Le revenu moyen des actifs occupés a chuté de moitié pendant le confinement (HCP)

Selon les résultats d'une étude publiée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), ce mercredi 22 juillet, portant sur les répercussions économiques de la pandémie du Coronavirus sur la situation des ménages, deux tiers des actifs occupés ont dû arrêter temporairement leur activité suite au confinement. 

0-https://medias24.com//photos_articles/big/23-07-2020/industrieplastique02.jpg-oui
Le revenu moyen des actifs occupés a chuté de moitié pendant le confinement (HCP)

Le 23 juillet 2020 à 12:50

Modifié le 23 juillet 2020 à 12:57

Cette étude, mené par le HCP du 15 au 24 juin dernier auprès d’un échantillon représentatif de 2.169 ménages, souligne qu'en terme de statut professionnel, les catégories les plus touchées par cet arrêt de l'activité pendant le confinement sont les indépendants et employeurs (74%) ainsi que les salariés (65%). 

Le BTP et l’industrie sont les secteurs où les actifs occupés ont été les plus impactés avec une part de 84% et 75%, en ordre respectif.

Seulement le tiers des actifs occupés impactés ont repris leur activité

La même étude souligne que parmi les actifs occupés ayant dû arrêter de travailler suite au confinement, plus de la moitié (53%) sont toujours en situation d’arrêt de travail, le tiers ont repris leur activité alors que 11% sont soit à la recherche d’un nouvel emploi soit en situation d’inactivité. 

La reprise de l’activité est observée parmi les citadins plus que parmi les ruraux, avec respectivement 39% et 31%. Ces derniers ont basculé vers le chômage (17,4%) ou l’inactivité (7%) plus que les citadins.

D'un autre côté, la part des personnes ayant repris leur emploi après un arrêt temporaire est de 33% dans le secteur BTP, 32% au niveau de l’agriculture, 34% au niveau des services, 41% dans le commerce et 44% dans l’industrie.

Fermeture des entreprises et réduction des effectifs

Près de la moitié des actifs occupés ayant arrêté de travailler pendant le confinement sanitaire ont évoqué, comme raison principale, la fermeture des entreprises ou la réduction des effectifs. Ils ont évoqué, en deuxième position, l’arrêt d’une activité indépendante (40% des cas) . Et en troisième position, la crainte d’une contamination pour 7% des actifs occupés, une raison citée par 14% de personnes souffrant de maladies chroniques.

D'autre part, parmi l’ensemble des personnes en situation d’emploi, 16% ont adopté, pendant le confinement, le télétravail. 

Par ailleurs, environ 2 tiers des actifs occupés exerçant une activité rémunérée ont vu leurs revenus baisser en période de confinement, 35% stagner et 3% augmenter. La baisse des revenus a touché 70% de ruraux contre 59% de citadins.

En terme de niveau de vie, la baisse des revenus a touché trois-quarts des actifs occupés appartenant à la classe des 20% les plus défavorisés contre 44% parmi ceux de la classe des 20% les plus aisés.

Les artisans et ouvriers sont les plus touchés par la baisse des revenus

En comparaison avec la période d’avant confinement, le revenu mensuel moyen des actifs occupés a baissé de moitié. Il a connu une baisse de 62% parmi les ruraux, contre 46% parmi les citadins.

Par catégorie socioprofessionnelle, la baisse du revenu mensuel moyen a atteint 74% parmi les artisans et ouvriers qualifiés, 71% parmi les ouvriers, 65% parmi les exploitants agricoles, 40% parmi les employés, 32% parmi les cadres moyens, 24% parmi les cadres supérieurs, 70% parmi les indépendants ou employeurs et 44% parmi les salariés.

Par secteur d’activité, cette baisse est de 68% parmi les travailleurs du BTP, 55% de l’industrie et 39% des services. 

Une personne sur quatre a bénéficié de l’aide publique 

Pour compenser la perte d’emploi et la baisse de revenu, 30% des personnes en âge d’activité ont sollicité l’aide de l’Etat ou de l’employeur dans le cadre des programmes de soutien aux personnes ayant perdu leur emploi dans le secteur privé, formel ou informel.

Les trois-quarts d’entre elles, représentant 6 millions de personnes, ont bénéficié de ce soutien. Et environ 1 personne en âge d’activité sur 4 a bénéficié de l’aide publique. Environ 5,2 millions de personnes (87%) en ont bénéficié dans le cadre des programmes Ramed et Tadamoun Covid, 740.000 personnes (12%) dans le cadre du programme d’appui aux salariés affiliés à la CNSS et une minorité (1%) sous forme d’aides fournies par les employeurs.

