χ

Bourse: Paris fait grise mine après une mauvaise série d'indicateurs

(AFP)

AFP

Le 1 octobre 2014

La Bourse de Paris a fini en net recul mercredi (-1,15%), les investisseurs faisant grise mine face à la morosité du secteur manufacturier, à la veille d'une réunion de la Banque centrale européenne.

L'indice CAC 40 a perdu 50,97 points à 4.365,27 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,4 milliards d'euros. La veille il avait gagné 1,33%.

Depuis plusieurs séances, l'indice joue au yo-yo, alternant les nettes baisses et les nettes hausses. Mercredi, la cote parisienne s'est très vite orientée dans le rouge, emportée par des chiffres d'activité manufacturière en Europe peu encourageants. La descente s'est encore accentuée dans l'après-midi, avec l'ouverture en baisse de Wall Street et des statistiques américaines sans éclat non plus.

"Aujourd'hui la cote revient à ce qu'on voit depuis plusieurs jours, où une séance plus positive alterne avec une séance négative, et l'indice reste coincé dans une fourchette comprise entre 4.330 et 4.430 points", a affirmé Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

"Les marchés sont plus nerveux, très indécis, des réactions très erratiques et beaucoup de spéculations autour des actions à venir des banques centrales, avec la réunion de la Banque centrale européenne jeudi mais également toujours la spectre d'une remontée des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine", a-t-il complété.

"Les chiffres globalement moroses de la journée ont pesé, en particulier l'indice manufacturier allemand décevant", a-t-il noté. "Cet après-midi, si le rythme des créations d'emploi dans le privé aux États-Unis a accéléré, l'indice ISM manufacturier a touché un plus bas en trois mois", a-t-il ajouté.

Le secteur manufacturier a en effet connu une quasi-stagnation en septembre dans la zone euro dans son ensemble et l'Allemagne est tombée à son plus bas niveau depuis juin 2013. En France, la contraction du secteur a ralenti.

Aux États-Unis en septembre, le rythme des créations d'emplois dans le secteur privé s'est accéléré, surprenant les analystes. A l'inverse, la progression de l'activité dans le secteur manufacturier a ralenti davantage que prévu, tandis que les dépenses de construction ont accusé une baisse surprise en août.

La place a par contre peu réagi à la présentation par le gouvernement français du budget 2015.

Les investisseurs restent dans l'attente des échéances les plus importantes de la semaine que sont la réunion de la BCE jeudi et le rapport mensuel sur l'emploi américain vendredi.

Parmi les valeurs, Orange a enregistré la plus forte baisse du CAC 40 (-4,12% à 11,42 euros), au lendemain de l'annonce par la banque publique d'investissement Bpifrance de la cession de 1,90% de l'opérateur français.

Nexans s'est effondré de 8,92% à 27,05 euros, en queue du SBF 120, après avoir publié un avertissement sur résultats et dit prévoir une stagnation de sa marge opérationnelle en 2014.

Neopost a chuté de 5,53% à 54,97 euros, après une nette baisse de son bénéfice net au premier semestre.

Air France-KLM a nettement reculé, perdant 4,42% à 7,1 euros alors que les syndicats de pilotes et la direction ferraillent de nouveau, après deux semaines de grève, à propos cette fois du décompte des jours non travaillés.

Euronext

Le 1 octobre 2014

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.