Mehdi Bensaid

Ex membre de la Chambre basse et ancien président de la commission des Affaires étrangères 

0-https://medias24.com//photos_articles/big/10-04-2020/Industrie-auto1.jpg-oui
L'après-pandémie : l'économie marocaine aura besoin de la même solidarité

Après la pandémie, l'économie marocaine aura besoin de la même solidarité

Le 10 avril 2020 à 13:07

Modifié le 10 avril 2020 à 13:33

Cela fait un peu plus de deux semaines que les Marocains sont confinés chez eux, un exercice inédit où le sens civique des citoyens est soumis à rude épreuve.

Quinze jours que les Marocains sont en guerre contre l’invisible, un ennemi qui rode mais qu’on ne voit pas, et dont on ne voit malheureusement que les fâcheuses conséquences, sur la santé de centaines de citoyens et le quotidien de millions d’autres.

Les crises sont un accélérateur de l’histoire, ils en sont également de dangereux points d’inflexion, qui ouvrent la porte à des changements radicaux et peuvent conduire à l’irréparable.

Comme l’économie-monde, le tissu économique marocain fait face au plus grand défi connu de la nouvelle ère, une économie bâtie en plusieurs décennies d’efforts et d’investissements peut se retrouver au bord du précipice à la suite de ce "freinage d’urgence" économique.

Les entreprises marocaines, qui ont longtemps été le fer de lance du développement national et des bâtisseurs du "bien-être" national, sont aujourd’hui soumises aux mêmes règles de confinement généralisé et subissent de plein fouet les conséquences, autant sociales que financières, de cette crise sanitaire mondiale.

Mais cette crise n’est pas éternelle, et la vie reprendra ses droits dès lors que le Covid19 sera vaincu. Et la question du lendemain se posera ardemment, comment notre économie se relèvera?

Priorité nationale 

Les lendemains seront certainement difficiles, et feront appel au même civisme et au même sens patriotique qui, aujourd’hui, fait la force de notre peuple et force l’admiration des voisins.

La pandémie du Covid-19 a ressuscité les réflexes du repli national, nous l’avons vu, notamment en Europe et aux Etats-Unis, la "priorité nationale" a connu une recrudescence tant dans les esprits que dans les réactions des dirigeants.

Ce réflexe, somme toute normal, ne manquera pas de se refléter sur le volume des investissements directs étrangers (IDE) au lendemain de la crise.

Les économies, mêmes les plus fortes, ont été les victimes collatérales de la crise sanitaire qui nous frappe. Et bien que notre pays soit globalement à l’abri d’une fragilisation extrême de son tissu économique, et ne semble pas, dans l’immédiat, subir le risque d’une faillite nationale; il ne pourra compter uniquement sur les IDE pour refaire démarrer une économie fragilisée par la crise.

L’Afrique, composante essentielle de l’économie marocaine, sortira immanquablement en état de grande fragilité de cette crise, et ne pourra tenir dans l’immédiat ses promesses de "qualification économique" ou de "reconversion économique"; les modèles dits de la "nouvelle économie", durable et verte, ne pourront être accessibles au lendemain de la crise à des économies fragiles et endettées.

Tirer le meilleur de la pandémie 

Au cœur de la "gueule de bois" promise à l’économie-monde au sortir de la crise du Covid-19, il conviendra de prolonger l’effort de "solidarité nationale" aux entreprises nationales.

Et alors qu’aujourd’hui, "l’Etat-providence" revient en force et met le seul intérêt du citoyen au cœur de son "effort de guerre", il nous reviendra à tous, au lendemain de la crise sanitaire et au cœur de la crise économique qui s’annonce, de prêter main forte aux entreprises nationales, et de poursuivre notre unité au service de notre économie, pour que notre marché intérieur puisse renforcer notre tissu industriel et économique.

L’approche "par le haut" a pris ses responsabilités tout au long de la présente pandémie en apportant une aide directe aux entreprises et aux ménages les plus fragiles.

Au lendemain du Covid-19, c’est une économie tirée par les citoyens dont nous aurons besoin.

Au lendemain du Covid-19, nous aurons besoin de braver les frontières du possible, nous aurons besoin d’innover.

Le Covid-19 a été un accélérateur de la digitalisation, un moteur qui nous a permis de voir que les cours à distance étaient possibles, et qu’ils pouvaient réussir; il nous a démontré que nous pouvions inventer, faire de la recherche, et arriver à de bons résultats; il nous a prouvé qu’en nous faisant confiance, nous pouvions réussir là où nous avons toujours pensé échouer.

Demain, il sera l’heure de pousser nos limites, de profiter de nos connaissances et de tirer le meilleur de nos compétences pour aller au-delà du cadre que nous nous étions tracés.

Le monde ne sera jamais plus comme avant, faisons en sorte d’en tirer le meilleur.

Pour cela, aujourd’hui et demain, consommons marocain, soutenons les entreprises marocaines et faisons-en sorte qu’un jour, tout cela nous ait été un marqueur important de notre histoire commune et de notre communauté de destin.

