Accord national pour la protection des enfants en situation de précarité

Un accord sur la mise en place du "dispositif territorial pour la prise en charge des enfants en situation de précarité" a été signé lors d’une cérémonie organisée lundi 27 mai à Rabat à l’occasion de la Journée nationale de l’enfant.

Accord national pour la protection des enfants en situation de précarité

Le 28 mai 2024 à 15h06

Modifié 28 mai 2024 à 16h12

Un accord sur la mise en place du "dispositif territorial pour la prise en charge des enfants en situation de précarité" a été signé lors d’une cérémonie organisée lundi 27 mai à Rabat à l’occasion de la Journée nationale de l’enfant.

Signé par la ministre de la Solidarité, de l’insertion sociale et de la famille, Aawatif Hayar, le président du Ministère public, El Hassan Daki, et les représentants d’autres départements ministériels, ce protocole dont les dispositions s’appliquent sur tout le territoire national vise notamment à renforcer la coordination entre l’ensemble des intervenants dans le domaine de la protection de l’enfance.

La cérémonie de signature de ce protocole a eu lieu lors d’une rencontre organisée par le ministère de la Solidarité, de l’insertion sociale et de la famille, en partenariat avec la présidence du Ministère public et avec le soutien de l’UNICEF, pour présenter le deuxième programme national exécutif de la politique publique intégrée pour la protection de l’enfance 2023-2026.

Ce document définit les missions et les responsabilités de chaque intervenant, ainsi que la qualité des services à fournir à chaque enfant en fonction de sa situation, tout en garantissant la convergence et la complémentarité des interventions. Il couvre aussi toutes les catégories d’enfants en situation de précarité, y compris les enfants en situation difficile, les enfants délaissés et ceux exposés à la négligence, à la violence, à l’exploitation et au mariage précoce. Sont également concernés les enfants en conflit avec la loi et les enfants victimes d’actes criminels, quelle que soit leur nationalité. La finalité de cet accord est d’assurer à toutes ces catégories une meilleure protection, qu’elle soit sociale ou judiciaire.

Dans une allocution de circonstance, Aawatif Hayar a souligné la mobilisation de son département dans le cadre de la stratégie "GISR pour un développement social inclusif, innovant et durable" et son ouverture continue sur tous les partenaires nationaux et internationaux en vue de contribuer à l’aboutissement des chantiers engagés par le Royaume en matière de promotion des droits de l’enfant.

Evoquant les réalisations du ministère, Aawatif Hayar a cité la généralisation de la mise en place de dispositifs territoriaux intégrés pour la protection de l’enfance dans toutes les provinces, le but étant d’instaurer un système inclusif à même de prémunir les enfants de toutes les formes de violence, d’exploitation et de négligence.

Elle a, de même, relevé que le Royaume a réalisé de "grands progrès" dans le domaine de la protection de l’enfance malgré des défis et contraintes qui appellent un effort conjugué de l’ensemble des intervenants, y compris les mécanismes gouvernementaux, les institutions et organismes nationaux, la société civile et les collectivités territoriales. L’objectif, selon la ministre, est de renforcer la convergence des politiques et des programmes afin de contribuer au renforcement des mécanismes de l’Etat social.

De son côté, le Procureur général du Roi près la Cour de cassation, président du Ministère public, a indiqué que les lois nationales ont renforcé la protection des droits de l’enfant, comme en témoigne l’adoption d’une politique publique intégrée en la matière qui vise à promouvoir les normes sociales de protection et à renforcer les instances territoriales chargées de les protéger.

Il a fait remarquer que les services de justice n’ont pas été en reste dans cet effort visant à faciliter l’accès des enfants à la protection judiciaire, sans se soucier des raisons qui les ont mis en contact avec la loi. Il a cité à ce propos le renforcement des rôles des cellules d’accueil des femmes et des enfants dans tous les tribunaux du Royaume, ainsi que le rôle des commissions régionales et locales qui veillent à la coordination avec les différents départements gouvernementaux et non-gouvernementaux concernés par la protection des enfants.

Concernant le "dispositif territorial pour la prise en charge des enfants en situation de précarité", Hassan Daki a précisé que cette initiative tient compte de toutes les étapes qu’un enfant en besoin de protection peut traverser, en commençant par la prévention comme mécanisme essentiel à même de lui épargner le contact avec la loi.

Pour sa part, le ministre de l’Education nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa, a indiqué que son département s’est engagé dans la mise en œuvre des politiques et programmes gouvernementaux relatifs à la protection de l’enfance et a contribué à la mise en œuvre de tous les droits de l’enfant stipulés dans la Convention des Nations Unies afférente, notamment en ce qui concerne l’éducation, la formation et la santé.

Dans la même veine, le ministre de l’Intégration économique, de l’entrepreneuriat, de l’emploi et des compétences, Younes Sekkouri, a mis en avant l’importance de ce dispositif qui va permettre de réunir les conditions propices à l’intégration économique de l’enfant dès qu’il atteint l’âge légal.

Enfin, la représentante de l’UNICEF, Speciose Hakiziman a, elle, estimé que cette rencontre constitue une étape importante dans le processus de renforcement du système national de protection des enfants. Elle a mis en avant la pertinence de la politique intégrée pour la protection de l’enfant et son programme national exécutif ainsi que le protocole cadre pour la prise en charge des enfants en situation de précarité ou en contact avec la loi.

(Avec MAP)

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Sonasid: Indicateurs du premier trimestre 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.