Salim Cheikh révèle les impacts positifs et négatifs de la pandémie sur 2M

En période de covid-19, 2M a réuni près de 20 millions de téléspectateurs quotidiennement. La durée d’écoute par individu a augmenté de 60%. En revanche, son chiffre d’affaires durant le mois de Ramadan a baissé d’environ 35 à 40%.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/15-06-2020/Siege2M1001.jpg-oui

Le 15 juin 2020 à 17:19

Modifié le 15 juin 2020 à 17:27

Lors d’une web conférence, organisée lundi 8 juin par le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), sous le thème: "Post-confinement, comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication?", Salim Cheikh, directeur général du groupe Soread 2M, a révélé les chiffres d’audience réalisés par la chaîne durant le confinement.

Près de 20 millions de téléspectateurs par jour

"Part rapport à l'avant-covid, nous avons remarqué que le nombre de spectateurs de télévision a augmenté de 10%, passant à 24 millions de téléspectateurs quotidiennement. A elle seule, 2M a réuni près de 20 millions de téléspectateurs par jour. Cette hausse a été immédiate, dès le début du confinement". 

"La durée d’écoute quotidienne par individu est, quant à elle, passée de 3h59 en mars, à 6h20 durant le confinement, soit une augmentation de 60% de la consommation de télé par individu, et c’est spectaculaire".

Les JT sont les plus regardés

"Sur 2M, nous avons 3 éditions du JT: la première à 12h45, la seconde à 20h15 en langue française, et la 3e en langue arabe, à 21h15".

"Les éditions de 12h45 et de 21h15, ont vu leur audience multipliée par 2 durant le confinement. Nous sommes passés à 4 millions de téléspectateurs à la mi-journée, et à près de 6 millions le soir. Pareil pour l'édition en langue française, dont l'audience a augmenté de 60%".

"L’émission 'Questions sur Corona', animée par Salah Eddine El Ghomari, dont le but est de répondre aux questions envoyées par les citoyens, a pu réunir près de 9 millions de téléspectateurs en un soir. C’est un record pour un programme d’informations, depuis que la mesure d’audience existe".

Salim Cheikh explique ces chiffres par deux principaux facteurs :

- "Premièrement, le mode de vie a changé. Le confinement a fait que plus de gens sont disponibles physiquement chez eux pour regarder la télé.

- Deuxièmement, il y a une appétence plus importante pour l’information".

"Durant cette période de crise, les fake news ont été une véritable sous-pandémie. Le citoyen revenait donc aux médias classiques pour s’informer".

Dans ce sens, le DG de 2M a rappelé deux études réalisées par l'Agence nationale de réglementation des télécommunications et le Haut-commissariat au plan, qui confirment que la TV est la principale source d’information du citoyen.

"D’après une étude réalisée en 2019 par l'ANRT, 73% de la population s’informent d’abord par la télévision, en ce qui concerne l'actualité. Les réseaux sociaux sont en 2e place (20%)".

"Une autre étude réalisée par le HCP durant la période du covi-19, a également montré, qu’en ce qui concerne les informations liées au virus, 87% des Marocains se sont d’abord informés sur les télévisions et les radios".

 Hausse de 10% du nombre de followers et d’interactions

M. Cheikh a également présenté les chiffres réalisés sur les réseaux sociaux. "Entre février (avant covid) et mai (pendant le covid), le nombre de followers de la chaîne a augmenté de 10% sur Facebook, Twitter et Youtube:

-Sur Facebook: on est passé de 5,6 millions à 6,2 millions d’abonnés ;

-Sur Twitter: nous sommes passé à 600.000 abonnés;

-Sur Youtube: nous avons atteint 5,1 millions d’abonnés ;

-Sur Instagram: le nombre d’abonnés est passé à 1,8 million, soit une augmentation de 28%."

"Ces chiffres sont plus parlants lorsqu’on connaît également le niveau d’interactions:

-Sur Facebook: le reach a été multiplié par 2. On est passé de 7 millions à 13 millions d'interactions;

-Sur Twitter: il a été multiplié par 2,5. Nous sommes passés de 11.000 à 29.000 interactions;

-Sur Youtube: nous sommes passés à 80 millions de vidéos vues en mai, contre 40 millions en février;

-Sur Instagram: nous sommes passés à 700.000 interactions, contre 340.000 auparavant", poursuit M. Cheikh.

