Régularisation des immigrés au Maroc: ça commence bien!

Une fois n’est pas coutume. La campagne de régularisation des étrangers en situation irrégulière au Maroc a démarré jeudi. Une journée qui a vu défiler quelque 510 personnes de plusieurs nationalités au Bureau de la capitale. Visite.

Régularisation des immigrés au Maroc: ça commence bien!

Le 3 janvier 2014 à 17h31

Modifié 3 janvier 2014 à 17h31

Une fois n’est pas coutume. La campagne de régularisation des étrangers en situation irrégulière au Maroc a démarré jeudi. Une journée qui a vu défiler quelque 510 personnes de plusieurs nationalités au Bureau de la capitale. Visite.

Les immigrés rencontrés sur place s’accordent à dire que la démarche ainsi que le déroulement de la campagne sont exemplaires. Majoritairement Subsahariens ou Philippins, ces immigrés ont été assistés par le syndicat ODT des travailleurs immigrés.

Les premiers arrivés au bureau des étrangers ont été les premiers servis. Après avoir rempli un formulaire comprenant les informations des demandeurs de cartes de séjours (nom, prénom, nationalité, numéro de passeport…etc.), un rendez-vous leur a été accordé par le bureau des étrangers, afin de procéder à la récupération des dossiers et d’enregistrer les empreintes digitales. A partir de cette date, et dans un délai maximal de 3 mois, les demandeurs recevront leurs cartes de séjour.

Nous avons rencontré Hayat Baraho, chargée auprès du bureau exécutif de l’ODT d’accueil, d’écoute et d’accompagnement des travailleuses domestiques philippines au Maroc qui, par ailleurs, se bat depuis plusieurs mois pour les droits de cette tranche de la population. Elle nous a déclaré que «sur un total d’environ 5.500 à 6.000 travailleurs et travailleuses philippins, 3.000 sont employées de maisons. Elles sont, pour un grand nombre d’entre elles, enfermées dans les foyers dans lesquels elles travaillent.»

Une difficulté supplémentaire qui ne touche pas que les ressortissants philippins réside dans le fait que de nombreux travailleurs immigrés se voient retirer leurs passeports par leurs employeurs, et n’ont, de ce fait, aucun document prouvant leur nationalité ou indiquant la date à laquelle ils ont foulé le sol national. Dans ce cas, c’est au ministère de l’intérieur qu’incombera la mission d’accomplir les démarches nécessaires. En effet, il est prévu de convoquer l’employeur afin qu’il restitue le passeport à son propriétaire, et ce après l’indication par l’immigré de l’endroit, le nom et l’adresse de l’employeur.

Dans le cas où il n’est pas possible de récupérer le document, un accord est trouvé avec le représentant de la communauté basée au Maroc pour la création et la délivrance d’un nouveau passeport.

Lors de cette deuxième journée de la campagne de régularisation, nous avons rencontré quelques immigrés dans les couloirs du bureau des étrangers. Principalement Sénégalais et Philippins, ils ont salué (avec insistance !) le bon déroulement, l’écoute et la disponibilité des cadres administratifs, ainsi que la simplicité des démarches à effectuer… Pourvu que ça dure !


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank – indicateurs financiers trimestriels à fin juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.