Les pédiatres appellent à assouplir le confinement pour le bien-être des enfants

La Société marocaine de pédiatrie redoute d’importants stress post-traumatiques et troubles du comportement chez les enfants à la sortie du confinement.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/11-06-2020/corona-enfant00.jpg-oui
Les pédiatres appellent à assouplir le confinement pour le bien-être des enfants

Le 11 juin 2020 à 16:38

Modifié le 11 juin 2020 à 18:49

Confinés depuis presque trois mois, les enfants sont à bout. Dans une lettre adressée au ministre de la Santé Khalid Aït Taleb, la Société marocaine de pédiatrie (SMP) alerte sur les conséquences de ce long confinement sur la santé mentale des enfants et appelle à assouplir cette mesure.

"Comme le confinement va être prolongé dans certaines régions du Maroc, je voudrais attirer votre attention sur son effet dévastateur sur l’enfant, comme le confirment de nombreuses études. En effet, l’impact psychologique et le traumatisme qui en découlent doivent être pris en compte, d’autant plus que l’enfant n’est ni vecteur ni contaminant", écrit le Dr Hassan Afilal, pédiatre et président de la Société marocaine de pédiatrie.

Il appelle le ministre de la Santé à "prendre des mesures d’assouplissement afin que les enfants puissent sortir des domiciles avec le respect des mesures barrière".

Les enfants ne comprennent pas la situation

"Il s’agit d’attirer l’attention du ministère de la Santé sur l’impact psychologique du confinement sur les enfants, dont beaucoup commencent à développer des états dépressifs, d’hyperactivité, d’irritabilité et d’agressivité", soutient le Dr Hassan Afilal, contacté par Médias24.

D’autres enfants présentent également des troubles du comportement conjugués à une destructuration du sommeil. "Ils ne connaissent plus le jour et la nuit", alerte le pédiatre, qui observe une perte des repères temporels chez certains enfants qui se couchent tard et se lèvent tard. Le tout dans un contexte familial tendu "puisque tout le monde est confiné ; tout le monde est donc irrité".

Outre ce sentiment d’oppression engendré par la longue période de confinement, en vigueur depuis le 20 mars au Maroc, cette irritabilité observée chez plusieurs enfants s’explique aussi par une incompréhension totale de la situation et la frustration qu’elle engendre. "On ne leur a pas bien expliqué les choses et ils ont donc très peur. Ce que nous recommandons aux parents, c’est d’expliquer positivement la situation aux enfants car à l’heure actuelle, beaucoup ne comprennent absolument pas pourquoi ils sont contraints de rester enfermés à la maison, ce qu’est ce virus qui peut potentiellement entraîner la mort d’un membre de leur famille… Il faut leur expliquer qu’ils pourront à nouveau sortir bientôt ; que cette situation est temporaire car ils finissent par ne même plus savoir s’ils pourront sortir de chez eux un jour ! A partir de trois ans, un enfant comprend très bien les choses", explique le Dr Hassan Afilal.

La rupture brutale des liens sociaux n’a pas non plus été sans conséquence : "Les enfants ne voient plus leurs amis depuis deux mois. Or le manque de liens peut conduire à des états d’aliénation", prévient encore le pédiatre, qui estime que l’enfant "a été quelque peu oublié dans ce contexte de Covid-19" et redoute "des états de stress post-traumatique et des troubles du comportement dont il va être difficile de se débarrasser".

Le port du masque pas nécessaire chez les enfants de moins de six ans

Autre point soulevé dans le communiqué de la SMP : le non-port du masque chez les adultes. Le Dr Hassan Afilal demande au ministre de la Santé de "permettre le non-port du masque dans les voitures" afin d’éviter "une hypoxie et une hypercapnie, avec chute de tension pouvant induire une perte de connaissance". Une hypoxie se définit comme un manque d’oxygène que le sang distribue aux tissus de l’organisme, tandis que l’hypercapnie désigne une hausse anormale de la pression partielle en CO2 (dioxyde de carbone) dans le sang. "Notre but n’est pas de créer la polémique mais de faire en sorte que la population bénéficie des informations scientifiques que nous avons afin de leur éviter quelques désagréments", conclut le Dr Hassan Afilal, qui rappelle au passage que le port du masque n’est pas nécessaire chez les enfants de moins de six ans.