"Il y a donc une évolution du comportement sur nos réseaux sociaux, qui a suivi quasiment la même tendance que sur la TV. Cela s’est également ressenti sur le site 2M.ma, 3e site marocain en termes d’audience, avec 36 millions de sessions par mois".

2M, un opérateur multimédia

"Tous ces chiffres nous amènent à tirer deux principales conclusions. La première c'est qu'au-delà des différents canaux de diffusion (TV, Radio, réseaux sociaux, application, site web), ce qui devient important aujourd'hui c'est la notion de 'marque média', et dans cette notion, le plus grand bénéfice à tirer durant cette période est la confiance. Le covid est l'occasion pour nous d’entériner et de renforcer le contrat de confiance qu’il y a entre le citoyen et le média", explique-t-il.

En second lieu, "la chaîne 2M est habituellement considérée comme un opérateur audiovisuel. C’est le moment de casser ce paradigme et de dire que nous sommes un opérateur multimédia".

"Selon nos calculs, nous effectuons 25 millions de contacts par jour avec les citoyens, à travers nos différents canaux, dont le tiers n’est pas un contact télé. La marque 2M touche le citoyen à plus de 39% à travers des supports non-télé".

Quels enseignements ?

"Notre métier a été très affecté durant cette période de crise", a déclaré M. Cheikh. "Les effets du covid-19 peuvent être résumés en trois notions principales: l’agilité, la proximité et l’isochronie".

Durant les trois derniers mois, "en tant que chaîne publique, nous devions continuer à informer, divertir, cultiver et sensibiliser le téléspectateur. La discontinuité n’était pas une option pour nous. Nous avons donc dû réadapter notre outil de production, notre organisation, nos ressources humaines, et nos mesures de sécurité pour livrer un produit 24h/24, ce qui a demandé beaucoup d’agilité. Cela s’est manifesté par plusieurs émissions en mode virtuelle, notamment les émissions de débats qui ont été toutes menées avec un animateur en studio et des intervenants sur Skype. Nous avons également réalisé énormément d’émissions de divertissement en mode 'à la maison'. L’animateur et les invités étaient chez eux, et se filmaient avec des smartphones ou des petites caméras".

"Il a également fallu effectuer une rupture de ton. Nous avons adopté la Darija comme langue de communication lors de l’émission présentée par Salaeddine El Ghomani. Le programme est très suivi, et nous recevons quelque 30.000 vidéos par jour".

"Enfin, le contenu de la télévision doit renvoyer ce que le téléspectateur vit au quotidien, non seulement en termes d’habitudes, mais aussi en terme de mood. Il a donc fallu épouser le mental du citoyen à chaque phase de la pandémie. Il y a eu une première phase où il fallait sensibiliser. Durant cette période, 40 spots de sensibilisation étaient diffusés chaque jour, dont une grande partie produite par 2M pour accompagner les efforts du gouvernement. Il a ensuite fallu opérer le switch, lorsque le téléspectateur, enfermé chez lui depuis plusieurs semaines, a eu un besoin d’évasion et de divertissement, et c’est tombé avec le mois de Ramadan. Nous avons donc réalisé des investissements très importants en termes de programmation, et nous avons pu réunir jusqu’à 14 millions de téléspectateurs pour certains programmes. Ca n’a jamais été le cas auparavant".

 Ramadan : Une baisse d’environ 35 à 40% du CA

"Durant la période du covid, nous avons été touchés par la réduction des budgets des annonceurs. Mais nous avons également pu observer que plusieurs secteurs ont continué à investir", a ajouté Salim Cheikh.

"Durant le mois de Ramadan, nous avons eu une importante baisse du chiffre d’affaires, mais elle était moins grave que ce à quoi on s'attendait. Cette baisse se situe entre 35 et 40%. 

 Perspectives pour l'avenir?

"On est dans une période un peu particulière, où la capacité d'adaptation va être importante pour survire et gagner des parts de marché. Il y aura donc une prime à l’audace, à la flexibilité et à l’agilité. C’est également une période de grandes opportunités".

"Pour les marques, elles doivent avoir un point de vue sur la société, et pouvoir exprimer une posture, quitte à fâcher une partie de la société. Nous devons avoir des marques plus empathiques, plus solidaires et plus patriotes", conclut le DG de 2M.