Mehdi Bensaid

Ex membre de la Chambre basse et ancien président de la commission des Affaires étrangères 

Après la pandémie, l'économie marocaine aura besoin de la même solidarité

Le 10 avril 2020 à13:27

Modifié le 10 avril 2020 à 13:33

Cela fait un peu plus de deux semaines que les Marocains sont confinés chez eux, un exercice inédit où le sens civique des citoyens est soumis à rude épreuve.

com_redaction-22

Quinze jours que les Marocains sont en guerre contre l’invisible, un ennemi qui rode mais qu’on ne voit pas, et dont on ne voit malheureusement que les fâcheuses conséquences, sur la santé de centaines de citoyens et le quotidien de millions d’autres.

Les crises sont un accélérateur de l’histoire, ils en sont également de dangereux points d’inflexion, qui ouvrent la porte à des changements radicaux et peuvent conduire à l’irréparable.

Comme l’économie-monde, le tissu économique marocain fait face au plus grand défi connu de la nouvelle ère, une économie bâtie en plusieurs décennies d’efforts et d’investissements peut se retrouver au bord du précipice à la suite de ce "freinage d’urgence" économique.

Les entreprises marocaines, qui ont longtemps été le fer de lance du développement national et des bâtisseurs du "bien-être" national, sont aujourd’hui soumises aux mêmes règles de confinement généralisé et subissent de plein fouet les conséquences, autant sociales que financières, de cette crise sanitaire mondiale.

Mais cette crise n’est pas éternelle, et la vie reprendra ses droits dès lors que le Covid19 sera vaincu. Et la question du lendemain se posera ardemment, comment notre économie se relèvera?

Priorité nationale 

Les lendemains seront certainement difficiles, et feront appel au même civisme et au même sens patriotique qui, aujourd’hui, fait la force de notre peuple et force l’admiration des voisins.

La pandémie du Covid-19 a ressuscité les réflexes du repli national, nous l’avons vu, notamment en Europe et aux Etats-Unis, la "priorité nationale" a connu une recrudescence tant dans les esprits que dans les réactions des dirigeants.

Ce réflexe, somme toute normal, ne manquera pas de se refléter sur le volume des investissements directs étrangers (IDE) au lendemain de la crise.

Les économies, mêmes les plus fortes, ont été les victimes collatérales de la crise sanitaire qui nous frappe. Et bien que notre pays soit globalement à l’abri d’une fragilisation extrême de son tissu économique, et ne semble pas, dans l’immédiat, subir le risque d’une faillite nationale; il ne pourra compter uniquement sur les IDE pour refaire démarrer une économie fragilisée par la crise.

L’Afrique, composante essentielle de l’économie marocaine, sortira immanquablement en état de grande fragilité de cette crise, et ne pourra tenir dans l’immédiat ses promesses de "qualification économique" ou de "reconversion économique"; les modèles dits de la "nouvelle économie", durable et verte, ne pourront être accessibles au lendemain de la crise à des économies fragiles et endettées.

Tirer le meilleur de la pandémie 

Au cœur de la "gueule de bois" promise à l’économie-monde au sortir de la crise du Covid-19, il conviendra de prolonger l’effort de "solidarité nationale" aux entreprises nationales.

Et alors qu’aujourd’hui, "l’Etat-providence" revient en force et met le seul intérêt du citoyen au cœur de son "effort de guerre", il nous reviendra à tous, au lendemain de la crise sanitaire et au cœur de la crise économique qui s’annonce, de prêter main forte aux entreprises nationales, et de poursuivre notre unité au service de notre économie, pour que notre marché intérieur puisse renforcer notre tissu industriel et économique.

L’approche "par le haut" a pris ses responsabilités tout au long de la présente pandémie en apportant une aide directe aux entreprises et aux ménages les plus fragiles.

Au lendemain du Covid-19, c’est une économie tirée par les citoyens dont nous aurons besoin.

Au lendemain du Covid-19, nous aurons besoin de braver les frontières du possible, nous aurons besoin d’innover.

Le Covid-19 a été un accélérateur de la digitalisation, un moteur qui nous a permis de voir que les cours à distance étaient possibles, et qu’ils pouvaient réussir; il nous a démontré que nous pouvions inventer, faire de la recherche, et arriver à de bons résultats; il nous a prouvé qu’en nous faisant confiance, nous pouvions réussir là où nous avons toujours pensé échouer.

Demain, il sera l’heure de pousser nos limites, de profiter de nos connaissances et de tirer le meilleur de nos compétences pour aller au-delà du cadre que nous nous étions tracés.

Le monde ne sera jamais plus comme avant, faisons en sorte d’en tirer le meilleur.

Pour cela, aujourd’hui et demain, consommons marocain, soutenons les entreprises marocaines et faisons-en sorte qu’un jour, tout cela nous ait été un marqueur important de notre histoire commune et de notre communauté de destin.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Sonasid : Indicateurs du troisième trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.