χ

Un cas de myocardite après un vaccin à ARNm dans l’Oriental décrit dans un article scientifique

Au Maroc, comme partout ailleurs, la vaccination peut être associée à des effets indésirables. Une équipe du CHU d’Oujda a rédigé un article scientifique sur un cas de myocardite chez un adolescent de 14 ans.

Un cas de myocardite après un vaccin à ARNm dans l’Oriental décrit dans un article scientifique

Le 7 janvier 2022 à 15h34

Modifié 7 janvier 2022 à 16h50

Au Maroc, comme partout ailleurs, la vaccination peut être associée à des effets indésirables. Une équipe du CHU d’Oujda a rédigé un article scientifique sur un cas de myocardite chez un adolescent de 14 ans.

À l’automne dernier, un adolescent de 14 ans est admis aux urgences du CHU d’Oujda. Il présente « une asthénie extrême associée à des maux de tête et une fièvre atteignant 40 C°, résistants aux antalgiques usuels ». Son cas est grave : il est conscient, « avec une raideur franche dans le cou », une forte baisse de la pression artérielle (80/30 mmhg), une tachycardie (132 battements par min), une froideur des extrémités, une polypnée [respiration rapide et essoufflement]. Tout converge vers un choc cardiogénique : insuffisance cardiaque droite décelée à l’examen clinique avec turgescence des jugulaires…

Le CHU d’Oujda dispose, heureusement, du matériel nécessaire à la poursuite des examens. Le patient est admis en réanimation. On constate une hypokynésie (forte baisse de la contraction du muscle cardiaque jusqu’à une fraction d’éjection de 25% dans ce cas) : le ventricule gauche, grosso modo, ne travaille qu’à 25% de sa capacité et n’arrive pas à distribuer le sang. Ceci affecte les extrémités qui deviennent froides, mais également tous les tissus et tous les organes.

Après une stabilisation d’urgence, avec de la noradrénaline et de la dobutamine, un bilan biologique, une échographie du cœur et une IRM cardiaque, le diagnostic de myocardite est finalement retenu.

La suite montre une absence d’antécédents telle une grippe récente. La sérologie virale est négative, et l’examen clinique n’a indiqué aucune maladie systémique. Le seul élément concret relevé, c’est que le patient a reçu une dose de vaccin à ARNm dix jours avant cette crise.

Après traitement par corticoïdes, le patient rentre chez lui au 7e jour. La fraction d’éjection ventriculaire gauche est remontée de 25% à 55%.

Ce cas a fait l’objet d’une communication scientifique [en post print] par l’équipe du CHU d’Oujda, notamment le Pr Brahim Housni, chef du service d’anesthésie-réanimation (CHU et faculté de médecine et de pharmacie, Université Mohammed Ier, Oujda), et le Dr Hamza Mimouni (résident en anesthésie-réanimation).

Des vaccins à ARNm, tels que celui de Pfizer-BioNTech, ont fait l’objet d’une « association possible » à des cas de myocardite dans le monde, à une incidence d’environ 4,8 cas pour 1 million, affectant « quelques jours après la vaccination des patients jeunes ».

À ce jour, à notre connaissance et malgré nos recherches, aucune relation directe de cause à effet n’a été établie. Les myocardites survenaient déjà dans la population générale, avant l’émergence de la Covid, mais il semble que l’incidence ait légèrement augmenté après le lancement de la vaccination dans le monde.

Au Maroc, il s’agit du seul cas si l’on en juge d’après les publications. Une sous-déclaration n’est pas impossible. Retenons l’incidence de 4,8 cas par million de doses, citée dans l’étude ci-dessus. Ces cas ne présentent pas tous le même degré de gravité que celui qui a été traité par le CHU d’Oujda.

La communication scientifique marocaine se conclut par un rappel et un appel :

– Un rappel que les vaccinations sont parfois associées à des myocardites, ce qui demeure rarissime. Elle cite le vaccin antivariolique qui peut lui aussi provoquer des myocardites.

– Un appel à la poursuite de la campagne de vaccination au Maroc et à l’adhésion des Marocains à cette campagne.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : communiqué post AGO 28 mai 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Khalid Zazou à la Fondation Universitaire Links. ‘ La réforme fiscale , bilan et perspectives ‘