Tout savoir sur la délinquance juvénile au Maroc

Plus de 27.000 délinquants mineurs poursuivis dans le cadre de 24.204 affaires aux natures variées. La présidence du ministère public publie le bilan 2019 sur les catégories, âges, types de sanctions et la répartition géographique.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/14-01-2021/prison.jpg-oui
Tout savoir sur la délinquance juvénile au Maroc

Le 14 janvier 2021 à 17:19

Modifié le 14 janvier 2021 à 21:25

Selon la présidence du ministère public, 27.231 délinquants juvéniles ont été enregistrés au cours de l'année 2019. Il s'agit de mineurs qui n'ont pas atteint la majorité pénale fixée à 18 ans et qui ont commis des actes incriminés et punis par la loi. 

Compte tenu de leur jeune âge et de leur manque de discernement, les sanctions prévues à leur encontre ne sont pas aussi sévères que celles pensées pour les adultes, puisque la condamnation à mort ou à perpétuité sont exclues. Ils bénéficient également des audiences à huis clos et ne risquent pas de peines privatives de liberté lorsqu'ils sont âgés de moins de 12 ans. 

Dans son rapport annuel 2019, la présidence du ministère public a exposé les chiffres relatifs aux infractions commises par les délinquants juvéniles, leurs natures mais aussi l'âge et la répartition géographique des auteurs. 

27.231 mineurs objets de poursuites dans 24.204 affaires 

Dans le cadre du suivi des infractions commises par des délinquants juvéniles, les statistiques de l’année 2019 démontrent que le total des affaires enregistrées a atteint 24.204 pour lesquelles 27.231 mineurs ont été poursuivis. 

Le nombre d'affaires de délinquance juvénile a augmenté de 2,5% entre 2018 et 2019. De même pour le nombre de délinquants poursuivis (+2%).

2.289 parmi eux sont des filles dont 7 étrangères. Tandis que 92 des 24.942 garçons poursuivis ne sont pas de nationalité marocaine. 

31% des affaires (soit 7.571) portent sur des crimes contre les personnes et impliquent 8.717 mineurs. Suivies de quelque 6.000 affaires de crimes financiers, pour lesquelles plus de 7.000 mineurs ont été poursuivis. 

 

Parmi les crimes contre les personnes, commis par les 8.717 mineurs poursuivis en 2019, la présidence du ministère public indique que 5.619 d'entre eux ont été impliqués dans 4.845 affaires de coups et blessures, et plus de 1.000 dans 1.057 affaires d'injures publiques. Tandis que 41 d'entre eux ont été poursuivis dans le cadre de 38 affaires de kidnapping et séquestration, et 42, dont 6 filles, ont fait l'objet de poursuites pour des affaires d'homicides volontaires (30).

La présidence du ministère public révèle également que 41 affaires de viol dont les agresseurs sont 46 mineurs ont été enregistrées en 2019. Tandis que 347 affaires d'attentat à la pudeur avec violences ont été commis par 417 mineurs, dont 2 filles. 

Plus de 4.000 des 27.231 mineurs poursuivis en 2019 sont concernés par des affaires de crimes liés à la sécurité publique. 8 d'entre eux sont impliqués dans des actes terroristes, alors que 1.266 poursuites ont été lancées dans le cadre de 1.217 affaires de port d'arme. 

Pour la présidence du ministère public, l'implication des mineurs dans des affaires terroristes et de drogues, au cours de l'année 2019, a connu une "stagnation" par rapport à l'année précédente. 

Cela dit, les chiffres liés à certaines infractions ont légèrement ou moyennement augmenté. Il s'agit, entre autres, des affaires de vol, d'abus de confiance, d'ivresse sur la voie publique, etc. Ce qui nécessite, selon la présidence du ministère public, une analyse objective de ces phénomènes. 

Quant à l'augmentation significative des affaires liées à la mendicité, celle-ci s'explique par "les efforts fournis par les autorités pour lutter contre ce fléau qui exploite les enfants" puisqu'en 2019, 1.777 affaires ont été enregistrées contre 1.035 en 2018.

62,3% de délinquants juvéniles sont âgés entre 16 et 18 ans

En 2019, 82% des délinquants juvéniles poursuivis sont issus du milieu urbain et 17,5% d'entre eux (soit 4.758) se trouvent en zones rurales. 

La présidence du ministère public indique également que 99 parmi eux (soit 0,5%) sont des étrangers et 91,6% sont de sexe masculin. 

Quant aux tranches d'âge, les chiffres publiés par la présidence du ministère public montrent que la majorité (16.953 mineurs) sont âgés entre 16 et 18 ans et que les moins de 12 ans ne constituent que 1,6%. 

 Retour au foyer familial, emprisonnement, libération.. Une variété de mesures prises en 2019

Avant le prononcé du jugement, 24.089 mesures ont été prises à l'égard des délinquants juvéniles. Parmi elles, 2.490 détentions dans des établissements pénitentiaires, tandis que 13.718 mineurs ont été remis à leur famille. 

A noter que 2.482 ont été remis en liberté sous surveillance alors que 21 ont été internés dans des centres de santé. 

Les établissements de protection de l'enfance ont, quant à eux, accueilli 2.990 mineurs. Sachant que 2.388 "autres mesures" ont été prises mais leurs natures n'ont pas été précisées dans le rapport de la présidence du ministère public. 

Quant aux mesures prises suite aux jugements, le rapport de la présidence du ministère public indique que 11.628 mineurs ont été remis à leur famille, plus de 2.000 ont été placés dans des établissements de protection de l'enfance, 2.370 ont écopé d'une peine de prison ferme et 1.934 ont été relaxés. 

