Levée de boucliers et désarroi des restaurateurs après les nouvelles restrictions

Dans un communiqué, les associations représentatives demandent des précisions supplémentaires et expriment l'inquiétude générale des métiers concernés. La CGEM exprime son soutien.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/22-12-2020/cafefermeMAP.jpg-oui
Levée de boucliers et désarroi des restaurateurs après les nouvelles restrictions  (Photo MAP)

Le 22 décembre 2020 à 13:21

Modifié le 22 décembre 2020 à 15:42

La Confédération marocaine des métiers de bouches qui réunit la Fédération marocaine des traiteurs, la Fédération nationale des pâtisseries et boulangeries, la Fédération marocaine de la franchise et la Fédération des cafés et de la restauration rapide ont écrit au Chef du gouvernement, suite à l'annonce, lundi soir, de nouvelles restrictions qui entrent en vigueur pour trois semaines ce mercredi 23 décembre.

Ces restrictions consistent notamment en un couvre-feu national à partir de 21H, la fermeture des cafés, commerces et centres commerciaux à compter de 20H tous les jours, et la fermeture totale des restaurants à Casablanca, Tanger, Marrakech et Agadir.

Les auteurs de la lettre adressée au Chef de gouvernement évoquent "une décision drastique voire mortelle pour les franchises, restaurants et cafés".

Ils demandent également davantage de précisions :

- la restauration rapide est-elle concernée ?

- les produits de livraison à domicile et à emporter le sont-ils ?

- les restaurants des hôtels sont-ils concernés ?

Les signataires rappellent "que la restauration rapide joue un rôle majeur dans le quotidien d’un citoyen habitant dans les grandes villes".

Au niveau national, 30% des commerces ont été contraints à la fermeture et à la cessation d’activité, et les autres suffoquent ou agonisent, affirme le texte. Comment l’Etat va-t-il accompagner ces entreprises dans le maintien de leur survie et le respect de leurs engagements vis-à-vis des collaborateurs, des bailleurs, des banques, des fournisseurs… et de l’Etat lui-même?, s'interrogent les professionnels.

Les professionnels proposent d'exclure de ces restrictions les restaurants qui ne servent pas de boissons alcoolisées; de maintenir pour les cafés et restaurants, l’activité en mode livraison, drive et à emporter jusqu’à 20H dans le respect des mesures sanitaires. Et de maintenir, pour tous commerces, l’activité de livraison et de récupération à l’extérieur des magasins jusqu’à 20H.

 Chakib Alj : des mesures de soutien économique aux entreprises touchées s'imposent

Chakib Alj, président de la CGEM, va dans le même sens. Voici la déclaration qu'il nous a fait parvenir:

"La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) comprend qu’au vu de la situation épidémiologique, des restrictions sanitaires s’imposent.

"Toutefois, il n’est pas juste de faire supporter à des secteurs en particulier le coût économique des restrictions sanitaires, sans mettre en place des mesures de soutien économique aux entreprises opérant dans ces secteurs et contraintes de fermer par décision administrative.

"La CGEM ne ménagera aucun effort pour porter la voix des opérateurs concernés auprès des pouvoirs publics. Elle poursuivra sa mobilisation et son engagement pour soutenir le secteur privé, notamment les TPME, à traverser cette crise avec un minimum de dégâts."

(Photo MAP)

Levée de boucliers et désarroi des restaurateurs après les nouvelles restrictions

Le 22 décembre 2020 à13:34

Modifié le 22 décembre 2020 à 15:42

Dans un communiqué, les associations représentatives demandent des précisions supplémentaires et expriment l'inquiétude générale des métiers concernés. La CGEM exprime son soutien.

com_redaction-31

La Confédération marocaine des métiers de bouches qui réunit la Fédération marocaine des traiteurs, la Fédération nationale des pâtisseries et boulangeries, la Fédération marocaine de la franchise et la Fédération des cafés et de la restauration rapide ont écrit au Chef du gouvernement, suite à l'annonce, lundi soir, de nouvelles restrictions qui entrent en vigueur pour trois semaines ce mercredi 23 décembre.

Ces restrictions consistent notamment en un couvre-feu national à partir de 21H, la fermeture des cafés, commerces et centres commerciaux à compter de 20H tous les jours, et la fermeture totale des restaurants à Casablanca, Tanger, Marrakech et Agadir.

Les auteurs de la lettre adressée au Chef de gouvernement évoquent "une décision drastique voire mortelle pour les franchises, restaurants et cafés".

Ils demandent également davantage de précisions :

- la restauration rapide est-elle concernée ?

- les produits de livraison à domicile et à emporter le sont-ils ?

- les restaurants des hôtels sont-ils concernés ?

Les signataires rappellent "que la restauration rapide joue un rôle majeur dans le quotidien d’un citoyen habitant dans les grandes villes".

Au niveau national, 30% des commerces ont été contraints à la fermeture et à la cessation d’activité, et les autres suffoquent ou agonisent, affirme le texte. Comment l’Etat va-t-il accompagner ces entreprises dans le maintien de leur survie et le respect de leurs engagements vis-à-vis des collaborateurs, des bailleurs, des banques, des fournisseurs… et de l’Etat lui-même?, s'interrogent les professionnels.

Les professionnels proposent d'exclure de ces restrictions les restaurants qui ne servent pas de boissons alcoolisées; de maintenir pour les cafés et restaurants, l’activité en mode livraison, drive et à emporter jusqu’à 20H dans le respect des mesures sanitaires. Et de maintenir, pour tous commerces, l’activité de livraison et de récupération à l’extérieur des magasins jusqu’à 20H.

 Chakib Alj : des mesures de soutien économique aux entreprises touchées s'imposent

Chakib Alj, président de la CGEM, va dans le même sens. Voici la déclaration qu'il nous a fait parvenir:

"La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) comprend qu’au vu de la situation épidémiologique, des restrictions sanitaires s’imposent.

"Toutefois, il n’est pas juste de faire supporter à des secteurs en particulier le coût économique des restrictions sanitaires, sans mettre en place des mesures de soutien économique aux entreprises opérant dans ces secteurs et contraintes de fermer par décision administrative.

"La CGEM ne ménagera aucun effort pour porter la voix des opérateurs concernés auprès des pouvoirs publics. Elle poursuivra sa mobilisation et son engagement pour soutenir le secteur privé, notamment les TPME, à traverser cette crise avec un minimum de dégâts."

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

IMMORENTE INVEST : UN RENDEMENT DE 4,5 DH/ACTION RELATIF À L’ANNÉE 2020.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.