Benchaâboun: "Le Maroc perd 1 milliard de DH pour chaque jour de confinement"

Mohamed Benchaaboun a livré des indicateurs sur l'impact économique de la crise sanitaire. Le Maroc perdra 5 à 7 point de la croissance du PIB.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/19-05-2020/benchaaboun___.jpg-oui
Benchaâboun:

Le 19 mai 2020 à 13:28

Modifié le 19 mai 2020 à 15:39

Lors de son intervention à la chambre des conseillers ce mardi 19 mai, le ministre de l'Economie et des Finances Mohamed Benchaaboun répondait aux questions des parlementaires.

Il a donné un éclairage sur la situation économique notamment l'impact de la crise sanitaire vu à travers les indicateurs économiques.

Sur l'export, le ministre explique que la majorité des secteurs liés aux chaines de valeur mondiales ont enregistré un recul. Sur les quatre premiers mois de l'année 2020 :

- Les exportations ont reculé de 61,5%

- Les importations ont baissé de 37,6%. 

- Les recettes touristiques ont baissé de 15% et de 60% pour le seul mois d'avril.

- Les recettes des MRE ont reculé de 11% sur les 4 premiers mois et de 30% pour le seul mois d'avril.

Les secteurs exportateurs les plus touchés par la baisse sont :

- Automobile : -96% en avril, -86% en mars

- Aéronautique : -81% en avril, -52% en mars

- Electronique : -93% en avril, -51% en mars

- Textile : -86,5% en avril, -40% en mars

Selon le ministre, les deux mois de confinement vont coûter à l'économie marocaine 6 point de croissance du PIB en 2020.

"Ce qui se traduit par la perte de 1 MMDH pour chaque jour de confinement. La perte aurait été plus importante sans l'aide financière apportée aux ménages à travers le Fonds Covid-19", affirme le ministre.

Ces aides ont concerné, pour l'heure :

- 701.000 salariés déclarés à la CNSS en arrêt temporaire d'activité en mars, et 950.000 en avril : Une enveloppe mensuelle de 2 milliards de DH leur est consacrée.

- 4 millions de ménages travaillant dans l'informel sur 4,3 millions de ménages éligibles pendant la première vague d'octroi des aides, et 1 million de ménages pendant la deuxième vague : l'enveloppe allouée à chaque vague s'élève à 4,2 milliards de DH.

A ces aides s'ajoute le report des échéances bancaires (environ 400.000 bénéficiaires).

Quoiqu'il en soit, si l'on extrapole les pertes en tenant compte de la prolongation du confinement, le Maroc aura perdu d'ici le 10 juin, 80 milliards de DH.

Par ailleurs, le ministre annonce que la crise économique impactera les recettes du Trésor: cette perte est estimée à 500 MDH pour chaque jour de confinement.

Il a affirmé que pour faire face à cette situation, outre la LPL et le crédit mobilisé de la Banque Mondiale, l'Etat marocain a entamé les discussions avec les principaux bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux et s'apprête dans les plus brefs délais à émettre des bonds sur le marché financier international.

Benchaâboun: "Le Maroc perd 1 milliard de DH pour chaque jour de confinement"

Le 19 mai 2020 à13:53

Modifié le 19 mai 2020 à 15:39

Mohamed Benchaaboun a livré des indicateurs sur l'impact économique de la crise sanitaire. Le Maroc perdra 5 à 7 point de la croissance du PIB.

Lors de son intervention à la chambre des conseillers ce mardi 19 mai, le ministre de l'Economie et des Finances Mohamed Benchaaboun répondait aux questions des parlementaires.

Il a donné un éclairage sur la situation économique notamment l'impact de la crise sanitaire vu à travers les indicateurs économiques.

Sur l'export, le ministre explique que la majorité des secteurs liés aux chaines de valeur mondiales ont enregistré un recul. Sur les quatre premiers mois de l'année 2020 :

- Les exportations ont reculé de 61,5%

- Les importations ont baissé de 37,6%. 

- Les recettes touristiques ont baissé de 15% et de 60% pour le seul mois d'avril.

- Les recettes des MRE ont reculé de 11% sur les 4 premiers mois et de 30% pour le seul mois d'avril.

Les secteurs exportateurs les plus touchés par la baisse sont :

- Automobile : -96% en avril, -86% en mars

- Aéronautique : -81% en avril, -52% en mars

- Electronique : -93% en avril, -51% en mars

- Textile : -86,5% en avril, -40% en mars

Selon le ministre, les deux mois de confinement vont coûter à l'économie marocaine 6 point de croissance du PIB en 2020.

"Ce qui se traduit par la perte de 1 MMDH pour chaque jour de confinement. La perte aurait été plus importante sans l'aide financière apportée aux ménages à travers le Fonds Covid-19", affirme le ministre.

Ces aides ont concerné, pour l'heure :

- 701.000 salariés déclarés à la CNSS en arrêt temporaire d'activité en mars, et 950.000 en avril : Une enveloppe mensuelle de 2 milliards de DH leur est consacrée.

- 4 millions de ménages travaillant dans l'informel sur 4,3 millions de ménages éligibles pendant la première vague d'octroi des aides, et 1 million de ménages pendant la deuxième vague : l'enveloppe allouée à chaque vague s'élève à 4,2 milliards de DH.

A ces aides s'ajoute le report des échéances bancaires (environ 400.000 bénéficiaires).

Quoiqu'il en soit, si l'on extrapole les pertes en tenant compte de la prolongation du confinement, le Maroc aura perdu d'ici le 10 juin, 80 milliards de DH.

Par ailleurs, le ministre annonce que la crise économique impactera les recettes du Trésor: cette perte est estimée à 500 MDH pour chaque jour de confinement.

Il a affirmé que pour faire face à cette situation, outre la LPL et le crédit mobilisé de la Banque Mondiale, l'Etat marocain a entamé les discussions avec les principaux bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux et s'apprête dans les plus brefs délais à émettre des bonds sur le marché financier international.

A lire aussi


Communication financière

CFG Bank - Enregistrement note d’information CD

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.