Regain d’optimisme chez les entreprises pour le reste de l’année (enquête CGEM)

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a publié les résultats de sa seconde enquête dans le cadre d’un baromètre lancé en avril dernier pour mesurer l’impact du Covid-19 et son évolution sur les entreprises du secteur privé.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/25-07-2020/CGEM1.jpg-oui
Regain d’optimisme chez les entreprises pour le reste de l’année (enquête CGEM)

Le 25 juillet 2020 à 12:24

Modifié le 25 juillet 2020 à 13:23

Premier constat : l’activité économique et l’emploi se sont dégradés à fin mai 2020 par rapport à fin mars 2020, mais les chefs d’entreprises sont sensiblement moins pessimistes quant aux prévisions pour le reste de l’année.

Une première enquête avait en effet été effectuée entre le 17 avril et le 1er mai (avec 1.856 entreprises sondées), tandis que la seconde a été réalisée entre le 19 juin et le 13 juillet. Au total, 3.304 entreprises ont été interrogées : 856 sont des petites entreprises (246 exportatrices contre 610 non exportatrices) et 666 des très petites entreprises (174 exportatrices contre 492 non exportatrices). Seulement 374 sont des grandes entreprises (194 exportatrices contre 180 non exportatrices) et 244 des autoentrepreneurs (28 exportateurs contre 216 non exportateurs). Le total des répondants emploie 494.164 salariés.

Les secteurs les plus représentés sont les services (31.2%), les industries manufacturières et extractives (22.2%), le tourisme et la restauration (16.9%), le commerce (8.9%) et le BTP et l’immobilier (8%).

Quant aux régions, les 12 sont représentées mais Casablanca-Settat concentre la moitié des entreprises sondées (50%), suivie de Rabat-Salé-Kénitra (11.62%), Marrakech-Safi (11.62%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (9.81%) et Souss-Massa (5.51%).

La CGEM précise que le baromètre de cette enquête s’est appuyé sur les mêmes questions que la première afin de comparer les projections et de mesurer les évolutions.

Des chefs d’entreprise plus confiants et donc moins pessimistes

Si l’activité économique a donc été marquée par une forte dégradation, due à la crise sanitaire et au confinement qui en a découlé, le baromètre de la CGEM observe une amélioration des prévisions pour le reste de l’année.

Ainsi, les prévisions pour les mois de novembre et décembre 2020 font état d’une baisse du chiffre d’affaires de respectivement 27.52% et 26.81%, contre 34.51% et 33.64% lors de la première enquête en mars. Le fait que les entreprises soient moins pessimistes ''dénote d’un léger regain de confiance des chefs d’entreprises'', analyse la CGEM. Et d’ajouter dans la foulée : ''Ce changement de perception pourrait être expliqué par les éléments suivants : la situation sanitaire du pays est restée relativement maîtrisée par rapport au reste du monde ; le déconfinement a démarré dans plusieurs pays, notamment européens ; les mesures d’accompagnement économiques qui ont été annoncées.''

Par rapport à ces mesures d’accompagnement économique, le baromètre indique que les entreprises ayant bénéficié de Damane Oxygène se projettent avec une baisse du chiffre d’affaires moins importante que celle déclarée par le total des répondants, malgré une baisse plus importante du chiffre d’affaires à fin mai 2020. Ainsi, les prévisions pour les mois de novembre et décembre 2020 chez les entreprises ayant bénéficié de Damane Oxygène, font état d’une baisse du chiffre d’affaires de 24.51% (novembre) et 23.50% (décembre).

De plus, 36,6% des entreprises ayant participé à la seconde enquête du baromètre ont demandé Damane Oxygène, alors que 63.4% ne l’ont pas demandé. Parmi les 1.208 entreprises qui en ont fait la demande, 922 ont reçu un avis favorable (76.3%), tandis que 286 ont vu leur demande rejetée (23.6%).

Quant au produit Damane Relance, seules 35.4% des entreprises sondées prévoient de l’utiliser. Ce manque d’engouement s’explique notamment par le fait que la population dont le dossier a été rejeté pour Damane Oxygène ne projette pas de soumettre une nouvelle demande de financement. Pour rappel, le produit Damane Relance a été lancé le 15 juin en faveur des petites, moyennes et grandes entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions de DH.

