χ

Media Next Morocco 2013 dresse les enjeux de la pub digitale

Le 20 novembre, Tribal DDB a organisé la 1ère édition de Media Next Morocco 2013, un événement dédié aux enjeux des publicités sur le web. Les intervenants, tous en verve, ont animé une matinée pleine d’enseignements.  

Media Next Morocco 2013 dresse les enjeux de la pub digitale

Le 26 novembre 2013 à 10h22

Modifié 26 novembre 2013 à 10h22

Le 20 novembre, Tribal DDB a organisé la 1ère édition de Media Next Morocco 2013, un événement dédié aux enjeux des publicités sur le web. Les intervenants, tous en verve, ont animé une matinée pleine d’enseignements.  

«Tout le monde sait qu'internet est un nouveau levier de croissance, personne ne doute qu'il révolutionne les business modèles mais personne n'y est préparé», lance d’emblée Amine Bennis, président de Tribal DDB.

Investissements publicitaires online, influenceurs, marocains hyper-connectés, sont les maîtres mots de l’évènement. Par sa dénomination, Media NEXT évoque différents enjeux liés à la publicité online, reflétant la nouvelle manière dont les entreprises se connectent désormais à leurs clients.

Le budget publicitaire double chaque année malgré la crise

Le marché publicitaire sur le 2.0 évolue certes, mais il n'y a pas de statistiques officielles. «Ce que nous savons, c'est que les budgets digitaux des grands annonceurs marocains tournent autour de 2% du budget communication global», déclare M. Bennis à Médias 24. En volume, «la moyenne des budgets varie entre 1 et 6 millions de DH par an», poursuit-il. Et d’ajouter qu’en termes de croissance, le budget double presque d'une année à l'autre malgré la morosité économique actuelle.

Par ailleurs, dans la région Mena, la part du budget publicitaire online en 2013 est de l4,2% des dépenses publicitaires totales estimées à 4,3 milliards de dollars, a déclaré à Médias 24, Tarek Nachnouchi, business development director à Ikoo Maghreb.  Et de poursuivre que chaque année, son montant croît de 5 à 6%.

Selon cet expert en stratégie média, le budget online (display, sans comptabiliser la publicité search) oscillait entre 10 à 15 millions de dollars à ces débuts, alors qu’actuellement il est estimé à 200 millions de dollars. D’ici 2016, ce budget sera de 300 millions de dollars, avec une évolution de 5% par an jusqu’à 2015, souligne notre source. D’autant que, depuis 2007, la part octroyé à l’investissement publicitaire online a augmenté de 47%.

Pour le Maroc, la situation se concrétise par le peu de visibilité et le manque de sources d’informations claires sur les budgets publicitaires en général, et online en particulier. Selon ses estimations, les investissements dans la publicité online au Maroc se situent à environ 7 millions d’euros pas an. D’autres sources dans la profession l’estiment au double.

A travers son partenariat avec l’agence marocaine Tribal DDB, Ikoo Network manifeste un intérêt soutenu pour l’Afrique du Nord qui est considérée comme un marché cible pour sa stratégie d'expansion régionale. En effet, la région Maghreb est caractérisée par un potentiel de croissance économique important et un taux de pénétration d’internet à croissance rapide qui constitue d’ores et déjà un pôle d’attraction pour les investisseurs du Golfe.

Les Marocains hyper connectés 

«Le Marocain aime être connecté. La croissance fulgurante du GSM est un excellent exemple.», constate Amine Bennis.

Le pays compte, en effet, 17 millions d'internautes et 3 millions de smartphones. Il est le 2e pays au niveau mondial en termes de temps passé sur Facebook et numéro 1 en Afrique et dans le monde arabe en termes de nombre de sites de news.

Du coup, «les entreprises au Maroc ont moins de temps pour s'adapter que dans des pays où l'adoption est plus lente». 

Les influenceurs, une brique fondamentale dans la stratégie de communication

Gaetan Ovigneur, DG de Buzz Paradise, entreprise spécialisée en influence marketing a mis l’accent sur la nouvelle manière dont les médias sont consommés. «Aujourd’hui, en prévision d’un acte d’achat ou de souscription à un service, le 1er reflexe est d’aller se renseigner sur internet», constate Gaetan Ovigneur.

En ce sens, il soulève l’importance des influenceurs qui deviennent fondamentaux dans une stratégie de communication. Ils constituent eux-mêmes, à travers leurs blogs, les sites de partage photo et vidéo, des médias à part entière.

Il souligne qu’au Maroc, on commence à prendre conscience de ce phénomène, brique fondamentale dans la stratégie de communication, de par sa capacité de générer une forme de communication qui a toujours existé notamment la méthode du bouche à oreille. «C’est là où on reconnaît le plus de crédibilité et la capacité de transformation pour les marques», estime-t-il.

Certaines cultures organisationnelles demeurent figées

 «Certains annonceurs préfèrent encore fonctionner à l’ancienne, parce qu'ils ne parviennent pas encore à mesurer l'impact du digital sur leur business» remarque Amine Bennis. Néanmoins, «ceux qui ont déjà installé des systèmes de gestion de la relation client comme «Sales force», connaissent l'impact et n'hésitent pas à investir», conclut-il. Elles tendent ainsi à s’imposer de plus en plus dans la galaxie 2.0.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank – Communiqué des résultats au 30 juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.