Les pédiatres appellent à assouplir le confinement pour le bien-être des enfants

Le 11 juin 2020 à17:06

Modifié le 11 juin 2020 à 18:49

La Société marocaine de pédiatrie redoute d’importants stress post-traumatiques et troubles du comportement chez les enfants à la sortie du confinement.

com_redaction-31

Confinés depuis presque trois mois, les enfants sont à bout. Dans une lettre adressée au ministre de la Santé Khalid Aït Taleb, la Société marocaine de pédiatrie (SMP) alerte sur les conséquences de ce long confinement sur la santé mentale des enfants et appelle à assouplir cette mesure.

"Comme le confinement va être prolongé dans certaines régions du Maroc, je voudrais attirer votre attention sur son effet dévastateur sur l’enfant, comme le confirment de nombreuses études. En effet, l’impact psychologique et le traumatisme qui en découlent doivent être pris en compte, d’autant plus que l’enfant n’est ni vecteur ni contaminant", écrit le Dr Hassan Afilal, pédiatre et président de la Société marocaine de pédiatrie.

Il appelle le ministre de la Santé à "prendre des mesures d’assouplissement afin que les enfants puissent sortir des domiciles avec le respect des mesures barrière".

Les enfants ne comprennent pas la situation

"Il s’agit d’attirer l’attention du ministère de la Santé sur l’impact psychologique du confinement sur les enfants, dont beaucoup commencent à développer des états dépressifs, d’hyperactivité, d’irritabilité et d’agressivité", soutient le Dr Hassan Afilal, contacté par Médias24.

D’autres enfants présentent également des troubles du comportement conjugués à une destructuration du sommeil. "Ils ne connaissent plus le jour et la nuit", alerte le pédiatre, qui observe une perte des repères temporels chez certains enfants qui se couchent tard et se lèvent tard. Le tout dans un contexte familial tendu "puisque tout le monde est confiné ; tout le monde est donc irrité".

Outre ce sentiment d’oppression engendré par la longue période de confinement, en vigueur depuis le 20 mars au Maroc, cette irritabilité observée chez plusieurs enfants s’explique aussi par une incompréhension totale de la situation et la frustration qu’elle engendre. "On ne leur a pas bien expliqué les choses et ils ont donc très peur. Ce que nous recommandons aux parents, c’est d’expliquer positivement la situation aux enfants car à l’heure actuelle, beaucoup ne comprennent absolument pas pourquoi ils sont contraints de rester enfermés à la maison, ce qu’est ce virus qui peut potentiellement entraîner la mort d’un membre de leur famille… Il faut leur expliquer qu’ils pourront à nouveau sortir bientôt ; que cette situation est temporaire car ils finissent par ne même plus savoir s’ils pourront sortir de chez eux un jour ! A partir de trois ans, un enfant comprend très bien les choses", explique le Dr Hassan Afilal.

La rupture brutale des liens sociaux n’a pas non plus été sans conséquence : "Les enfants ne voient plus leurs amis depuis deux mois. Or le manque de liens peut conduire à des états d’aliénation", prévient encore le pédiatre, qui estime que l’enfant "a été quelque peu oublié dans ce contexte de Covid-19" et redoute "des états de stress post-traumatique et des troubles du comportement dont il va être difficile de se débarrasser".

Le port du masque pas nécessaire chez les enfants de moins de six ans

Autre point soulevé dans le communiqué de la SMP : le non-port du masque chez les adultes. Le Dr Hassan Afilal demande au ministre de la Santé de "permettre le non-port du masque dans les voitures" afin d’éviter "une hypoxie et une hypercapnie, avec chute de tension pouvant induire une perte de connaissance". Une hypoxie se définit comme un manque d’oxygène que le sang distribue aux tissus de l’organisme, tandis que l’hypercapnie désigne une hausse anormale de la pression partielle en CO2 (dioxyde de carbone) dans le sang. "Notre but n’est pas de créer la polémique mais de faire en sorte que la population bénéficie des informations scientifiques que nous avons afin de leur éviter quelques désagréments", conclut le Dr Hassan Afilal, qui rappelle au passage que le port du masque n’est pas nécessaire chez les enfants de moins de six ans.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
0

Communication financière

Résultats de l'offre publique d’achat obligatoire portant sur les actions de la Société Maghrébine de Monétique (S2M) à l’initiative de Medtech et Millennium Ventures

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.