χ

Cuimer, une tannerie écologique de cuir de poisson

Cuimer est une jeune Tannerie écolo, à base de cuir marin et fabrique des modèles de haute maroquinerie, 100% made in Morocco, vendus sur internet et dans quelques boutiques à Marrakech et Casablanca. L’origine du cuir utilisé : le poisson. Voici une nouvelle histoire de jeune pousse innovante. 

Cuimer, une tannerie écologique de cuir de poisson

Le 5 mai 2022 à 10h51

Modifié 5 mai 2022 à 11h16

Cuimer est une jeune Tannerie écolo, à base de cuir marin et fabrique des modèles de haute maroquinerie, 100% made in Morocco, vendus sur internet et dans quelques boutiques à Marrakech et Casablanca. L’origine du cuir utilisé : le poisson. Voici une nouvelle histoire de jeune pousse innovante. 

Elle a une idée d’un cuir alternatif et le goût du design. Elle aime l’artisanat, l’originalité et le made in Morocco. Elle découvre en 2016 une alternative éco-responsable à la maroquinerie et au cuir conventionnel alors qu’elle était membre d'un club d'entrepreneuriat social, à la faculté des Sciences économiques de Casablanca. Et elle décide alors d’agir pour donner une seconde vie aux peaux de poisson qu’elle transforme, en un sublime cuir pour en faire une ligne de maroquinerie de très haute qualité.

Elle s’appelle Aya Laraki. Elle crée Cuimer, une tannerie de cuir de poisson, décliné dans un second temps sous différents produits de maroquinerie. On y trouve des sacs mais aussi de la petite maroquinerie, comme des portefeuilles, porte-clés, porte-cartes et protège passeport.

« C’est une nouvelle famille de cuir qui valorise les déchets de poisson », fait valoir Aya Laraki, qui a décidé de renouer avec sa passion de la mode et suivre une formation supplémentaire, d’une année, en Haute maroquinerie française à Paris après des études en économie et gestion.

Aujourd’hui à la tête d’une équipe de huit collaborateurs, la jeune entrepreneure de 25 ans poursuit, actuellement, son master en Entrepreneuriat à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Casablanca. Après deux années de recherche pour la mise en place de la filière, l’unité de tannage et de production est créée à Casablanca en 2018, d’une superficie de 400 m².

« Nous sommes l’une des rares tanneries de cuir de poisson sur le continent africain et nous avons plus de 2.600 clients au Maroc et à l’international, particuliers et entreprises », souligne Aya Laraki.

Cuimer écoule son stock à travers sa boutique en ligne lancée fin 2020 et des concepts pop-up stores à Casablanca et Marrakech ainsi que des ventes privées. Les prix des produits varient selon chaque catégorie : à partir de 200 DH pour les porte-cartes et de 1.500 DH pour les sacs à main.

Qui plus est, la jeune pousse cible, à travers son « service sur-mesure », une clientèle BtoB en offrant des coffrets avec des produits personnalisables par gravure laser.

Conception éco-responsable et ambition internationale

« Au Maroc, il y a un énorme front de mer et un potentiel artisanal reconnu à l’échelle mondiale. L’objectif de Cuimer est d’associer ces deux composantes clés de l'activité économique du Maroc : la pêche maritime et le tannage pour concevoir des articles durables de maroquinerie, que ce soit en termes de composition que de design vintage », affirme la cofondatrice.

Cuimer récupère environ 10 tonnes de peaux de poisson par an auprès des industriels de l’agro-alimentaire et des pêcheurs. « Chaque année, on essaie de travailler un nouveau type de cuir.  La peausserie travaille aujourd’hui deux espèces de poissons, le saumon qu’on travaille depuis le lancement de notre activité et la truite qui vient d’être intégrée en 2022 », souligne la cofondatrice.

Les peaux sont ensuite écharnées pour enlever les résidus de chair et d'écailles et brassées pour en retirer les odeurs. Elles sont, ensuite, tannées selon des procédés de tannage végétal, exempts de chrome ou de métaux lourds : « nous n'utilisons que des plantes broyées, ce qui est tout à fait respectueux de l'environnement », note-t-on, avant d’être aplaties et étirées, pour obtenir une meilleure flexibilité et une certaine finesse.

Pour finir, le cuir est pressé et teinté avec du vernis selon le coloris souhaité. Le résultat est un cuir souple, résistant à l’eau et à la lumière et « sans odeur », insiste-t-elle. « Le processus est assez long. Il faut environ deux semaines pour passer de la peau brute au cuir teint et fini. Et la seule différence du cuir classique c’est qu’il y a des motifs d'écailles, comme c’est le cas pour le cuir de crocodile ou de serpent, c’est pourquoi il fait partie de la catégorie des cuirs dits exotiques », explique la jeune entrepreneure.

La conception finale des modèles est réalisée par quatre maîtres artisans dont le savoir-faire cumulé dépasse trente années.

L'étendue du potentiel de la jeune pousse africaine est en plein développement : depuis l’été 2019, Cuimer a vendu plus que 2.300 articles, réalisant un chiffre d’affaires de près d’un million de DH. Son credo est de favoriser la qualité plutôt que la quantité et participer au rayonnement international du savoir-faire artisanal marocain et de la minutie de tannage du cuir de poisson et de conception de modèles originaux et exotiques. Avec une ambition : « devenir une référence africaine de la mode bleue », conclut Aya Laraki.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SONASID: Communiqué post AGO du 21 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.