χ

Le crédit auto à 0% retiré du marché, toujours pas d'alternative

Les sociétés de crédit à la consommation ont mis un terme à la LOA à 0% le 1er avril. Depuis, aucune alternative à cette formule n'a été trouvée. Les négociations se poursuivent entre les concessionnaires de voitures et les sociétés de financement pour revoir leurs relations commerciales en profondeur.

Le crédit auto à 0% retiré du marché, toujours pas d'alternative

Le 27 mai 2019 à 21h03

Modifié 11 avril 2021 à 2h42

Les sociétés de crédit à la consommation ont mis un terme à la LOA à 0% le 1er avril. Depuis, aucune alternative à cette formule n'a été trouvée. Les négociations se poursuivent entre les concessionnaires de voitures et les sociétés de financement pour revoir leurs relations commerciales en profondeur.

Comme annoncé pas Médias24 en mars dernier, les sociétés de crédit à la consommation ont mis fin aux offres LOA à 0% le 1er avril. Aucune solution alternative n'est encore trouvée.

Certaines concessionnaires de voitures continuent malgré tout à communiquer sur des offres à 0%, comme Renault-Dacia et Mercedes, notamment dans le cadre de promotions qui prennent fin bientôt. Mais la majorité des sociétés de crédit ne les commercialisent plus, conformément à la décision de la profession.

>>Lire aussi: La suppression de la LOA Auto gratuite est une décision ferme (APSF)

Contacté à ce sujet, Abdallah Benhamida, président de l’APSF (Association professionnelle des sociétés de financement), nous a indiqué qu’un communiqué sera diffusé en temps voulu. Il y a une phase d’adaptation.

Mais selon une source au sein du secteur des sociétés de financement, "il y aujourd’hui des discussions entre les sociétés de financement et les concessionnaires automobile pour définir une nouvelle forme de partenariat commercial".

"Les négociations ne concernent pas seulement le taux d'intérêt mais tout l’écosystème qui doit être revu. Les sociétés de crédit donnent depuis longtemps des commissions aux commerciaux des concessionnaires, ce qui est complètement insensé. Et donc les négociations portent sur plusieurs aspects du partenariat. Si l'une des parties ne trouve pas son compte dans la relation commerciale, elle en fait part à son partenaire et renégocie", explique notre source.

En attendant, l’arrêt de la LOA à 0% impacte aussi bien le secteur automobile (en termes de ventes) que celui du crédit à la consommation (en termes de production de nouveaux crédits).

Selon Adil Bennani, président de l’AIVAM (Association des Importateurs de Véhicules au Maroc), qui s'exprimait pour nos confrères de Hespress, la baisse des ventes automobile enregistrée à fin avril (-49,3 %) est due en grande partie à la tenue de l’Auto Expo l’année dernière mais aussi au retrait du crédit 0% du marché. Cet impact se situe entre 5 % et 10 %.

Mettre fin à l’hémorragie

Avec l’arrêt du crédit automobile à 0%, les sociétés de crédit à la consommation ont choisi d’arrêter l’hémorragie des marges, même si cela équivaut à une régression de leur chiffre d’affaires. Autrement dit, ils préfèrent donner moins de crédits que de vendre à perte. 

Pour rappel, "la LOA à 0% est un montage financier entre les concessionnaires et les sociétés de crédit pour arriver à un crédit dit 0% ou gratuit, alors que rien n’est gratuit dans la formule. C’est un escompte pour paiement cash que verse le concessionnaire à la société de financement. Cet escompte est négocié entre la société de financement et le concessionnaire et il est mis au profit du client", explique notre interlocuteur.

L'escompte obtenu auprès des concessionnaires et les frais de dossier versés par l’acquéreur final permettaient aux sociétés de crédit de couvrir le coût de l'argent des sociétés de financement (plus onéreux, les sociétés de financement ne disposant pas de dépôts non rémunérés comme les banques), les charges d'exploitation et le coût du risque (impayés). Cette équation est devenue de plus en plus difficile à résoudre. 

Bank Al-Maghrib veille au grain

Il faut préciser que Bank Al-Maghrib n’a pas sommé les sociétés de financement d’arrêter le crédit auto 0%. La Banque centrale a saisi par écrit les concessionnaires automobiles sur deux points en décembre 2018 :

- Les affiches publicitaires : BAM a interdit aux concessionnaires de communiquer sur les offres de financement dans leurs publicités sans spécifier l’organisme de financement qui les accorde.

- Conformité légale des formules à taux 0 : La Banque centrale a également exigé des opérateurs de respecter les dispositions des articles 100 à 102 de la loi sur la protection du consommateur.

Selon l’article 100, "on entend par crédit gratuit, dans la présente section, tout crédit remboursable sans paiement d'intérêts".

L’article 101, quant à lui insiste que "toute publicité effectuée dans le lieu de vente comportant la mention "crédit gratuit" ou proposant un avantage équivalent doit indiquer le montant de l'escompte consenti en cas de paiement comptant. Toute publicité comportant la mention "crédit gratuit" doit porter séparément sur tout produit, bien ou service".

Enfin, l’article 102 dispose que "lorsqu’une opération de financement comporte une prise en charge totale ou partielle des frais de crédit, le fournisseur ne peut demander à l’emprunteur ou locataire une somme d'argent supérieure au prix moyen effectivement pratiqué pour l'achat au comptant d'un article ou d'une prestation similaire, dans le même établissement de vente au détail, au cours des trente derniers jours précédant le début de la publicité ou de l'offre. Le fournisseur doit, en outre, proposer un prix pour paiement comptant inférieur à la somme proposée pour l'achat à crédit gratuit ou la location".

Les demandes de BAM, si elles venaient à être appliquées, mettraient à nu les relations commerciales entre concessionnaires et sociétés de financement (affichage du nom de la société de crédit et du montant de l'escompte par rapport à l'achat au comptant). Elles réduiraient également davantage la rentabilité des formules à taux 0%, celles-ci étant souvent assorties de frais de dossier qui portent le coût du crédit à un montant supérieur à celui de l'achat au comptant.

C'est ce rappel à l'ordre qui a accéléré la prise de décision des sociétés de financement pour arrêter les formules à 0%.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc: Communiqué post Conseil d'Administration du 29 septembre 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.