Investiture de trois nouveaux membres de l'Académie du Royaume du Maroc

La cérémonie d'investiture de trois nouveaux membres résidents et associés de l'Académie du Royaume du Maroc s'est déroulée, vendredi 10 mai à Rabat, dans le cadre de la nouvelle réorganisation de cette institution.

Ph. MAP

Investiture de trois nouveaux membres de l'Académie du Royaume du Maroc

Le 11 mai 2024 à 11h57

Modifié 11 mai 2024 à 14h05

La cérémonie d'investiture de trois nouveaux membres résidents et associés de l'Académie du Royaume du Maroc s'est déroulée, vendredi 10 mai à Rabat, dans le cadre de la nouvelle réorganisation de cette institution.

La séance solennelle d’accueil et d'investiture, présidée par le secrétaire perpétuel de l'Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a été marquée par la décoration des nouveaux membres, Susan Gilson Miller (associée), Souleymane Bachir Diagne (associé) et Asma Lamrabet (résidente), de l'insigne officiel de l'Académie, ainsi que par des discours de présentation des nouveaux membres et des exposés sur des questions qui relèvent de leurs domaines d’intérêt.

A cet égard, le membre associé Mohammed Kenbib a prononcé un discours de bienvenue à Mme Miller, au cours duquel il a mis en avant les contributions académiques de l'universitaire américaine, qui s'intéresse à l'histoire du Maroc et du Moyen-Orient, notamment lors de la période qui a suivi la Seconde guerre mondiale.

Mme Miller a évoqué, dans son exposé intitulé "Remembering Nelly Benatar, justice and humain rights in Morocco at the end empire", l’extension des troubles politiques et économiques européens au Maroc après la Seconde guerre mondiale (1945-1948) et leurs répercussions sur les relations entre Musulmans, Juifs et Marocains.

Elle s’est intéressée en particulier au cas de "Nelly Benatar", qu’elle a considérée comme "la première avocate marocaine et l’un des témoins de la protection des Juifs marocains contre la persécution du régime de Vichy".

Mme Miller est professeur émérite au département d'histoire de l'université de Californie et a été directrice du programme d'études marocaines à l'université d’Harvard entre 1990 et 2008. Elle a également été directrice exécutive du centre des politiques sociales au Moyen-Orient à l'Université Brandeis-Massachusetts (1985-1986).

La chercheuse américaine a enrichi la bibliothèque marocaine par de nombreux ouvrages dont les plus importants sont "L'histoire du Maroc moderne (1830-2000)", "Les berbères et autres... Au-delà de la tribu et de la nation au Maroc" et "Architecture et mémoire des minorités dans la ville musulmane de la méditerranée".

De son côté, Ali Benmakhlouf, membre de l'Académie, a énuméré les qualités et les contributions de l'universitaire sénégalais Souleymane Bachir Diagne, également membre des académies de Belgique, des Etats-Unis et du Sénégal, passant en revue le parcours académique du nouveau membre et les livres qu'il a publiés dans les domaines de la traduction et de la pensée philosophique religieuse.

M. Diagne a présenté, à cette occasion, un exposé intitulé: "Notre but : L’humanité", relevant que le thème de l'humanité se trouve au cœur de son travail actuel qui consiste à réfléchir sur "une humanité qui inclut tout le monde" et assure "la coexistence entre les peuples du monde entier".

L’universitaire sénégalais a étudié dans ce sens le concept des valeurs universelles chez un groupe de philosophes dont il partage la démarche, notamment son compatriote Léopold Sédar Senghor.

M. Diagne enseigne aux départements d'études francophones et de philosophie de l'université Columbia à New York, où il dirige également l'institut d'études africaines. Il a publié plusieurs recherches et études en français, notamment "Philosopher en islam et en christianisme", "Universalisme et pensée décoloniale" et "Dialogue sur l'islam".

Dans ce contexte, l'universitaire sénégalais a présenté les préoccupations de l’intellectuelle et chercheuse marocaine Asma Lamrabet, mettant en avant sa relecture réformiste du texte religieux.

Mme Lamrabet a retracé, à cette occasion, "l'impasse créée par la supposée contradiction entre les droits de l'Homme et la religion", relevant que cette démarche est "viciée sur le plan moral", puisqu’elle met d’un côté les libertés et les droits universels et de l'autre le référentiel religieux traditionnel.

Dans un exposé sur "La crise des valeurs au sein de la famille entre droits humains universels et le référentiel religieux", elle a appelé à formuler de nouvelles alternatives morales et juridiques, notamment en ce qui concerne les questions de la famille et de la femme, à travers une approche qui prend en considération les valeurs fondamentales de l’Islam, les changements intervenus dans les sociétés et les conventions internationales ratifiées par le Maroc.

Mme Lamrabet est activement impliquée dans le dialogue interreligieux, ayant participé à plusieurs conférences sur ce thème au Maroc et à l'étranger. Elle a également publié plusieurs livres et ouvrages collectifs (traduits en plusieurs langues) sur les thèmes de l'islam, du dialogue interculturel et de la femme, dont les plus célèbres sont "20 questions and answers on islam and women a reformist vision", "L’héritage des femmes" et "Islam et libertés fondamentales, pour une éthique universelle".

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Le département d'État US présente les atouts et lacunes du Maroc en termes d'investissements étrangers

Le département d’État américain a publié le mercredi 17 juillet son rapport annuel sur le climat d’investissement dans le monde, dans lequel il met en exergue les atouts et les ambitions du Maroc en tant que pays qui “encourage et facilite activement” les investissements étrangers et tend à s’imposer comme “hub régional d’affaires” et “porte d’entrée” vers le continent africain.

Sociétés régionales multiservices : voici comment seront gérés les biens et les dettes de l'ONEE

D’ici août 2025, toutes les régions du Royaume seront dotées d'une Société régionale multiservices qui va gérer à l'échelle régionale le service de distribution de l’eau potable, de l’électricité et de l’assainissement liquide. Les 12 SRM hériteront ainsi des biens mobiliers et immobiliers de l’Office national de l’électricité et de l’eau, mais aussi de ses dettes de financement qui seront gérées par une société de développement des services publics de distribution, nouvellement créée.

Communication financière

NEMA Capital: Valeurs liquidatives des OPCI au 1er juillet 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.