Nawal El Moutawakel : « Réussir les JO de Rio en 2016 est mon premier challenge »

Nommée première vice-présidente du CIO, l’ancienne championne olympique marocaine du 400 mètres haies espère organiser des JO sans dopage. Mais face à ce fléau, le Nord et le Sud demeurent inégaux.  

Nawal El Moutawakel : « Réussir les JO de Rio en 2016 est mon premier challenge »

Le 30 septembre 2013 à 17h16

Modifié 30 septembre 2013 à 17h16

Nommée première vice-présidente du CIO, l’ancienne championne olympique marocaine du 400 mètres haies espère organiser des JO sans dopage. Mais face à ce fléau, le Nord et le Sud demeurent inégaux.  

Médias 24 : Vous êtes la première femme arabe et africaine à occuper le poste de première vice-présidente du Comité international olympique. Quelles sont vos missions ?

Nawal El Moutawakel : Outre la défense des valeurs olympiques et des intérêts de l’athlète, ma mission consiste à gérer le dossier des JO de Rio 2016 dont je préside la commission de coordination. A quelques mois seulement du coup d’envoi, il n’y a pas de temps à perdre. En outre, il est important  de continuer à lutter en partenariat avec l’Agence mondiale antidopage de façon à pouvoir avoir des Jeux propres sans tricherie.

Et puis je suis impatiente de pouvoir contribuer aux discussions qui vont se tenir dans les prochains mois concernant l’avenir de notre mouvement. L’arrivée de Thomas Bach à la présidence du CIO est le moment idéal pour partager nos idées et surtout définir les grands axes de la stratégie à adopter au cours des huit prochaines années.

Parlons du dopage : les disparités Nord-Sud refont surface quand il s'agit de cette problématique. Qu’en dites-vous ?

J’en fais un combat permanent car la problématique du dopage est malheureusement devenue un phénomène mondial.

La lutte contre le dopage est une priorité majeure pour le CIO qui a mis en place une politique de tolérance zéro pour lutter contre la tricherie et punir les responsables de l'usage ou de l'approvisionnement en produits dopants sans discrimination aucune entre le nord et le sud.

Cette lutte s’est largement intensifiée lors du mandat du président Rogge. Le nombre de tests effectués pendant les Jeux (plus de 5.000 à Londres) a été augmenté mais le nombre n'est pas aussi important que la qualité. En effet, cette dernière s'est nettement améliorée grâce aux connaissances et aux informations recueillies, ce qui permet d'effectuer plus de contrôles sur la base d'informations tangibles que de contrôles inopinés.

Cette lutte doit être poursuivie sans relâche. Il en va de la crédibilité du sport et de la santé de nos athlètes.

Quels sont vos projets au Maroc ?

Il s’agit d’apporter ma contribution – en tant que présidente fondatrice de l’Association marocaine Sport et Développement – à la mise en place d’un levier de mobilisation des énergies et des ressources humaines pour la concrétisation de projets sportifs à l’endroit de la jeunesse marocaine.

En tant que membre du bureau politique du RNI, j’œuvrerai et m’investirai davantage et pleinement dans le champ politique marocain.

Etes-vous ministrable ? 

Je reste en priorité à la disposition de mon pays. J’ai été respectivement secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires sociales chargé de la Jeunesse et des Sports, et ministre de la Jeunesse et des Sports en 1997 puis en 2007.

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Indicateurs trimestriels au 31/03/2020 d’Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.