χ

Pluie d’hommages après la mort de Abdellah Baha

La mort tragique de Abdellah Baha, dimanche 7 novembre, a mis en émoi la classe politique marocaine. Une disparition accidentelle à l'âge de 60 ans qui laisse un grand vide au sein du PJD, mais aussi dans la vie politique marocaine en général.  

Pluie d’hommages après la mort de Abdellah Baha

Le 8 décembre 2014 à 18h13

Modifié 11 avril 2021 à 2h36

La mort tragique de Abdellah Baha, dimanche 7 novembre, a mis en émoi la classe politique marocaine. Une disparition accidentelle à l'âge de 60 ans qui laisse un grand vide au sein du PJD, mais aussi dans la vie politique marocaine en général.  

Dimanche en fin de journée à Bouznika, le défunt ministre de l’Etat était descendu de sa voiture pour examiner l'endroit où était décédé récemment, dans des circonstances accidentelles, le député Ahmed Zaïdi.

Au moment où il traversait la voie ferrée, il a été fauché par un train et est mort sur le coup. Mardi, la dépouille du défunt sera inhumée au cimetière Chouhada de Rabat après la prière d'Al Dohr.

Depuis dimanche soir, c’est la maison de Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD qui s’est substituée au domicile du défunt pour recevoir les condoléances. 

Aujourd’hui, la classe politique pleure la perte de M. Baha et salue unanimement ses qualités. Dirigeant historique de la formation islamiste, il fut l'un des premiers compagnons de route d’Abdelilah Benkirane, lequel lui vouait un profond respect, tout comme l’ensemble des membres du PJD, qui le décrivent comme un homme sage, intègre, discret et modéré. Abdallah Baha était plus qu’un compagnon de route de Abdelilah Benkirane, il était son alter ego, son frère siamois. La déclaration suivante, faite par Soumia Benkirane, fille du Chef du gouvernement, à Alyaoum 24, témoigne d’ailleurs de l'importance du défunt dans la vie de M. Benkirane: "Je ne peux pas imaginer mon père sans sa présence".

Pour Aïcha El Abbassi, responsable de la communication au sein du PJD, «la mort de M. Baha n’est pas seulement une perte pour le Parti, mais pour tout le Maroc». Un sentiment partagé par tous les membres du parti.

Pour Mustapha Baba, conseiller du ministre de l’Equipement et ancien secrétaire général de la jeunesse du PJD, «ssi Baha était un grand homme, apprécié de tous. Nous avons perdu un homme sage, noble et qui n’a jamais fait de mal à qui que ce soit. C’était aussi un leader. Benkirane nous disait souvent qu’il y avait ssi Baha et les autres. C’était quelqu’un de très spécial pour lui, et pour nous tous».

Sur le site du PJD, Abdelkader Amara, ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement a déclaré que «Abdellah Baha était un frère, un fidèle ami et un compagnon au sein du parti(…), il était un homme de valeur, un homme dont la bonté était connue de tous».

Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et du transport, est lui aussi très affecté par la mort du de M. Baha, comme le montre cette vidéo prise par Alyaoum 24 :

 

Sur le site du PJD, Aziz Rabbah a déclaré: «Nous avons perdu un père, un frère, un ami. Il était notre guide et notre mentor(…), son approche était basée sur la coopération, la modération et l’entente(…), il représentait notre parti et notre mouvement, mais pour lui la nation passait en premier».

Et même en dehors du PJD, les responsables politiques sont nombreux ce lundi à rendre hommage au défunt.

Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, déclare à Médias 24 : «M. Baha était un homme qui connaissait extrêmement bien les dossiers. Il avait aussi une grande connaissance de la société marocaine. C’était un conciliateur, un fédérateur, une force calme, un des plus grands piliers du gouvernement et du PJD. C’est une énorme perte pour le Maroc».  

Compagnon de route de Abdelilah Benkirane

Le Chef du gouvernement vient de perdre par là son homme de confiance, son confident, son compagnon de route et son plus proche conseiller. Les médias le surnommaient la «boîte noire» du PJD en raison de sa place stratégique au sein du parti, sa connaissance des dossiers politiques et sa grande proximité avec Abdelilah Benkirane.

Les deux hommes s’étaient d’ailleurs rencontrés dans les années 1970, alors qu’ils étaient tous deux étudiants à Rabat. Leurs deux premières rencontres ont eu lieu dans une mosquée, la première fois au quartier Akkari à Rabat et la seconde fois dans la mosquée du foyer universitaire.  

A l’époque, M. Baha suivait une formation d’ingénieur à l'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II d’où il sortira diplômé en 1979. Une grande amitié est alors née entre les deux hommes, qui constitueront un groupe d’étudiants militants à Rabat,   parmi lesquels Salaheddine El Othmani ou encore Mohamed Yatim.

Au début des années 80, M. Baha fait partie des fondateurs de la Jamaâ Islamiya, une organisation islamiste à l'origine du premier parti politique islamiste du pays. La présidence est alors confiée à Mohamed Yatim, qui sera secondé par Abdellah Baha. En 1985, Yatim est remplacé par Benkirane, mais Baha, alors enseignant chercheur à l’IAV, reste en place jusqu’au début des années 90.

En 1992, Ahmed Bensouda, conseiller du Roi Hassan II, appelle Benkirane au téléphone pour lui dire que son parti ne pourra pas participer aux élections. Ce à quoi Benkirane répond: «J’aimerais revenir demain vous voir en compagnie d’un autre dirigeant ». Le lendemain, «je suis revenu avec si Baha. C’était très sensible et je voulais sa présence. C’était notre premier contact avec le pouvoir à ce niveau de responsabilité», a souligné le Chef du gouvernement dans nos colonnes.

Abdallah Baha a occupé le poste de secrétaire général adjoint du PJD depuis 2004 et a été député de la circonscription de Rabat-Chellah pour trois mandats consécutifs, à compter des législatives de 2002. Il a également été vice-président de la Chambre des représentants (2007), chef du groupe PJD (2003/2006), président de la Commission de la justice, de la législation et des droits de l'Homme (2002/2003) et directeur de publication du quotidien «Attajdid» et des publications «Al Islah» et «Arraya». En janvier 2012, il a été nommé par le Roi Mohammed VI ministre d’Etat.

Condoléances royales

Dans un message de condoléances adressé au Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, le Roi Mohammed VI a indiqué avoir appris avec une profonde émotion et une grande affliction la nouvelle de l'accident tragique ayant coûté la vie au défunt.

Il a souligné que ce décès constitue une grande perte, non seulement pour la famille éplorée du défunt, mais également pour le Souverain et le gouvernement, eu égard à ses qualités de grand commis de l'Etat.

Le Souverain a également adressé un message de condoléances à la famille de feu Abdellah Baha, dans lequel il affirme que les nobles actions du défunt et ses qualités appréciées de tous restent l'unique consolation suite à sa disparition.

Le Roi a souligné les qualités d'empathie, de sagesse, de simplicité, d'intégrité, de compétence et d'altruisme qui étaient les siennes dans toutes les missions gouvernementales ou nationales que le défunt a assumées.

Il a dit aussi se remémorer, avec respect et considération, les qualités humaines de feu Baha et sa bonne réputation parmi ses amis et proches, ainsi que son fort attachement aux valeurs sacrées de la nation.

Médias 24 présente ses condoléances les plus attristées à la famille, aux amis et aux compagnons du défunt.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Centrale Danone : Communiqué de presse - Résultat de l'OPR

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.