χ

Satisfecit du FMI au ministère des Finances et à Bank Al-Maghrib (Consultation art.IV)

7,2% de récession en 2020,+4,5% de croissance en 2021, satisfecit pour la politique budgétaire et la politique monétaire, et commentaires de bon sens de la part du FMI concernant la situation économique et financière du Maroc.

Satisfecit du FMI au ministère des Finances et à Bank Al-Maghrib (Consultation art.IV)

Le 23 décembre 2020 à 12h19

Modifié 11 avril 2021 à 2h49

7,2% de récession en 2020,+4,5% de croissance en 2021, satisfecit pour la politique budgétaire et la politique monétaire, et commentaires de bon sens de la part du FMI concernant la situation économique et financière du Maroc.

Le 18 décembre, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu la consultation au titre de l’article IV [1] avec le Maroc. Le FMI vient de publier le communiqué ci-dessous à l’issue de cette consultation.

> L’évaluation des événements de 2020

La réponse rapide des autorités marocaines a contribué à contenir les retombées de la pandémie. Néanmoins, l’activité économique a fortement ralenti au premier semestre 2020 en raison de l’effet combiné de la crise sanitaire et de la sécheresse (qui a affecté la production agricole). Le ralentissement économique a entraîné une augmentation du taux de chômage à 12,7% au troisième trimestre de l’année (contre 9,4% l’année dernière) et a entraîné une baisse de l’inflation.

Avec une augmentation des dépenses du secteur public, financées par les contributions volontaires privées et publiques au Fonds Covid-19, la détérioration de la situation budgétaire est principalement due à la baisse des recettes fiscales. Le déficit du compte courant a augmenté en 2020 en raison de la baisse des recettes touristiques. Pourtant, la résilience des transferts de RME et la baisse des importations ont contenu les besoins de financement extérieur du Maroc ; et les réserves internationales restent confortablement au-dessus des niveaux de l’année dernière [2019], grâce également au recours à la ligne de liquidité de précaution du FMI en avril et au recours accru au financement extérieur.

Jusqu’à présent, les banques ont relativement bien résisté à la récession, et le crédit a continué d’augmenter en 2020, reflétant à la fois la forte réaction de la banque centrale, qui a amélioré les conditions de liquidité et réduit les taux d’intérêt, et les crédits garantis du gouvernement.

> Les prévisions à court terme sous le signe de l’incertitude

Les services du FMI s’attendent à une récession de 7,2% en 2020 et à ce que le taux de croissance rebondisse l’année prochaine à 4,5%, alors que les effets de la sécheresse et de la pandémie diminuent et que la politique monétaire et budgétaire reste accommodante. La reprise des recettes du tourisme et des exportations devrait conduire à une amélioration progressive du déficit du compte courant

Ces perspectives restent sujettes à une incertitude exceptionnelle, une grande partie des risques autour de la base de référence dépendant de l’évolution de la pandémie et des progrès sur le front des vaccins au Maroc et chez ses partenaires commerciaux.

> Continuer à soutenir l’économie jusqu’à la reprise

Les directeurs exécutifs ont souscrit à l’orientation de l’évaluation du staff qui a conduit les consultations. Le Maroc a été durement touché par la pandémie mondiale et a souffert d’une grave sécheresse. Ils ont salué la réponse politique rapide des autorités qui a contribué à atténuer l’impact social et économique de ces chocs. Les administrateurs ont souligné l’incertitude exceptionnelle entourant les perspectives et encouragé les autorités à continuer de soutenir l’économie jusqu’à ce que la reprise soit bien ancrée.

Les administrateurs ont convenu que la politique budgétaire a soutenu de manière appropriée les ménages et les entreprises au lendemain de la pandémie, aidée par des contributions volontaires au Fonds Covid-19, et devra continuer à soutenir la reprise à court terme. 

Cependant, l’assainissement budgétaire devrait reprendre dès que l’économie se remettra de la pandémie. Les administrateurs ont encouragé les autorités à publier un cadre budgétaire à moyen terme qui montrerait un engagement crédible à placer la dette publique sur une trajectoire résolument descendante, avec de nouvelles réformes décisives pour améliorer la politique fiscale et accroître l’efficacité des dépenses publiques.

Les administrateurs ont salué les mesures exceptionnelles adoptées par Bank Al-Maghrib pour atténuer l’impact de la pandémie sur les marchés financiers et l’économie réelle. L’orientation de la politique monétaire devrait rester accommodante jusqu’à ce que les pressions inflationnistes réapparaissent. 

Les administrateurs se sont félicités des progrès réalisés récemment pour accroître la flexibilité du taux de change et ont appelé à achever la transition vers le cadre de ciblage de l’inflation prévu pour renforcer la transmission de la politique monétaire. Bien que le système du secteur bancaire ait jusqu’à présent relativement bien résisté à la crise, les administrateurs ont recommandé de continuer à surveiller étroitement l’impact de la crise sur la qualité des actifs bancaires, notamment au moyen de tests de résistance (stress tests) réguliers. Ils ont également appelé à accélérer les efforts pour renforcer le cadre de LBC / FT et pour finaliser le cadre de résolution bancaire.

Les administrateurs ont soutenu le plan des autorités visant à réformer le secteur des grandes entreprises publiques afin d’améliorer son efficacité et sa gouvernance, et de soutenir le développement du secteur privé. Compte tenu du volume important de garanties de crédit accordées pendant la crise et des efforts renouvelés pour renforcer les partenariats public-privé, les administrateurs ont appelé à un renforcement de la gestion et du reporting des risques budgétaires associés. Tout en reconnaissant les progrès accomplis, ils se sont félicités des efforts continus pour améliorer la gouvernance et moderniser l’administration du secteur public et lutter contre la corruption.

Les administrateurs ont salué l’engagement des autorités à étendre le système de protection sociale pour étendre sa couverture, rendre l’accès aux prestations plus équitable et améliorer le ciblage et l’efficacité des dépenses. Compte tenu de la marge budgétaire limitée, ils ont souligné la nécessité de garantir un financement à long terme adéquat pour ces réformes. Les administrateurs ont également souligné le rôle essentiel des réformes de l’éducation pour renforcer le capital humain et améliorer la productivité à long terme.

Les administrateurs ont noté que la décision de recourir à l’accord de ligne de précaution et de liquidité (PLL) en avril 2020 avait contribué à atténuer les pressions financières extérieures et à maintenir les réserves officielles à un niveau adéquat. 

Ils ont salué l’annonce d’aujourd’hui selon laquelle les autorités ont l’intention de rembourser prochainement une partie du montant tiré dans le cadre de l’accord LPL. Avec une telle mesure, le suivi post-programme ne devrait plus être nécessaire.

Les administrateurs se réjouissent de la poursuite de l’engagement étroit du Fonds avec les autorités.

>> LIRE EGALEMENT:

UNE PREMIERE: LE MAROC VA REMBOURSER SPONTANEMENT 1 MILLIARD DE DOLLARS AU FMI

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SNEP : Résultats annuels 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.