L’aide publique a compensé 35% des pertes de revenus de travail 

L’aide publique octroyée dans le cadre des programmes de soutien aux personnes ayant perdu leur emploi dans le secteur privé, formel ou informel a permis de compenser, en moyenne, 35% de perte de revenus issus d’activités, dans les villes beaucoup plus qu’à la campagne avec respectivement 63% et 28%.

La part de compensation des pertes de revenus est, par secteur, de 17% dans les services, 47% l’industrie, 57% le commerce, 77% l’agriculture et 91% le BTP. 

Egalement, elle varie, selon le statut professionnel, de 27% parmi les salariés à 78% parmi les indépendants ou les employeurs. 

Pour certaines catégories, l’aide publique octroyée a permis de compenser la totalité des revenus perdus. C’est le cas, particulièrement, des ouvriers qualifiés et artisans, des ouvriers et manœuvres agricoles, des manœuvres non agricoles et des personnes appartenant aux 20% les plus défavorisés.

Pour 1 actif occupé sur 4, aucune mesure de protection contre le virus n’est prise dans les lieux de travail 

Environ le quart des actifs occupés déclarent qu’aucune mesure de protection contre le Covid-19 n’a été prise dans les lieux de travail.

Cette proportion enregistre 50,6% dans le secteur de l’agriculture, 28,1% dans le BTP, 14,1% dans les services et 18,2% dans l’industrie. 

Les mesures de protection adoptées sont le port de masques, déclaré par 61% d’actifs occupés, l’utilisation du gel désinfectant et du savon (52%), la désinfection régulière des lieux de travail (31%) et la prise de température (15%). 

D’autres mesures d’ordre préventif ont été également rapportées dont le recours au travail alterné (8%) et le télétravail à plein temps (9%).

Par ailleurs, le quart des indépendants et employeurs prévoit une augmentation de la production au cours des 3 prochains mois en termes de biens et services, 18,5% prévoit une stagnation et 21,4% une diminution. Ceux exerçant dans le BTP sont les plus optimistes (39%), suivis des services (30,6%) et de l’industrie (27,4%).

>> Lire Aussi : HCP: l'activité économique a reculé de 13,8% pendant le confinement (estimation)

Le revenu moyen des actifs occupés a chuté de moitié pendant le confinement (HCP)

Le 23 juillet 2020 à12:52

Modifié le 23 juillet 2020 à 12:57

Selon les résultats d'une étude publiée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), ce mercredi 22 juillet, portant sur les répercussions économiques de la pandémie du Coronavirus sur la situation des ménages, deux tiers des actifs occupés ont dû arrêter temporairement leur activité suite au confinement. 

Cette étude, mené par le HCP du 15 au 24 juin dernier auprès d’un échantillon représentatif de 2.169 ménages, souligne qu'en terme de statut professionnel, les catégories les plus touchées par cet arrêt de l'activité pendant le confinement sont les indépendants et employeurs (74%) ainsi que les salariés (65%). 

Le BTP et l’industrie sont les secteurs où les actifs occupés ont été les plus impactés avec une part de 84% et 75%, en ordre respectif.

Seulement le tiers des actifs occupés impactés ont repris leur activité

La même étude souligne que parmi les actifs occupés ayant dû arrêter de travailler suite au confinement, plus de la moitié (53%) sont toujours en situation d’arrêt de travail, le tiers ont repris leur activité alors que 11% sont soit à la recherche d’un nouvel emploi soit en situation d’inactivité. 

La reprise de l’activité est observée parmi les citadins plus que parmi les ruraux, avec respectivement 39% et 31%. Ces derniers ont basculé vers le chômage (17,4%) ou l’inactivité (7%) plus que les citadins.

D'un autre côté, la part des personnes ayant repris leur emploi après un arrêt temporaire est de 33% dans le secteur BTP, 32% au niveau de l’agriculture, 34% au niveau des services, 41% dans le commerce et 44% dans l’industrie.

Fermeture des entreprises et réduction des effectifs

Près de la moitié des actifs occupés ayant arrêté de travailler pendant le confinement sanitaire ont évoqué, comme raison principale, la fermeture des entreprises ou la réduction des effectifs. Ils ont évoqué, en deuxième position, l’arrêt d’une activité indépendante (40% des cas) . Et en troisième position, la crainte d’une contamination pour 7% des actifs occupés, une raison citée par 14% de personnes souffrant de maladies chroniques.

