Samira El Abdi, première femme « agent de joueur » dans le football

Samira El Abdi est la première femme arabe qui a osé sauter les verrous et s’attaquer à un métier réputé machiste, "Agent de joueur". Elle a obtenu sa licence Fifa en 2012 suite à une formation universitaire étoffée. 

Samira El Abdi, première femme « agent de joueur » dans le football

Le 5 juin 2017 à 14h16

Modifié 5 juin 2017 à 14h16

Samira El Abdi est la première femme arabe qui a osé sauter les verrous et s’attaquer à un métier réputé machiste, "Agent de joueur". Elle a obtenu sa licence Fifa en 2012 suite à une formation universitaire étoffée. 

Depuis 2012, Samira EL Abdi est la première femme agent de joueur dans le monde arabe. Cette Marocaine qui est loin d’être une grande sportive a fini par devenir l’une des personnalités incontournables dans le milieu footballistique marocain. Et pourtant, rien ne laissait présager un tel parcours pour cette Oujdya.

Mère de 4 enfants, Samira El Abdi avait jusqu’en 2007 une vie plutôt paisible où elle gérait avec son mari l’entreprise familiale. Mais une envie de retrouver l’ambiance de l’université et les bancs de la fac refait surface. "C’est à ce moment-là que j’ai quitté le poste dans mon entreprise et je me suis inscrite à l’université", rembobine Samira EL Abdi.

Repartir à zéro

Une petite dizaine d’années après avoir quitté l’école, là revoilà qui fait son retour. "J’ai toujours été brillante à l’école et j’avais besoin de ce retour. Je suis fascinée par le droit et c'est peut être pour ça", raconte El Abdi à Medias24.

Ça tombe bien, l’université d’Oujda lançait la même année et pour la première fois au Maroc un cycle supérieur en droit, économie et management du sport. "Au début, j’ai été plus attirée par le droit, mais j’ai rapidement pris goût au management sportif. D’autant plus que nous avions des stages dans des fédérations et des clubs ça nous a beaucoup aidés", se rappelle El Abdi.

Cette transition et ce saut qu’elle fait dans le milieu du football ont coïncidé avec la volonté de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) de restructurer les clubs et leur gestion interne. Le club phare de sa ville, le Mouloudia Club d’Oujda (MCO), a voulu dépoussiérer lui aussi son fonctionnement. "J’ai rejoint le MCO en 2007, et j’ai occupé le poste de directeur général pendant 4 années. C’est une expérience qui m’a permis de me confronter au milieu du football et de constituer un petit réseau", raconte notre interlocutrice.

Au fur et à mesure de son cursus universitaire, cette quadra a aussi eu la chance de passer des formations. Qu’elles soient organisées par la FIFA ou la Fédération, ces formations lui ont permis de mieux déchiffrer les codes du sport numéro 1 dans le monde.

Du conseil juridique

Ce n’est donc qu’en 2012 qu’elle passe l’examen organisé par la FIFA au Maroc pour obtenir la licence d’agent de joueurs. "Nous étions 80 au début, ensuite nous sommes restés 35 pour un dernier test et seulement 8 d’entre nous ont réussi l’examen", se rappelle Samira El Abdi.

Une fois devenue "agent FIFA", elle a eu la brillante idée d’ouvrir son cabinet de consulting sportif et entamé une nouvelle vie. Elle a commencé par placer quelques joueurs à droite et à gauche avant de trouver sa voie. Alliant passion pour le droit et pour le sport, elle flaire le bon filon. "J’ai tout de suite compris que je dois davantage m’intéresser à l’aspect juridique dans le milieu du football et ça me réussit bien jusqu’à maintenant", explique fièrement Samira.

Son créneau, c’est la rédaction et la relecture des contrats, les conflits entre joueurs et clubs en plus du conseil juridique qu’elle fournit à ses poulains. "Il faut avoir une licence d’Agent FIFA pour pouvoir faire ceci. J’ai travaillé aussi avec les plus grands clubs du Maroc, comme le WAC, l’IRT, la RSB et plein d’autres", détaille notre interlocuteur.

C’est notamment grâce à cela, qu’elle a été membre dans des commissions au sein de la fédération Royale Marocaine de Football. Dans un premier temps, elle a participé au fameux "statut des joueurs" ainsi que les cahiers des charges permettant aux clubs d’obtenir le statut de club professionnel. "J’ai aussi été membre au sein de la commission juridique et disciplinaire de la Fédération", raconte notre agente de joueurs.

El Abdi n’a toutefois pas oublié que le transfert des joueurs est le cœur de son métier, sauf qu’elle semble découragée par la situation au Maroc. Elle est devenu le contact privilégié des clubs du Golfe quand ils veulent recruter un joueur africain. "Le football et sa gestion dans ces pays est mieux structuré et la règlementation est très stricte. C’est encourageant pour un agent et même pour le joueur", estime-t-elle. Cela dit, elle fait aussi le suivi pour aider le joueur à bien gérer sa carrière et même son image.

Installée à Oujda, notre interlocutrice se dit fière de ce qu’elle a accompli mais avoue que c’est un métier fatigant. "Je suis très souvent en déplacement, j’ai au minimum un aller-retour Casablanca-Oujda par semaine, mais du moment que c’est pour le travail je n’ai aucun problème", conclut cette agente.

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS: Activité du Premier Semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.