χ

Angela Merkel prépare sa sortie après un cinglant revers électoral

Le 29 octobre 2018 à 15h45

Modifié 29 octobre 2018 à 15h45

Angela Merkel a posé lundi 29 octobre les jalons de son retrait du pouvoir en annonçant que son mandat de chancelière était le dernier, et en renonçant à la présidence de son parti, conséquences d'un cinglant revers électoral régional en Allemagne.

"Aujourd'hui il est temps d'ouvrir un nouveau chapitre", a déclaré, visiblement émue, Angela Merkel lors d'une conférence de presse à Berlin, confirmant des informations qui avaient fuité auparavant.

Son mandat actuel de chancelière entamé en mars, le quatrième depuis son arrivée au pouvoir en 2005, sera "le dernier", a-t-elle dit. A l'échéance prévue en 2021, elle a dit aussi ne pas avoir l'ambition de commencer une carrière dans les institutions européennes, comme certains médias allemands lui en prêtaient l'intention.

En clair: elle mettra alors un terme à sa carrière politique de premier plan.

De même, en vue d'un congrès de la CDU prévu en décembre, elle a indiqué renoncer à se présenter à un renouvellement de son mandat de présidente du mouvement, qu'elle occupe depuis 18 ans. Une manière pour elle de préparer sa succession.

"Il n'est plus possible de faire comme si rien ne s'était passé" suite à l'élection régionale de dimanche en Hesse, qui avait valeur de test de popularité au plan national. Son parti démocrate-chrétien, bien qu'arrivé en tête avec 27%, y a perdu plus de onze points par rapport au précédent scrutin.

Il y a deux semaines le camp conservateur avait déjà enregistré un résultat très décevant lors d'une autre élection régionale, en Bavière, tandis que l'extrême droite anti-migrants d'une part et les écologistes d'autre part progressent fortement.

Angela Merkel est devenue la cible de critiques croissantes dans une partie de l'opinion, avec une popularité en déclin continu du fait notamment de sa décision d'ouvrir les portes du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016.

Dans le même temps, elle a justifié son souhait d'aller au bout de son mandat actuel en 2021 par la nécessité de faire preuve de "responsabilité" à la tête du pays, dans un climat mondial et intérieur agité.

Cette fin de mandat risque toutefois d'être compliquée pour la dirigeante.

En annonçant son départ dans deux ans au plus tard, elle risque de souffrir d'une perte de crédibilité à l'international, en Europe notamment au moment où l'Union européenne traverse une crise.

Ce sera le cas aussi sur le plan intérieur avec l'arrivée prochaine d'une nouvelle personnalité à la tête de son propre parti, qui pourrait favoriser un cap politique différent.

Mme Merkel a indiqué à ce sujet qu'elle ne choisirait pas de successeur lors du congrès du parti de décembre. La compétition s'annonce du coup très rude entre partisans du maintien d'un cap modéré et ceux qui réclament un coup de barre conservateur face à la poussée de l'extrême droite anti-migrants.

(Avec AFP)

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Centrale Danone : Note d'information

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.