D'autre part, parmi l’ensemble des personnes en situation d’emploi, 16% ont adopté, pendant le confinement, le télétravail. 

Par ailleurs, environ 2 tiers des actifs occupés exerçant une activité rémunérée ont vu leurs revenus baisser en période de confinement, 35% stagner et 3% augmenter. La baisse des revenus a touché 70% de ruraux contre 59% de citadins.

En terme de niveau de vie, la baisse des revenus a touché trois-quarts des actifs occupés appartenant à la classe des 20% les plus défavorisés contre 44% parmi ceux de la classe des 20% les plus aisés.

Les artisans et ouvriers sont les plus touchés par la baisse des revenus

En comparaison avec la période d’avant confinement, le revenu mensuel moyen des actifs occupés a baissé de moitié. Il a connu une baisse de 62% parmi les ruraux, contre 46% parmi les citadins.

Par catégorie socioprofessionnelle, la baisse du revenu mensuel moyen a atteint 74% parmi les artisans et ouvriers qualifiés, 71% parmi les ouvriers, 65% parmi les exploitants agricoles, 40% parmi les employés, 32% parmi les cadres moyens, 24% parmi les cadres supérieurs, 70% parmi les indépendants ou employeurs et 44% parmi les salariés.

Par secteur d’activité, cette baisse est de 68% parmi les travailleurs du BTP, 55% de l’industrie et 39% des services. 

Une personne sur quatre a bénéficié de l’aide publique 

Pour compenser la perte d’emploi et la baisse de revenu, 30% des personnes en âge d’activité ont sollicité l’aide de l’Etat ou de l’employeur dans le cadre des programmes de soutien aux personnes ayant perdu leur emploi dans le secteur privé, formel ou informel.

Les trois-quarts d’entre elles, représentant 6 millions de personnes, ont bénéficié de ce soutien. Et environ 1 personne en âge d’activité sur 4 a bénéficié de l’aide publique. Environ 5,2 millions de personnes (87%) en ont bénéficié dans le cadre des programmes Ramed et Tadamoun Covid, 740.000 personnes (12%) dans le cadre du programme d’appui aux salariés affiliés à la CNSS et une minorité (1%) sous forme d’aides fournies par les employeurs.

L’aide publique a compensé 35% des pertes de revenus de travail 

L’aide publique octroyée dans le cadre des programmes de soutien aux personnes ayant perdu leur emploi dans le secteur privé, formel ou informel a permis de compenser, en moyenne, 35% de perte de revenus issus d’activités, dans les villes beaucoup plus qu’à la campagne avec respectivement 63% et 28%.

La part de compensation des pertes de revenus est, par secteur, de 17% dans les services, 47% l’industrie, 57% le commerce, 77% l’agriculture et 91% le BTP. 

Egalement, elle varie, selon le statut professionnel, de 27% parmi les salariés à 78% parmi les indépendants ou les employeurs. 

Pour certaines catégories, l’aide publique octroyée a permis de compenser la totalité des revenus perdus. C’est le cas, particulièrement, des ouvriers qualifiés et artisans, des ouvriers et manœuvres agricoles, des manœuvres non agricoles et des personnes appartenant aux 20% les plus défavorisés.

Pour 1 actif occupé sur 4, aucune mesure de protection contre le virus n’est prise dans les lieux de travail 

Environ le quart des actifs occupés déclarent qu’aucune mesure de protection contre le Covid-19 n’a été prise dans les lieux de travail.

Cette proportion enregistre 50,6% dans le secteur de l’agriculture, 28,1% dans le BTP, 14,1% dans les services et 18,2% dans l’industrie. 

Les mesures de protection adoptées sont le port de masques, déclaré par 61% d’actifs occupés, l’utilisation du gel désinfectant et du savon (52%), la désinfection régulière des lieux de travail (31%) et la prise de température (15%). 

D’autres mesures d’ordre préventif ont été également rapportées dont le recours au travail alterné (8%) et le télétravail à plein temps (9%).

Par ailleurs, le quart des indépendants et employeurs prévoit une augmentation de la production au cours des 3 prochains mois en termes de biens et services, 18,5% prévoit une stagnation et 21,4% une diminution. Ceux exerçant dans le BTP sont les plus optimistes (39%), suivis des services (30,6%) et de l’industrie (27,4%).

>> Lire Aussi : HCP: l'activité économique a reculé de 13,8% pendant le confinement (estimation)

A lire aussi


Communication financière

CFG Bank - Enregistrement note d’information CD

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.