Tout savoir sur la délinquance juvénile au Maroc

Le 14 janvier 2021 à17:38

Modifié le 14 janvier 2021 à 21:25

Plus de 27.000 délinquants mineurs poursuivis dans le cadre de 24.204 affaires aux natures variées. La présidence du ministère public publie le bilan 2019 sur les catégories, âges, types de sanctions et la répartition géographique.

com_redaction-11

Selon la présidence du ministère public, 27.231 délinquants juvéniles ont été enregistrés au cours de l'année 2019. Il s'agit de mineurs qui n'ont pas atteint la majorité pénale fixée à 18 ans et qui ont commis des actes incriminés et punis par la loi. 

Compte tenu de leur jeune âge et de leur manque de discernement, les sanctions prévues à leur encontre ne sont pas aussi sévères que celles pensées pour les adultes, puisque la condamnation à mort ou à perpétuité sont exclues. Ils bénéficient également des audiences à huis clos et ne risquent pas de peines privatives de liberté lorsqu'ils sont âgés de moins de 12 ans. 

Dans son rapport annuel 2019, la présidence du ministère public a exposé les chiffres relatifs aux infractions commises par les délinquants juvéniles, leurs natures mais aussi l'âge et la répartition géographique des auteurs. 

27.231 mineurs objets de poursuites dans 24.204 affaires 

Dans le cadre du suivi des infractions commises par des délinquants juvéniles, les statistiques de l’année 2019 démontrent que le total des affaires enregistrées a atteint 24.204 pour lesquelles 27.231 mineurs ont été poursuivis. 

Le nombre d'affaires de délinquance juvénile a augmenté de 2,5% entre 2018 et 2019. De même pour le nombre de délinquants poursuivis (+2%).

2.289 parmi eux sont des filles dont 7 étrangères. Tandis que 92 des 24.942 garçons poursuivis ne sont pas de nationalité marocaine. 

31% des affaires (soit 7.571) portent sur des crimes contre les personnes et impliquent 8.717 mineurs. Suivies de quelque 6.000 affaires de crimes financiers, pour lesquelles plus de 7.000 mineurs ont été poursuivis. 

 

Parmi les crimes contre les personnes, commis par les 8.717 mineurs poursuivis en 2019, la présidence du ministère public indique que 5.619 d'entre eux ont été impliqués dans 4.845 affaires de coups et blessures, et plus de 1.000 dans 1.057 affaires d'injures publiques. Tandis que 41 d'entre eux ont été poursuivis dans le cadre de 38 affaires de kidnapping et séquestration, et 42, dont 6 filles, ont fait l'objet de poursuites pour des affaires d'homicides volontaires (30).

La présidence du ministère public révèle également que 41 affaires de viol dont les agresseurs sont 46 mineurs ont été enregistrées en 2019. Tandis que 347 affaires d'attentat à la pudeur avec violences ont été commis par 417 mineurs, dont 2 filles. 

Plus de 4.000 des 27.231 mineurs poursuivis en 2019 sont concernés par des affaires de crimes liés à la sécurité publique. 8 d'entre eux sont impliqués dans des actes terroristes, alors que 1.266 poursuites ont été lancées dans le cadre de 1.217 affaires de port d'arme. 

Pour la présidence du ministère public, l'implication des mineurs dans des affaires terroristes et de drogues, au cours de l'année 2019, a connu une "stagnation" par rapport à l'année précédente. 

Cela dit, les chiffres liés à certaines infractions ont légèrement ou moyennement augmenté. Il s'agit, entre autres, des affaires de vol, d'abus de confiance, d'ivresse sur la voie publique, etc. Ce qui nécessite, selon la présidence du ministère public, une analyse objective de ces phénomènes. 

Quant à l'augmentation significative des affaires liées à la mendicité, celle-ci s'explique par "les efforts fournis par les autorités pour lutter contre ce fléau qui exploite les enfants" puisqu'en 2019, 1.777 affaires ont été enregistrées contre 1.035 en 2018.

62,3% de délinquants juvéniles sont âgés entre 16 et 18 ans

En 2019, 82% des délinquants juvéniles poursuivis sont issus du milieu urbain et 17,5% d'entre eux (soit 4.758) se trouvent en zones rurales. 

La présidence du ministère public indique également que 99 parmi eux (soit 0,5%) sont des étrangers et 91,6% sont de sexe masculin. 

Quant aux tranches d'âge, les chiffres publiés par la présidence du ministère public montrent que la majorité (16.953 mineurs) sont âgés entre 16 et 18 ans et que les moins de 12 ans ne constituent que 1,6%. 

 Retour au foyer familial, emprisonnement, libération.. Une variété de mesures prises en 2019

Avant le prononcé du jugement, 24.089 mesures ont été prises à l'égard des délinquants juvéniles. Parmi elles, 2.490 détentions dans des établissements pénitentiaires, tandis que 13.718 mineurs ont été remis à leur famille. 

A noter que 2.482 ont été remis en liberté sous surveillance alors que 21 ont été internés dans des centres de santé. 

Les établissements de protection de l'enfance ont, quant à eux, accueilli 2.990 mineurs. Sachant que 2.388 "autres mesures" ont été prises mais leurs natures n'ont pas été précisées dans le rapport de la présidence du ministère public. 

Quant aux mesures prises suite aux jugements, le rapport de la présidence du ministère public indique que 11.628 mineurs ont été remis à leur famille, plus de 2.000 ont été placés dans des établissements de protection de l'enfance, 2.370 ont écopé d'une peine de prison ferme et 1.934 ont été relaxés. 

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Attijariwafa bank : Communiqué de presse Emprunt Obligataire Subordonnée décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.