χ

Khalid Safir à la tête de la CDG pour en faire une locomotive de développement

Khalid Safir aura pour mission de poursuivre la dynamique de transformation de la Caisse de dépôt et de gestion pour en faire un levier de développement, notamment dans les territoires.

Khalid Safir à la tête de la CDG pour en faire une locomotive de développement

Le 15 juillet 2022 à 14h37

Modifié 15 juillet 2022 à 15h39

Khalid Safir aura pour mission de poursuivre la dynamique de transformation de la Caisse de dépôt et de gestion pour en faire un levier de développement, notamment dans les territoires.

Khalid Safir a été nommé par le Roi en tant que nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). Il succède ainsi à Abdellatif Zaghnoun, désormais en charge de l’Agence nationale de gestion stratégique des participations de l’Etat et de suivi des performances des établissements et entreprises publics.

L’un des principaux artisans de la régionalisation avancée

Khalid Safir a été directeur général des collectivités territoriales (DGCT), une haute fonction qu’il a occupée dès 2017 après avoir été wali de la région Casablanca-Settat entre 2013 et 2017. C’est donc un fin connaisseur des problématiques du développement territorial qui, par ailleurs, a assuré le déploiement du chantier de la régionalisation avancée dans ses moments les plus cruciaux.

A la tête de la DGCT, il a travaillé sur la publication de plus de 60 textes d’application de la loi organique sur la régionalisation avancée, adoptée en 2015. Il a également accompagné les régions dans la mise en place des Agences régionales d’exécution des projets (AREP), chargées de la maîtrise d’ouvrage des projets lancés par les conseils régionaux.

Il a également suivi de près l’adoption, par les régions, des Schémas régionaux d’aménagement du territoire (SRAT), qui représentent des plans stratégiques de développement territorial pour les régions sur le long terme. Il en a fait de même pour les programmes de développement régionaux (PDR), à la charge des conseils régionaux pendant toute la durée de leur mandat. Car avant d’être pleinement effectifs, les SRAT et les PDR des 12 régions doivent avoir été visés par la DGCT.

La CDG comme acteur majeur du développement

C’est donc un responsable fortement imprégné par les besoins des différentes régions en matière de développement et d’investissement qui prend les rênes de la CDG. Restructurée en quatre branches métiers, elle comprend une branche spécialisée dans le développement territorial aux côtés de trois autres branches qui sont le tourisme soutenu par Madaëf ; l’investissement porté par CDG Invest et la prévoyance (épargne et retraite) par CDG Prévoyance ; le développement territorial est assuré par CDG Développement. Cette dernière joue déjà un grand rôle dans la régionalisation avancée, et elle aura à l’amplifier comme pour les autres branches de la CDG.

En effet, la CDG est un acteur important de l’aménagement urbain intégré, l’aménagement des zones d’activité, les services et l’ingénierie aux collectivités territoriales. Le développement territorial passe également par l’investissement dans le tourisme et le tissu entrepreneurial dans les territoires.

Aujourd’hui, la CDG, en situation assainie, restructurée, rentable, est plus que jamais appelée à jouer son rôle de locomotive pour le développement dans les territoires. Conformément à sa stratégie, elle peut accompagner les collectivités territoriales dans le domaine du financement, de l’investissement dans les partenariats public-privé (PPP) et de l’ingénierie et l’expertise.

Un haut fonctionnaire féru de digitalisation

De par sa maîtrise du sujet et ses expériences réussies, Khalid Safir a toutes les compétences pour réussir cette mission. Ce polytechnicien de 54 ans a déjà accompli plusieurs projets de digitalisation lorsqu’il était à la Trésorerie générale du Royaume, en tant que directeur de la rémunération et du paiement des pensions (1998-2004), puis en tant que directeur de la modernisation des ressources et des systèmes d’information (2004-2006).

Cette mission de digitalisation de l’administration, il l’a portée avec lui à la DGCT en lançant Rokhas.ma, d’abord à Casablanca-Settat en phase pilote, puis en la généralisant à l’ensemble du Royaume. Cette plateforme permet de gérer de bout en bout le processus d’octroi des autorisations urbanistiques et économiques.

Khalid Safir a également pris part au lancement d’autres projets dans ce sens, notamment ceux de Chikaya.ma, Watiqa.ma, Majaliss.ma, GID-CT, GIR-CT, @[email protected] et le portail national des collectivités territoriales.

Marié et père de trois enfants, Khalid Safir est titulaire d’un certificat du Royal Institute of Public Administration (RIPA) de Londres, obtenu en 2022, en plus de son diplôme d’ingénieur de l’Ecole polytechnique de Paris obtenu en 1991.

Il a démarré sa carrière en 1993 à l’Office d’exploitation des ports (ODEP) en tant que chef de la division financière au port de Casablanca, avant de rejoindre le cabinet, puis le secrétariat général du ministère de l’Economie et des finances, comme chargé d’étude jusqu’en 1998. Il reviendra à ce même ministère entre 2011 et 2013, cette fois-ci en tant que secrétaire général.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Centrale Danone : Indicateurs financiers 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.