Fès-Meknès: 130 ha pour l’aménagement de nouvelles zones industrielles

Plusieurs zones industrielles sont en cours de réaménagement et de développement sur une superficie de 130 hectares, au niveau de la région de Fès-Meknès, où la plupart des parcs industriels sont "quasi-saturés" et "peu structurés", selon une étude publié récemment.

Fès-Meknès: 130 ha pour l’aménagement de nouvelles zones industrielles

Le 24 novembre 2020 à 14h02

Modifié 10 avril 2021 à 23h04

Plusieurs zones industrielles sont en cours de réaménagement et de développement sur une superficie de 130 hectares, au niveau de la région de Fès-Meknès, où la plupart des parcs industriels sont "quasi-saturés" et "peu structurés", selon une étude publié récemment.

Ces zones sont principalement destinées aux industries domestiques et peuvent être complémentaires avec la zone d’accélération industrielle, souligne cette étude consacrée au positionnement de la zone d’Ain Cheggag, dont les travaux ont été lancés dernièrement dans la province de Sefrou.

Il s’agit du développement et du réaménagement de la zone Cotef (15 ha) à Sidi Brahim avec une offre lucrative, du parc industriel Ain Cheggag sur une superficie de 81 ha dont 50 ha dédiés aux activités du cuir (tannerie, chaussures, maroquinerie) et 31 ha aux activités généralistes, et de la zone industrielle de Fès-Saiss qui est en cours d’étude. L’étude fait état de la création prochainement de petites zones notamment à Taounate et Taza.

Selon ce document, la région de Fès-Meknès, qui dispose d’atouts stratégiques sur les plans socio-économiques, se doit de relever cinq défis majeurs dans le but d’améliorer sa compétitivité et diversifier son industrie.

La région est ainsi, appelée à définir une vraie proposition de valeur différenciatrice des filières présentes, attirer une ou deux locomotives afin de développer un écosystème autour de ces métiers, mettre en place des incitations financières et fiscales, mettre à niveau les infrastructures (site et hors site) et déployer un effort commercial et de marketing soutenu.

Un potentiel industriel « peu exploité »

L’étude note que le potentiel industriel de Fès-Meknès demeure encore « peu exploité » et met l’accent sur la dynamique « intéressante » enclenchée en matière de diversification de l’industrie autour de nouveaux moteurs industriels et sur le potentiel majeur d’industrialisation de la région en capitalisant sur les atouts stratégiques.

Environ 80% des emplois de l’industrie au niveau de la région Fès-Meknès sont portés par quatre secteurs d’activité, selon l’étude.

Il s’agit des secteurs du textile-cuir (36%), l’automobile (15,7%), l’agroalimentaire (13%) et de l’offshoring (15,2%), précise l’étude.

Cette étude, réalisée pour le compte du conseil régional de Fès-Meknès, fait état d’une croissance, entre 2013 et 2019, des secteurs de l’automobile avec 15 points et l’offshoring (8%) dans le pool emploi industriel de la région. Quant au textile et à l’agroalimentaire, ils ont accusé des baisses respectives de 15 et 4,5 points.

(Avec MAP)

A lire aussi


Maroc : Une lente reprise prévue et un risque sur le financement des entreprises privées (FMI)

Le chef de la mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli a dressé un état des lieux de l’économie marocaine et des risques liés à la crise. Pour lui, la reprise économique est bel et bien amorcée. Mais le poids du tourisme dans l’économie et son lent redémarrage seront pénalisants. L’accroissement des besoins de financement du Trésor pourrait également impacter la disponibilité des crédits au secteur privé.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Atlanta Sanad : Avis de convocation AGO

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.