Energies renouvelables : les projets se multiplient au Maghreb

Les énergies solaires et éoliennes gagnent du terrain au Maghreb. Tour d’horizon des différents projets en cours présentés au cours du Solar Wind Maghreb.

Energies renouvelables : les projets se multiplient au Maghreb

Le 22 mai 2013 à 9h54

Modifié 22 mai 2013 à 9h54

Les énergies solaires et éoliennes gagnent du terrain au Maghreb. Tour d’horizon des différents projets en cours présentés au cours du Solar Wind Maghreb.

« Grâce à un cadre législatif attrayant et une stabilité politique, le Maroc dispose de tous les atouts pour attirer les investisseurs étrangers et les professionnels des énergies renouvelables qui souhaitent y développer leurs projets » a souligné Abderrahim El Hafidi, directeur de l’électricité et des énergies renouvelables au Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement en donnant le coup d’envoi  de la 4ème édition du Solar Wind Maghreb, organisé à Rabat mardi 20 mai. L’ambition du royaume consiste en effet à se positionner comme le hub régional dans la production d’énergies propres et l’exportation éventuelle de ces énergies aux pays de l’Union européenne.

Avec une dépendance énergétique étrangère de près de 95% et une demande appelée à doubler d’ici 2020, soit le passage de 5.000 MW actuellement à 10.000 MW, et à quadrupler d’ici 2030, la production d’énergie solaire, éolienne et hydraulique est devenue plus qu’une exigence pour le royaume. La stratégie mise en place par l’agence Masen pourvoira 2.000 MW d’énergie solaire à l’horizon 2020.

L'appel d'offres pour Noor 3 lancé en 2014

Les travaux de la première centrale d’Ouarzazate, nommée Noor 1, sont déjà lancés et délivreront 160 MW sur les 500 prévus pour 2015. Suivront Noor 2, centrale de miroirs paraboliques à capacité plus élevée que Noor 1 et donc à optimisation supplémentaire par effet de taille, puis Noor 3 qui comprendra en plus la première tour solaire au Maroc avec capacité de stockage. Côté financements, Mustapha Bakoury a déclaré en réponse à Médias 24 que « Noor 2 et Noor 3 adopteront de façon générale le même schéma de Noor 1 mais nous essaieront d’améliorer d’autres aspects liés au montage, aux coûts et au financement. L’appel d’offres pour Noor 3 sera lancé dès l’an prochain ».

Le quatrième projet Noor 4 sera lancé en début 2014 et ne nécessitera pas autant de temps pour sa mise en place car celui-ci sera entièrement élaboré par la technologie photovoltaïque, moins complexe. Noor 4 produira les 50 MW nécessaire pour compléter l’objectif de 500 MW et sera connecté à cet effet aux centrales Noor 1, 2 et 3.

Du côté de l’éolien, le programme marocain intégré de l’énergie éolienne vise à produire 2 GW entièrement destiné à l’usage national dont 1 GW en 2014 et un deuxième gigawatt en 2020. Le potentiel de l’éolien au Sahara pourrait induire 5 GW supplémentaires à la même échéance selon les spécialistes de Sahara Wind Inc.

Les projets en Tunisie, en Algérie et en Egypte

Les experts du secteur ont également dressé un état de lieux sur les projets lancés et les autres en cours dans la région MENA.

En Tunisie, Nur Energie développe depuis 2009 une superficie de 10.000 hectares dans le sud du pays pour un projet solaire d’une capacité de production de 2.000 MW. En décembre 2011, Nur Energie et un groupe d’industriels tunisiens dirigé par TopOilfield Services lancent à travers leur joint-venture TuNur le premier projet solaire dans le sud-ouest du désert tunisien. Utilisant la technologie CSP, TuNur est destiné à exporter 2 GW d’énergie solaire vers l’Europe par voie terrestre et sous-marine vers l’Italie en premier puis de l’Italie vers l’Allemagne, la Suisse, la France et la Grande-Bretagne. Les travaux sont prévus pour 2015 avec une première livraison en 2017.

En Algérie, pour combler la dépendance énergétique intérieure, un programme a été dévoilé en février 2011 qui vise à produire 22 GW d’électricité à l’horizon 2030 dont 12 GW pour la couverture des besoins locaux et 10 GW destinés, en option, à l’export. Les 12.000 MW seront produits à 60% par CSP, 24% par panneaux photovoltaïques et 16% par énergie éolienne. Une partie des revenus des exportations algériennes de produits fossiles (pétrole et gaz) servira à financer ce projet.

En Egypte, la stratégie des énergies renouvelables, approuvée par le Conseil suprême des énergies en février 2008, vise à satisfaire 20% des besoins intérieurs en énergie électrique en 2020. Ces 20% seront constitués de 12% d’apports par énergie éolienne, 5,2% par hydraulique et 2,8% par le solaire et d’autres technologies propres. Les installations déjà mises en place sont à hauteur de 14 GW comprenant les diverses technologies.

Les projets solaires de l’Egypte à l’horizon 2027 installeront plus de 3.500 MW dont 2.800 par CSP et 700 en PV (photovoltaïque). A noter qu’une superficie de 7.600 km² dans le désert égyptien sera allouée à de futurs projets dans le secteur.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : Communiqué post Assemblée Générale Extraordinaire du 26 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.