Tanger : une école privée exige 625.000 DH pour inscrire une élève, l'AREF intervient

Condamnée à inscrire une élève, une école privée à Tanger décide de conditionner l'inscription par le règlement d'un montant de 625.000 DH. Après intervention de l'AREF, la fillette a finalement été inscrite.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/09-10-2020/Salle_de_classe_nature4.jpg-oui
Tanger : une école privée exige 625.000 DH pour inscrire une élève, l'AREF intervient

Le 09 octobre 2020 à 17:29

Modifié le 10 octobre 2020 à 10:52

625.000 dirhams par an ! A Tanger, ce sont les frais de scolarisation qu’exige une école privée contre l’inscription d’une élève. Son père a reçu une lettre en ce sens datée du 5 octobre et, depuis, elle est largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Le document cacheté par le directeur de l’établissement a été constaté par un huissier de justice. Nous l’avons authentifié auprès d'une source proche du dossier, qui nous annonce que l’Académie régionale d’éducation et de formation Tanger-Tétouan-Al Hoceima a ouvert une enquête.

Contacté par Médias24, le Directeur de l'AREF confirme : "Nous avons dépêché une commission le mardi juste après l'apparition du document. Une autre commission fera le déplacement lundi. Dans tous les cas, la fillette objet du document sera inscrite par le directeur de l'établissement", nous dit M. Mohammed Aouaj. 

L’école a justifié le montant demandé du fait que toutes les « classes sont déjà remplies » et qu’une nouvelle sera dédiée exclusivement à l’enfant, le coût ne pouvant pas « être réparti comme d’habitude entre plusieurs famille et sera par conséquent facturé entièrement » à l’intéressé.

Surfacturer pour déguiser un refus d’inscription ? Le document laisse suggérer que l’école a été contrainte d’inscrire l’élève suite à un « jugement » rendu par le tribunal. 

Tanger : une école privée exige 625.000 DH pour inscrire une élève, l'AREF intervient

Le 09 octobre 2020 à17:42

Modifié le 10 octobre 2020 à 10:52

Condamnée à inscrire une élève, une école privée à Tanger décide de conditionner l'inscription par le règlement d'un montant de 625.000 DH. Après intervention de l'AREF, la fillette a finalement été inscrite.

com_redaction-73

625.000 dirhams par an ! A Tanger, ce sont les frais de scolarisation qu’exige une école privée contre l’inscription d’une élève. Son père a reçu une lettre en ce sens datée du 5 octobre et, depuis, elle est largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Le document cacheté par le directeur de l’établissement a été constaté par un huissier de justice. Nous l’avons authentifié auprès d'une source proche du dossier, qui nous annonce que l’Académie régionale d’éducation et de formation Tanger-Tétouan-Al Hoceima a ouvert une enquête.

Contacté par Médias24, le Directeur de l'AREF confirme : "Nous avons dépêché une commission le mardi juste après l'apparition du document. Une autre commission fera le déplacement lundi. Dans tous les cas, la fillette objet du document sera inscrite par le directeur de l'établissement", nous dit M. Mohammed Aouaj. 

L’école a justifié le montant demandé du fait que toutes les « classes sont déjà remplies » et qu’une nouvelle sera dédiée exclusivement à l’enfant, le coût ne pouvant pas « être réparti comme d’habitude entre plusieurs famille et sera par conséquent facturé entièrement » à l’intéressé.

Surfacturer pour déguiser un refus d’inscription ? Le document laisse suggérer que l’école a été contrainte d’inscrire l’élève suite à un « jugement » rendu par le tribunal. 

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communiqué de presse de la société Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.