétouan jusqu’en 2026 soient prolongées de 10 ans supplémentaires.

Cette prolongation permettrait à Actis de mieux amortir ses investissements et, ultérieurement,  de mieux revendre ses parts dans la société. Actis est un fonds d’investissement et ses contacts au Maroc ne cachent pas son intention d’améliorer la gestion et la rentabilité de Redal et d’Amendis « avant de les revendre au bout de 6 ou 7 ans ». 

Sollicités en fin de semaine dernière pour confirmer les informations de négociations en cours entre Actis, le ministère marocain de l’Intérieur et les communes concernées, les responsables du fonds britannique n’ont pas répondu à nos sollicitations.

Mais Médias 24 a pu apprendre qu’Actis « travaille à l’amélioration de son offre pour les communes marocaines ». La décision de Veolia de quitter le secteur de l’eau et de l’électricité, les enjeux financiers et sociaux des régies et la proximité des élections communales de juin 2015 incitent à accélérer le rythme des transferts.

Pour les conseillers communaux de Tanger, « Actis doit revenir sur certaines augmentations des tarifs », une situation qui vaut à Amendis et à Redal des critiques sévères de la part des ménages marocains et des associations de consommateurs.

 Depuis l’entrée en vigueur du contrat de gestion déléguée sur Tanger et Tétouan en janvier 2002, promoteurs immobiliers et industriels  se sont  également montrés critiques sur les tarifs des branchements imposés par Amendis.

 


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SCR: Assemblée Générale Ordinaire

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Séminaire sur le dispositif de généralisation de la couverture médicale au profit des agriculteurs