Toilettes inadéquates : un coût de 260 milliards de dollars pour les pays du Sud

La santé, le tourisme et l’éducation sont impactés par le mauvais état des équipements sanitaires, selon la Banque mondiale. L’absence de toilettes engendre une perte de 1.5% du PIB des pays du Sud.  

Toilettes inadéquates : un coût de 260 milliards de dollars pour les pays du Sud

Le 11 octobre 2013 à 14h25

Modifié 11 octobre 2013 à 14h25

La santé, le tourisme et l’éducation sont impactés par le mauvais état des équipements sanitaires, selon la Banque mondiale. L’absence de toilettes engendre une perte de 1.5% du PIB des pays du Sud.  

Au Maghreb, en Afrique en Amérique latine et en Asie, les secteurs de la santé, le tourisme et l’éducation sont négativement impactées par le mauvais état des équipements sanitaires révèle une série de rapport de la Banque mondiale (BM) placés dans le cadre d’une « initiative sur l’économie  sanitaire et de l’hygiène ».

Dans ces rapports sur les équipements sanitaires dans les pays du Sud, la Banque mondiale estime à 260 milliards de dollars, soit plus de 2.200 milliards de dirhams, le coût pour les pays du Maghreb et subsahariens, l’Amérique latine et la Caraïbes et l’Asie du sud-est et de la Chine.

Coût : 1,5% du PIB

Ce montant équivaut à 1,5% du PIB des pays pris en compte.

Ce calcul de la Banque mondiale porte très exactement sur le coûts qu’engendre l’absence de toilettes et d’équipements sanitaires adéquats sur les secteurs de la santé, de l’éducation et du tourisme.

Dans ce coût est également estimée la perte de croissance économique due à cette situation. Pour la seule Inde, 1,3 milliard d’habitants, la perte est estimée à 54 milliards de dollars.

A Casablanca la semaine dernière, lors du Colloque international sur l’éducation tenue à la Fondation al-Saoud, le point noir des sanitaires dans les écoles marocaines a été pointé du doigt, apportant lui aussi sa petite contribution aux mauvais résultats de l’école marocaine.

Pour le Maghreb, la BM estime le coût à 6,2 milliards de dollars, à 40 milliards de dollars pour l’Afrique subsaharienne, 80 milliards de dollars pour l’Asie de l’Est (Indonésie, Philippines), 60 milliards de dollars pour l’Asie du Sud (Thailande, Vietnam, Cambodge, Laos, Birmanie) et à 40 milliards de dollars pour l’Amérique latine et les Caraîbes.

Une « plaie » surtout pour les pays du Sud

Ainsi plusieurs études de la Banque mondiale publiées au cours des 6 dernières semaines, depuis la mi-septembre tendent à démontrer l’impact sur l’économie d’équipements sanitaires inadéquats.

Sur la santé l’impact est évident avec l’absence d’eau dans certains quartiers, villages ou écoles tant pour les jeunes enfants, les femmes que les hommes.

Sur l’éducation, une étude de la Banque mondiale a tenté de démontrer comment au Pakistan, l’amélioration des sanitaires dans un réseau scolaire partiel a amélioré la santé des enfants et leur attention en classe.

Enfin, sur le tourisme, qui retourne avec beaucoup d’enthousiasme dans un lieu sachant l’état des toilettes qui nous y attend ? Le cas est particulièrement flagrant pour les toilettes des restoroutes, des aéroports et sur les plages.

Autant un consommateur et un citoyen va réagir négativement à des équipements sanitaires en mauvais état, autant il ou elle va positivement réagir à des équipements adéquats propres qui jouent leur rôle et qui rassure sur l’hygiène et la santé.

Dans cette optique, la BM a étudié les impacts en Inde et dans 5 autres pays d’Asie de manière spécifique. Elle a lancé des programmes de constructions d’équipements  sanitaires dans des régions de l’Inde en collaboration avec les autorités locales et les entreprises.

Dans ce pays, « il y a plus de téléphones cellulaires que d’équipements sanitaires adéquats » selon la BM.

Toilettes économes, autonettoyantes, communautaires : des initiatives originales et fructureuses

Une autre action de la BM vise à promouvoir l’usage de toilettes écologiques, c’est-à-dire qui utilisent peu d’eau et sont équipées d’un système autonettoyants.

Aux Philippines, la BM a lancé un programme « Réparer les toilettes » (Fixing the toilets)  qui a démontré son efficacité en termes d’amélioration de l’éducation des enfants.

En Chine, la BM a développé un programme avec la municipalité de Liuzhou car ce phénomène d’équipements sanitaires inadéquats touche souvent les pauvres en milieu rural.

 Un livre de procédure pour installer et gérer des toilettes communautaires a même été mis au point par l’institution de Washington.

Enfin, un programme intitulé « Robinets et toilettes pour tous » a également été lancé au Ghana ainsi qu’en Inde.

Le lancement de ces études sur l’aspect sanitaire de la vie en ville intervient également au moment où la BM a publié de nouvelles études très fouillées sur le potentiel du tourisme en Afrique et dans les pays du Sud et émergents en général. L’importance des équipements y est souligné car faisant notamment partie des bonnes conditions d’accueil des visiteurs nationaux et étrangers. En Afrique, que ce soit au nord ou au sud, le tourisme emploie entre 5 et 8% de la population active.

De 7 millions en 1990, 34 millions de visiteurs se sont rendus sur le continent africain en 2012, sachant que l’Egypte et la Tunisie ont perdu plusieurs millions de touristes cette année-là en raison des troubles politiques qui s’y déroulent.

En tout état de cause, ces rapports de la BM attirent l’attention sur le mauvais état des équipements sanitaires dans certains pays et leur impact négatif sur le tourisme, l’éducation et la santé. Ils mettent en lumière également de nouvelles niches pour l’investissement et l’amélioration de la qualité de vie en milieux urbain et rural, l’éducation et le tourisme qui constituent des priorités dans tous les pays du Maghreb et d’Afrique sans exception aucune.

 


 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Auto Hall: INDICATEURS TRIMESTRIELS AU 31 DÉCEMBRE 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.