Salim Cheikh révèle les impacts positifs et négatifs de la pandémie sur 2M

Le 15 juin 2020 à17:27

Modifié le 15 juin 2020 à 17:27

En période de covid-19, 2M a réuni près de 20 millions de téléspectateurs quotidiennement. La durée d’écoute par individu a augmenté de 60%. En revanche, son chiffre d’affaires durant le mois de Ramadan a baissé d’environ 35 à 40%.

Lors d’une web conférence, organisée lundi 8 juin par le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), sous le thème: "Post-confinement, comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication?", Salim Cheikh, directeur général du groupe Soread 2M, a révélé les chiffres d’audience réalisés par la chaîne durant le confinement.

Près de 20 millions de téléspectateurs par jour

"Part rapport à l'avant-covid, nous avons remarqué que le nombre de spectateurs de télévision a augmenté de 10%, passant à 24 millions de téléspectateurs quotidiennement. A elle seule, 2M a réuni près de 20 millions de téléspectateurs par jour. Cette hausse a été immédiate, dès le début du confinement". 

"La durée d’écoute quotidienne par individu est, quant à elle, passée de 3h59 en mars, à 6h20 durant le confinement, soit une augmentation de 60% de la consommation de télé par individu, et c’est spectaculaire".

Les JT sont les plus regardés

"Sur 2M, nous avons 3 éditions du JT: la première à 12h45, la seconde à 20h15 en langue française, et la 3e en langue arabe, à 21h15".

"Les éditions de 12h45 et de 21h15, ont vu leur audience multipliée par 2 durant le confinement. Nous sommes passés à 4 millions de téléspectateurs à la mi-journée, et à près de 6 millions le soir. Pareil pour l'édition en langue française, dont l'audience a augmenté de 60%".

"L’émission 'Questions sur Corona', animée par Salah Eddine El Ghomari, dont le but est de répondre aux questions envoyées par les citoyens, a pu réunir près de 9 millions de téléspectateurs en un soir. C’est un record pour un programme d’informations, depuis que la mesure d’audience existe".

Salim Cheikh explique ces chiffres par deux principaux facteurs :

- "Premièrement, le mode de vie a changé. Le confinement a fait que plus de gens sont disponibles physiquement chez eux pour regarder la télé.

- Deuxièmement, il y a une appétence plus importante pour l’information".

"Durant cette période de crise, les fake news ont été une véritable sous-pandémie. Le citoyen revenait donc aux médias classiques pour s’informer".

Dans ce sens, le DG de 2M a rappelé deux études réalisées par l'Agence nationale de réglementation des télécommunications et le Haut-commissariat au plan, qui confirment que la TV est la principale source d’information du citoyen.

"D’après une étude réalisée en 2019 par l'ANRT, 73% de la population s’informent d’abord par la télévision, en ce qui concerne l'actualité. Les réseaux sociaux sont en 2e place (20%)".

"Une autre étude réalisée par le HCP durant la période du covi-19, a également montré, qu’en ce qui concerne les informations liées au virus, 87% des Marocains se sont d’abord informés sur les télévisions et les radios".

 Hausse de 10% du nombre de followers et d’interactions

M. Cheikh a également présenté les chiffres réalisés sur les réseaux sociaux. "Entre février (avant covid) et mai (pendant le covid), le nombre de followers de la chaîne a augmenté de 10% sur Facebook, Twitter et Youtube:

-Sur Facebook: on est passé de 5,6 millions à 6,2 millions d’abonnés ;

-Sur Twitter: nous sommes passé à 600.000 abonnés;

-Sur Youtube: nous avons atteint 5,1 millions d’abonnés ;

-Sur Instagram: le nombre d’abonnés est passé à 1,8 million, soit une augmentation de 28%."

"Ces chiffres sont plus parlants lorsqu’on connaît également le niveau d’interactions:

-Sur Facebook: le reach a été multiplié par 2. On est passé de 7 millions à 13 millions d'interactions;

-Sur Twitter: il a été multiplié par 2,5. Nous sommes passés de 11.000 à 29.000 interactions;

-Sur Youtube: nous sommes passés à 80 millions de vidéos vues en mai, contre 40 millions en février;

-Sur Instagram: nous sommes passés à 700.000 interactions, contre 340.000 auparavant", poursuit M. Cheikh.

