χ

Morocco-US Business Conference: automobile, énergie et marché africain pour convaincre

La 3e édition du "Morocco-US Business Development Conference" s’est ouverte ce 12 avril à Rabat. L’industrie automobile et énergétique et la volonté de faire du Maroc une passerelle des investissements américains vers l’Afrique étaient au centre des discussions.

Morocco-US Business Conference: automobile, énergie et marché africain pour convaincre

Le 13 avril 2016 à 15h30

Modifié 13 avril 2016 à 15h30

La 3e édition du "Morocco-US Business Development Conference" s’est ouverte ce 12 avril à Rabat. L’industrie automobile et énergétique et la volonté de faire du Maroc une passerelle des investissements américains vers l’Afrique étaient au centre des discussions.

Cette rencontre, qui a lieu tous les deux ans, s'inscrit dans le cadre du Dialogue stratégique conclu entre le Maroc et les USA en 2012. Son objectif est de booster les relations de partenariat et de coopération économique et de capitaliser sur les acquis réalisés en faveur de l'Accord de libre-échange (ALE) liant les deux parties depuis 2004.

Les 100 entreprises américaines présentes ont pu rencontrer des hauts fonctionnaires en charge de secteurs stratégiques au Maroc et des chefs d'entreprise de la CGEM, pour renforcer les partenariats existants et surtout identifier de nouvelles opportunités de commerce et d'investissement dans le royaume et en Afrique.

A l’issue de cette conférence, des visites de sites industriels et logistiques (Tanger, Kénitra) et de la Centrale solaire Noor I (Ouarzazate) sont prévues, pour montrer aux Américains les atouts du Maroc et sa capacité à être une plate-forme internationale pour l'investissement et le commerce.

Automobile et énergies, deux secteurs désertés par les Américains

Les discussions ont porté sur l’identification de créneaux dans le secteur de l’énergie et de l’entrée des investisseurs américains dans l’industrie automobile marocaine, qui connaissent une expansion sans précédent au Maroc.

Les intervenants marocains ont présenté le bond en avant du Maroc en matière industrielle (écosystèmes aéronautiques et industrie automobile) et l’engagement du pays dans le secteur des énergies renouvelables, avec la construction du plus grand complexe solaire au monde, Noor 1 (Ouarzazate).

La participation de Ford, General Motors, Kosmos Energy, Chevron, General Electric a été très remarquée, car il suffirait qu’une de ces multinationales investisse au Maroc pour que le reste des entrepreneurs américains franchissent le pas dans les secteurs de l’automobile et de l’énergie.

Si le Maroc a connu l’installation d’usines du constructeur français Renault (et bientôt Peugeot), et du constructeur canadien aéronautique Bombardier, les entreprises américaines sont encore à la traîne.

Notons que Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique se rendra les 14 et 15 avril à Seattle, aux rencontres d'affaires "Aerospace, Defense Suppliers Summit" pour étudier la possibilité d'une implantation de l'entreprise Boeing au Maroc.

Lors de la conférence, la présidente de la CGEM, Miriem Bensalah Chaqroun a souligné que si les échanges commerciaux ont triplé en une décennie (1 milliard de dollars en 2006, 3 milliards de dollars en 2015), les importations marocaines restent encore 4 fois supérieures aux importations américaines.

Elle a déploré la frilosité des investisseurs américains, en rappelant que moins de 150 de leurs entreprises sont installées au Maroc contre plus de 1.000 entreprises françaises et 800 espagnoles.

"Nous avons une population de 34 millions de personnes, soit 1/10 de la population américaine, un petit marché pourrait-on dire. Pourtant, le Maroc offre plus que son marché domestique: Il donne accès à un milliard de consommateurs, à travers 55 accords de libre-échange signés avec l'UE, la Turquie, la Jordanie, l'Egypte, les Emirats arabes unis, la Tunisie, et d'autres pays encore".

Ce constat a permis d’évoquer la nécessaire coopération triangulaire Etats-Unis-Maroc-Afrique, continent dans lequel le Royaume peut jouer un rôle de tremplin pour les entreprises d’outre Atlantique.

"L’Afrique est la destination, le Maroc est sa passerelle"

Pour Marcus Jadotte, secrétaire général américain adjoint, chargé du Commerce et de l’industrie, le Maroc est le seul pays africain avec lequel les Etats-Unis sont liés par un accord de libre-échange, qui érige ce pays en plaque tournante commerciale incontournable entre le continent africain, l’Europe et le Moyen-Orient, dans un environnement d’affaires stable et prospère.

L’ambassadeur américain Dwight Bush s’est quant à lui dit convaincu que la position géographique et la stabilité marocaine doivent encourager les sociétés américaines à s'y installer, pour développer leur commerce avec les continents africain et européen.

David Hamod, président et PDG de la Chambre nationale arabo-américaine de commerce (Nusacc) a déclaré que "Pour nous qui sommes présents dans 22 pays, le Maroc est unique, pour trois raisons: la sécurité et la stabilité, la transparence et la responsabilité et les opportunités qu'il offre."

Cette unanimité devrait encourager les hommes d’affaires américains à tirer profit des relations privilégiées que le Royaume entretient avec l’Afrique et de la forte présence des opérateurs économiques marocains dans des secteurs clés tels que la banque, le BTP,…

Si le Maroc a consolidé depuis 10 ans son ouverture aux investisseurs européens, le défi actuel est de faire en sorte que les investisseurs américains sautent le pas, pour profiter de ses opportunités d’affaires et du potentiel africain de son entregent.

Un autre élément qui devrait rassurer ces investisseurs est la signature jeudi 14 avril à Rabat du 2e programme d’aide Millenium Challenge Corporation (MCC) d’un montant de 450 millions de dollars, destiné à l’éducation et à la formation pour l'employabilité des jeunes et à la productivité du foncier.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

TAQA Morocco : Communiqué des résultats financiers du 4ème trimestre

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.