χ

Le programme i3 appelle les startups HealthTech africaines à candidater

Investing in Innovation (i3) est un programme panafricain qui cible 60 startups HealthTech sur deux ans. A la clé : une subvention de 50.000 dollars et l’accès aux investissements et aux marchés.

Shot of a young businesswoman using a digital tablet during a late night at work

Le programme i3 appelle les startups HealthTech africaines à candidater

Le 1 juillet 2022 à 21h00

Modifié 1 juillet 2022 à 21h02

Investing in Innovation (i3) est un programme panafricain qui cible 60 startups HealthTech sur deux ans. A la clé : une subvention de 50.000 dollars et l’accès aux investissements et aux marchés.

Le programme Investing in Innovation (i3) est conçu et lancé par Southbridge A&I, un cabinet de conseil en stratégie spécialisé dans le développement économique et social au Maroc et en Afrique, Salient Advisory, un cabinet de conseil canadien spécialisés dans les soins de santé, et Solina Centre for International Development and Research (SCIDaR), une ONG qui œuvre à accélérer les réformes positives dans les domaines de la santé, de la société et de l’économie, grâce à la conception et à la mise en œuvre de programmes d’accompagnement, au renforcement des capacités, à la recherche scientifique et à la production de connaissances.

« i3 a été conçu pendant six mois dans l’objectif de répondre aux problématiques de financement des startups, notamment dans un secteur émergent, car relativement jeune, qui est celui de la HealthTech », souligne Hassan Belkhayat, associé à Southbridge, joint par Médias24.

L’émergence des jeunes pousses africaines innovantes ; celles qui, demain, révolutionneront le secteur de la santé en Afrique et ailleurs, est entravée par un financement défaillant, par un manque d’échange et de partenariat avec les institutions privées et publiques, et par une faible coopération entre les acteurs du secteur.

Ce sont les principaux obstacles identifiés dans un rapport réalisé par Salient Advisory et SouthBridge A&I, pour le compte de la Fondation Bill-et-Melinda-Gates, sur les défis du financement des entreprises de distribution de produits de santé en Afrique.

L’une des recommandations concerne la structuration du financement et des investissements pour les startups en Afrique, et la mutualisation des subventions des grands bailleurs internationaux. Ce sont ces constats de départ qui ont suscité cette volonté de créer « un programme ambitieux ». La Fondation Gates va investir 7 millions de dollars pour accompagner la médecine de demain dans le cadre du programme i3.

Les jeunes pousses ont fortement besoin du carburant financier et d’un portefeuille client fiable pour perdurer : tel est l’ADN du programme.

Il s’agit d’établir une « véritable interface de visibilité qui catalyse les échanges et le réseautage entre les différentes parties prenantes, incluant des acteurs de haut niveau comme la Fondation Bill-et-Melinda-Gates, l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA NEPAD), le bureau régional africain de l’Organisation mondiale de la santé (WHO AFRO), ainsi que deux acteurs majeurs de l’industrie pharmaceutique : le group Merck (MSD) et AmerisourceBergen », précise Hassan Belkhayat. La recherche de nouveaux partenaires est toujours en cours pour étoffer l’écosystème des partenaires du programme.

L’objectif premier est de « mettre sous les projecteurs les champions africains émergents de la HealthTech aux yeux des investisseurs et des grands groupes de l’écosystème de la santé, pour lever des fonds ou générer des opportunités business. Les industriels pourront par exemple déployer des expérimentations avec ces startups et les intégrer dans leur base de fournisseurs », explique Hassan Belkhayat.

Valoriser les startups HealthTech africaines ne va pas sans révéler le rôle de leadership des femmes dans ce secteur, et encourager l’entrepreneuriat féminin dans le monde de l’innovation médicale. C’est l’une des lignes directrices du programme.

Plusieurs événements seront organisés au cours du programme à Casablanca, Lagos (Nigéria), Nairobi (Kenya) et Cape Town (Afrique du Sud). Les startups sélectionnées auront l’occasion d’interagir et d’explorer des collaborations avec les partenaires du programme, et d’autres parties prenantes clés incluant des investisseurs et des représentants des gouvernements.

Le programme s’appuie sur quatre accélérateurs locaux pour identifier, sélectionner et accompagner les startups HealthTech prometteuses : Impact Lab au Maroc pour l’Afrique francophone ; Startupbootcamp AfriTech en Afrique du Sud pour l’Afrique australe ; Villgro Africa au Kenya pour l’Afrique de l’Est ; et Co-creation Hub au Nigéria pour l’Afrique du l’Ouest.

« C’est un programme d’accès aux investissements et aux opportunités business. L’accélération sera un levier pour atteindre cette finalité », insiste Hassan Belkhayat. Le premier coup de pouce est un apport de 50.000 dollars qui sera utilisé par chaque startup selon ses besoins en financement : recrutement, marketing, communication, investissements en R&D…

La Supply Chain au cœur du programme

Selon Salma Kabbaj, cofondatrice de l’accélérateur Impact Lab, le programme est centré sur le thème de la chaîne d’approvisionnement (Supply Chain) de la filière santé. « C’est un thème central dans le secteur de la santé en Afrique qui, cependant, fait face à un souci d’approvisionnement, d’optimisation et de traçabilité des produits de santé. La Supply Chain offre de ce fait d’intéressantes opportunités d’innovation pour les startups et les investisseurs qui s’y intéressent de près », analyse Salma Kabbaj.

Les jeunes pousses qui seront sélectionnées doivent obligatoirement être fondées et portées par des entrepreneurs africains, et servir le marché africain. « Nous allons sélectionner celles qui ont déjà fait leurs preuves, c’est-à-dire qui disposent d’un produit ou d’un service en début de commercialisation ou en phase de croissance », ajoute Salma Kabbaj.

L’appel à candidatures est également ouvert aux startups qui proposent des solutions liées à l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement dans un autre secteur, et sont prêtes à être adaptées pour les enjeux spécifiques des produits de santé, précise Salma Kabbaj. L’objectif est d’accompagner leur croissance et de les aider à passer un cap en termes de croissance.

Il peut s’agir de « solutions pour permettre l’optimisation des approvisionnements des produits de la santé, la prévention des ruptures, la traçabilité et le contrôle de la qualité des produits, ou encore la gestion des déchets des produits de santé », note-t-elle.

La démarche d’accompagnement d’Impact Lab se concentre sur la préparation des rencontres des startups avec des partenaires potentiels, avec un focus particulier sur la préparation à la levée de fonds. Il s’agit de les aider à « cadrer leurs besoins en financement, valider leur business plan, valoriser leur traction et plus généralement répondre aux prérequis d’une levée de fonds ».

L’accélérateur entend pour cela mener un diagnostic afin de relever les besoins spécifiques de chaque startup, que ce soit sur son business model, ses éléments juridiques et financiers, son organisation ou autre, afin de mobiliser les experts qui pourront les adresser. Impact Lab organisera également des ateliers transverses sur des sujets relatifs, entre autres, « à la stratégie de levée de fonds, à la valorisation et à la préparation au pitch », explique Salma Kabbaj.

Jusqu’au 14 août, date de clôture de l’appel à candidatures, les startups qui souhaitent participer peuvent remplir un formulaire en ligne. La première cohorte sera composée de 30 startups africaines. Le kick-off du programme est prévu le 19 septembre.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Mutandis – Résultats Annuels 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.