χ

La dette extérieure publique a progressé de 3,8 % à fin mars 2022

Au premier trimestre, par rapport à la même période l’an dernier, la dette extérieure publique a progressé de 3,8% à 388,1 MMDH. La part du Trésor dans la dette publique est restée stable par rapport à fin mars 2021. Idem pour celle des Établissements et Entreprises Publics. Les tirages sur emprunts extérieurs publics baissent de 55% par rapport à fin mars 2021.

La dette extérieure publique a progressé de 3,8 % à fin mars 2022

Le 7 août 2022 à 7h00

Modifié 7 août 2022 à 7h00

Au premier trimestre, par rapport à la même période l’an dernier, la dette extérieure publique a progressé de 3,8% à 388,1 MMDH. La part du Trésor dans la dette publique est restée stable par rapport à fin mars 2021. Idem pour celle des Établissements et Entreprises Publics. Les tirages sur emprunts extérieurs publics baissent de 55% par rapport à fin mars 2021.

Dans un document publié le 3 août, le ministère des Finances a dressé les statistiques de la dette extérieure publique du royaume à fin mars 2022.

Au premier trimestre, l’encours de la dette a progressé de 3,8% à 388,1 milliards de dirhams contre 373,7 milliards de dirhams à fin mars 2021. Sur les trois premiers mois de l’année 2021 seulement, la dette a augmenté de 2,5%.

Le total des tirages de la dette à fin mars 2022 s’élève à 3,9 milliards de dirhams, en baisse de 55% par rapport à la même période en 2021 (8,6 milliards de dirhams à fin mars 2021, ndlr). Dans ces tirages, 2,6 milliards de dirhams ont été mobilisés par la Trésor et 1,3 milliard de dirhams au profit des Etablissements et Entreprises Publics (EEP).

À fin mars 2022, la part du Trésor dans la dette publique atteint 54%, globalement stable par rapport à la même période en 2021 où le Trésor pesait pour 53,8% dans la dette publique.

Dans le détail des tirages effectués par le Trésor à fin mars, 2,1 milliards de dirhams ont été mobilisés pour l’appui aux réformes et 0,5 milliard de dirhams pour les projets du budget.

À fin mars 2022, le total du service de la dette s’élève à 5,5 milliards de dirhams, en hausse de 4,1% par rapport à la même période en 2021 où elle s’affichait à 5,3 milliards de dirhams. Le service a été réglé par le Trésor à hauteur de 2,6 milliards de dirhams et par les EEP à hauteur de 2,9 milliards de dirhams.

La charge en principal s’élève à 4,2 milliards de dirhams à fin mars 2022 en progression de 10,2% par rapport à la même période en 2021. Concernant la charge d’intérêt, elle s’élève à 1,3 milliard de dirhams en baisse de 11,9% par rapport à la même période l’an dernier. Selon les projections du ministère des finances, les charges d’intérêt ne font que décroître sur la période 2023-2029 pour atteindre 4 455 millions de dirhams.

À fin mars 2022, la structure de la dette publique par créancier n’a pas grandement changé par rapport à la même période en 2021. Sur une année glissante, la part de la dette marocaine détenue par des créanciers multilatéraux est passée de 48,7% à 49,7%. La part des MFI et les banques commerciales, est passée de 27,8% à 28,6%. La part détenue par des créanciers bilatéraux est passée de 23,5% à 21,7%.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

AFRIC INDUSTRIES : Publication du Rapport Financier Annuel 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.