Les entreprises bénéficiaires de Damane Oxygène et qui prévoient de demander Damane Relance/Relance TPE sont celles qui ont le plus besoin de financement pour faire face à la reprise. Ainsi, les entreprises du BTP et de l’immobilier bénéficiaires de Damane Oxygène sont 85.71% à prévoir de demander Damane Relance/Relance TPE, contre 83.33% pour le secteur du transport et de l’entreposage ; 77.97% pour le commerce ; 77.31% pour les industries manufacturières et extractives ; 66.67% pour le tourisme et la restauration ; 64.29% pour l’agriculture, la sylviculture et la pêche ; 61.61% pour l’industrie culturelle et créative ; 55.56% pour les services ; 33.33% pour l’enseignement ; 25% pour l’artisanat ; 16.67% pour la santé.

Baisse plus grande du chiffre d’affaires

En dépit de l’amélioration des prévisions constatée par la CGEM, cette seconde enquête montre aussi que, par rapport à 2019, la baisse du chiffre d’affaires à fin mai 2020 est plus importante que celle à fin mars 2020, en raison du confinement.

Le secteur du tourisme et de la restauration enregistre la baisse du chiffre d’affaires la plus importante (-77.02 en mai 2020 contre -70.90 en mars 2020), suivi de l’artisanat (-70.87% en mai 2020 contre -50.80% en mars 2020), de l’industrie culturelle et créative (68.50% en mai 2020 contre 61.54% en mars 2020), de l’enseignement (63.90% en mai 2020 contre 43.57% en mars 2020), du BTP et de l’immobilier (63.71% en mai 2020 contre 46.95% en mars 2020) et du commerce (63.06% en mai 2020 contre 46.40% en mars 2020).

Recul net de la perception de la baisse d’emploi

En termes d’impact de la pandémie sur le maintien de l’emploi, l’enquête montre que la perception de la baisse d’emploi a reculé de 10 points en moyenne, à l’exception du secteur de l’agriculture. ''Ceci pourrait s’expliquer par l’adoption des mesures mises en place par le Comité de veille économique (CVE), notamment l’indemnité de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), qui ont contribué à la préservation des emplois.''

Il n’empêche que les secteurs du tourisme, de l’artisanat et des industries culturelle et créative restent pessimistes quant au maintien de l’emploi. ''La tendance est inversée pour les secteurs de l’agriculture et de la sylviculture et de la pêche qui prévoient un impact plus important'', souligne la CGEM.

Enfin, sur la question des délais de paiement, les résultats de l’enquête font état d’une hausse du délai moyen supplémentaire dans tous les secteurs, ce dernier atteignant 52 jours. ''La liquidité et la solvabilité des entreprises s’en trouveront impactées.''

Regain d’optimisme chez les entreprises pour le reste de l’année (enquête CGEM)

Le 25 juillet 2020 à13:23

Modifié le 25 juillet 2020 à 13:23

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a publié les résultats de sa seconde enquête dans le cadre d’un baromètre lancé en avril dernier pour mesurer l’impact du Covid-19 et son évolution sur les entreprises du secteur privé.

Premier constat : l’activité économique et l’emploi se sont dégradés à fin mai 2020 par rapport à fin mars 2020, mais les chefs d’entreprises sont sensiblement moins pessimistes quant aux prévisions pour le reste de l’année.

Une première enquête avait en effet été effectuée entre le 17 avril et le 1er mai (avec 1.856 entreprises sondées), tandis que la seconde a été réalisée entre le 19 juin et le 13 juillet. Au total, 3.304 entreprises ont été interrogées : 856 sont des petites entreprises (246 exportatrices contre 610 non exportatrices) et 666 des très petites entreprises (174 exportatrices contre 492 non exportatrices). Seulement 374 sont des grandes entreprises (194 exportatrices contre 180 non exportatrices) et 244 des autoentrepreneurs (28 exportateurs contre 216 non exportateurs). Le total des répondants emploie 494.164 salariés.

Les secteurs les plus représentés sont les services (31.2%), les industries manufacturières et extractives (22.2%), le tourisme et la restauration (16.9%), le commerce (8.9%) et le BTP et l’immobilier (8%).

Quant aux régions, les 12 sont représentées mais Casablanca-Settat concentre la moitié des entreprises sondées (50%), suivie de Rabat-Salé-Kénitra (11.62%), Marrakech-Safi (11.62%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (9.81%) et Souss-Massa (5.51%).

La CGEM précise que le baromètre de cette enquête s’est appuyé sur les mêmes questions que la première afin de comparer les projections et de mesurer les évolutions.

Des chefs d’entreprise plus confiants et donc moins pessimistes

Si l’activité économique a donc été marquée par une forte dégradation, due à la crise sanitaire et au confinement qui en a découlé, le baromètre de la CGEM observe une amélioration des prévisions pour le reste de l’année.

