Le déficit courant de la balance des paiements s’allège sensiblement en 2023 (0,6% du PIB)

Les statistiques révèlent une réduction notable du déficit du compte des transactions courantes pour atteindre 9 MMDH, comparativement à 47,3 MMDH l'année précédente. Le gouvernement enchaîne les performances en matière de rétablissement des grands équilibres.

Le déficit courant de la balance des paiements s’allège sensiblement en 2023 (0,6% du PIB)

Le 2 avril 2024 à 16h12

Modifié 2 avril 2024 à 16h27

Les statistiques révèlent une réduction notable du déficit du compte des transactions courantes pour atteindre 9 MMDH, comparativement à 47,3 MMDH l'année précédente. Le gouvernement enchaîne les performances en matière de rétablissement des grands équilibres.

Avec un déficit de 9 MMDH, le déficit du compte courant baisse à 0,6% du PIB en 2023, performance remarquable.

L'analyse des statistiques de la balance des paiements pour l'année 2023, arrêtée par l’Office des Changes, met en évidence les constats suivants :

  • Les échanges de biens ont enregistré un déficit de 254,3 MMDH contre 269,1 MMDH en 2022. Cette évolution est principalement due à la diminution des importations de 17,8 MMDH. Et ce, alors que la baisse des exportations a été limitée à 3 MMDH.
  • Les échanges de services ont en revanche dégagé un excédent de 132,6 MMDH, comparativement à 115,7 MMDH l'année précédente, progression notamment attribuable à l'amélioration du solde excédentaire de la 'Balance voyages', qui a progressé de 6,3 MMDH pour atteindre 80,8 MMDH en 2023. La catégorie 'Autres services aux entreprises' a connu un excédent de 6,7 MMDH, passant de 28,5 MMDH à 35,2 MMDH en glissement annuel. "Autres services aux entreprises" comprend 12 rubriques au total. Parmi celles-ci, l'offshoring, les services de transformation tels que la sous-traitance textile (21 MMDH au total), le roaming télécom, le transport international, les services informatiques exportés (10 MMDH d'export pour le développement informatique), le câblage...
  • Le solde déficitaire du revenu primaire s'est établi à 20,9 MMDH, contre 19,5 MMDH en 2022, malgré une légère baisse des transferts de dividendes, passant de 15,5 MMDH à 13,8 MMDH en 2023.
  • Le revenu secondaire a enregistré un excédent de 133,6 MMDH contre 125,6 MMDH en 2022, principalement en raison de l'amélioration des transferts de fonds effectués par les Marocains résidant à l’étranger, atteignant 115,3 MMDH contre 110,8 MMDH en 2022.

 COMPTE DES TRANSACTIONS COURANTES

Source : Office des Changes

Le volume global des transactions courantes s'est élevé à 1 560,8 MMDH, contre 1 522,7 MMDH, enregistrant une hausse de 2,5% par rapport à l'année précédente. Cette augmentation est principalement due à la croissance des recettes courantes qui se sont élevées à 775,9 MMDH contre 737,7 MMDH en 2022, et à la stagnation des dépenses courantes à 784,9 MMDH.

Source : Office des Changes
Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Upline Capital Management: FCP “ULINE CAPITAL GARANTI” Rapport du commissaire aux comptes exercice du 1er Janvier 2023 au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Akhannouch présente le bilan de mi-mandat au Parlement

 

16e édition de l'évènement “Parlons Développement” organisé par la Banque mondiale, le Policy Center for the New South et le PNUD