"Il y a donc une évolution du comportement sur nos réseaux sociaux, qui a suivi quasiment la même tendance que sur la TV. Cela s’est également ressenti sur le site 2M.ma, 3e site marocain en termes d’audience, avec 36 millions de sessions par mois".

2M, un opérateur multimédia

"Tous ces chiffres nous amènent à tirer deux principales conclusions. La première c'est qu'au-delà des différents canaux de diffusion (TV, Radio, réseaux sociaux, application, site web), ce qui devient important aujourd'hui c'est la notion de 'marque média', et dans cette notion, le plus grand bénéfice à tirer durant cette période est la confiance. Le covid est l'occasion pour nous d’entériner et de renforcer le contrat de confiance qu’il y a entre le citoyen et le média", explique-t-il.

En second lieu, "la chaîne 2M est habituellement considérée comme un opérateur audiovisuel. C’est le moment de casser ce paradigme et de dire que nous sommes un opérateur multimédia".

"Selon nos calculs, nous effectuons 25 millions de contacts par jour avec les citoyens, à travers nos différents canaux, dont le tiers n’est pas un contact télé. La marque 2M touche le citoyen à plus de 39% à travers des supports non-télé".

Quels enseignements ?

"Notre métier a été très affecté durant cette période de crise", a déclaré M. Cheikh. "Les effets du covid-19 peuvent être résumés en trois notions principales: l’agilité, la proximité et l’isochronie".

Durant les trois derniers mois, "en tant que chaîne publique, nous devions continuer à informer, divertir, cultiver et sensibiliser le téléspectateur. La discontinuité n’était pas une option pour nous. Nous avons donc dû réadapter notre outil de production, notre organisation, nos ressources humaines, et nos mesures de sécurité pour livrer un produit 24h/24, ce qui a demandé beaucoup d’agilité. Cela s’est manifesté par plusieurs émissions en mode virtuelle, notamment les émissions de débats qui ont été toutes menées avec un animateur en studio et des intervenants sur Skype. Nous avons également réalisé énormément d’émissions de divertissement en mode 'à la maison'. L’animateur et les invités étaient chez eux, et se filmaient avec des smartphones ou des petites caméras".

"Il a également fallu effectuer une rupture de ton. Nous avons adopté la Darija comme langue de communication lors de l’émission présentée par Salaeddine El Ghomani. Le programme est très suivi, et nous recevons quelque 30.000 vidéos par jour".

"Enfin, le contenu de la télévision doit renvoyer ce que le téléspectateur vit au quotidien, non seulement en termes d’habitudes, mais aussi en terme de mood. Il a donc fallu épouser le mental du citoyen à chaque phase de la pandémie. Il y a eu une première phase où il fallait sensibiliser. Durant cette période, 40 spots de sensibilisation étaient diffusés chaque jour, dont une grande partie produite par 2M pour accompagner les efforts du gouvernement. Il a ensuite fallu opérer le switch, lorsque le téléspectateur, enfermé chez lui depuis plusieurs semaines, a eu un besoin d’évasion et de divertissement, et c’est tombé avec le mois de Ramadan. Nous avons donc réalisé des investissements très importants en termes de programmation, et nous avons pu réunir jusqu’à 14 millions de téléspectateurs pour certains programmes. Ca n’a jamais été le cas auparavant".

 Ramadan : Une baisse d’environ 35 à 40% du CA

"Durant la période du covid, nous avons été touchés par la réduction des budgets des annonceurs. Mais nous avons également pu observer que plusieurs secteurs ont continué à investir", a ajouté Salim Cheikh.

"Durant le mois de Ramadan, nous avons eu une importante baisse du chiffre d’affaires, mais elle était moins grave que ce à quoi on s'attendait. Cette baisse se situe entre 35 et 40%. 

 Perspectives pour l'avenir?

"On est dans une période un peu particulière, où la capacité d'adaptation va être importante pour survire et gagner des parts de marché. Il y aura donc une prime à l’audace, à la flexibilité et à l’agilité. C’est également une période de grandes opportunités".

"Pour les marques, elles doivent avoir un point de vue sur la société, et pouvoir exprimer une posture, quitte à fâcher une partie de la société. Nous devons avoir des marques plus empathiques, plus solidaires et plus patriotes", conclut le DG de 2M.

A lire aussi


Communication financière

Indicateurs trimestriels au 30.06.2020 de la société Afric Industries

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.