Freedom House salue l’essor d’internet au Maroc

Selon l'ONG américaine, la croissance du taux de pénétration d'internet au Maroc a bénéficié de la libéralisation, de la dérégulation et de la privatisation des secteurs des télécommunications entamées dans les années 1990.  

Freedom House salue l’essor d’internet au Maroc

Le 7 octobre 2013 à 16h20

Modifié 7 octobre 2013 à 16h20

Selon l'ONG américaine, la croissance du taux de pénétration d'internet au Maroc a bénéficié de la libéralisation, de la dérégulation et de la privatisation des secteurs des télécommunications entamées dans les années 1990.  

Dans son rapport intitulé : «Liberté d'accès au net au titre de l'année 2013, une évaluation globale de l'internet et des médias numériques», Freedom House constate que cette ouverture politique s'est traduite par une croissance substantielle du taux de pénétration à l'internet dans le Royaume qui a atteint les 55% en 2012, soit plus de 21% par rapport à 2007.

Le rapport rappelle aussi que le gouvernement marocain avait adopté dès mars 2005 une stratégie ayant pour objectif la généralisation de l'usage des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans l'enseignement public à travers le Royaume. Freedom House relève que les «résultats positifs» obtenus ont permis de lancer un nouveau round de programmes pour la période 2009-2013, dans le but d'améliorer la formation et le développement professionnel des enseignants et d'encourager les établissements de l'enseignement public à adopter les TIC dans leurs modules de formation.

L'ONG américaine rappelle également le lancement en 2008 du Pacte (programme d'amélioration généralisé aux télécommunications) pour la desserte de plus de 9 263 localités sur la période 2008-2011, ajoutant qu'en 2009, les autorités marocaines ont mis en place une stratégie nationale baptisée «Maroc numérique 2013», avec pour objectif de réaliser un accès à l'internet à haut débit sur l'ensemble du territoire national.

Le rapport constate, d'autre part, que l'accès à l'internet au Maroc ne souffre pas d'intervention des autorités, notant que le Maroc a déployé, dans ce cadre, «un effort concerté ayant pour but de mettre en œuvre des réformes démocratiques, sans restriction à l'accès à l'information (…) comme en témoigne l'accès libre à Youtube, Facebook, Twitter et aux services internationaux d'hébergement des blogs».

Dans la même veine, poursuit le rapport, «Freedom House a pu elle-même vérifier, à travers une série de tests, que l'accès à Google Earth est aussi disponible dans les différentes villes marocaines», en soulignant, dans ce contexte, que la constitution marocaine «reconnait que les citoyens marocains sont égaux devant la loi et leur garantit la liberté d'opinion et d'expression dans toutes ses formes».

Etalonnant la réussite de certains pays africains sur les succès rencontrés par le Royaume en matière d'accès à l'internet, le rapport de Freedom House souligne, par ailleurs, que «tout comme le Maroc et le Nigéria, le Kenya est devenu l'un des hubs majeurs en Afrique en matière de technologies de l'information et de la communication».

(Avec MAP)
 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc : comptes et résultats semestriels 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.