Ainsi, les prévisions pour les mois de novembre et décembre 2020 font état d’une baisse du chiffre d’affaires de respectivement 27.52% et 26.81%, contre 34.51% et 33.64% lors de la première enquête en mars. Le fait que les entreprises soient moins pessimistes ''dénote d’un léger regain de confiance des chefs d’entreprises'', analyse la CGEM. Et d’ajouter dans la foulée : ''Ce changement de perception pourrait être expliqué par les éléments suivants : la situation sanitaire du pays est restée relativement maîtrisée par rapport au reste du monde ; le déconfinement a démarré dans plusieurs pays, notamment européens ; les mesures d’accompagnement économiques qui ont été annoncées.''

Par rapport à ces mesures d’accompagnement économique, le baromètre indique que les entreprises ayant bénéficié de Damane Oxygène se projettent avec une baisse du chiffre d’affaires moins importante que celle déclarée par le total des répondants, malgré une baisse plus importante du chiffre d’affaires à fin mai 2020. Ainsi, les prévisions pour les mois de novembre et décembre 2020 chez les entreprises ayant bénéficié de Damane Oxygène, font état d’une baisse du chiffre d’affaires de 24.51% (novembre) et 23.50% (décembre).

De plus, 36,6% des entreprises ayant participé à la seconde enquête du baromètre ont demandé Damane Oxygène, alors que 63.4% ne l’ont pas demandé. Parmi les 1.208 entreprises qui en ont fait la demande, 922 ont reçu un avis favorable (76.3%), tandis que 286 ont vu leur demande rejetée (23.6%).

Quant au produit Damane Relance, seules 35.4% des entreprises sondées prévoient de l’utiliser. Ce manque d’engouement s’explique notamment par le fait que la population dont le dossier a été rejeté pour Damane Oxygène ne projette pas de soumettre une nouvelle demande de financement. Pour rappel, le produit Damane Relance a été lancé le 15 juin en faveur des petites, moyennes et grandes entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions de DH.

Les entreprises bénéficiaires de Damane Oxygène et qui prévoient de demander Damane Relance/Relance TPE sont celles qui ont le plus besoin de financement pour faire face à la reprise. Ainsi, les entreprises du BTP et de l’immobilier bénéficiaires de Damane Oxygène sont 85.71% à prévoir de demander Damane Relance/Relance TPE, contre 83.33% pour le secteur du transport et de l’entreposage ; 77.97% pour le commerce ; 77.31% pour les industries manufacturières et extractives ; 66.67% pour le tourisme et la restauration ; 64.29% pour l’agriculture, la sylviculture et la pêche ; 61.61% pour l’industrie culturelle et créative ; 55.56% pour les services ; 33.33% pour l’enseignement ; 25% pour l’artisanat ; 16.67% pour la santé.

Baisse plus grande du chiffre d’affaires

En dépit de l’amélioration des prévisions constatée par la CGEM, cette seconde enquête montre aussi que, par rapport à 2019, la baisse du chiffre d’affaires à fin mai 2020 est plus importante que celle à fin mars 2020, en raison du confinement.

Le secteur du tourisme et de la restauration enregistre la baisse du chiffre d’affaires la plus importante (-77.02 en mai 2020 contre -70.90 en mars 2020), suivi de l’artisanat (-70.87% en mai 2020 contre -50.80% en mars 2020), de l’industrie culturelle et créative (68.50% en mai 2020 contre 61.54% en mars 2020), de l’enseignement (63.90% en mai 2020 contre 43.57% en mars 2020), du BTP et de l’immobilier (63.71% en mai 2020 contre 46.95% en mars 2020) et du commerce (63.06% en mai 2020 contre 46.40% en mars 2020).

Recul net de la perception de la baisse d’emploi

En termes d’impact de la pandémie sur le maintien de l’emploi, l’enquête montre que la perception de la baisse d’emploi a reculé de 10 points en moyenne, à l’exception du secteur de l’agriculture. ''Ceci pourrait s’expliquer par l’adoption des mesures mises en place par le Comité de veille économique (CVE), notamment l’indemnité de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), qui ont contribué à la préservation des emplois.''

Il n’empêche que les secteurs du tourisme, de l’artisanat et des industries culturelle et créative restent pessimistes quant au maintien de l’emploi. ''La tendance est inversée pour les secteurs de l’agriculture et de la sylviculture et de la pêche qui prévoient un impact plus important'', souligne la CGEM.

Enfin, sur la question des délais de paiement, les résultats de l’enquête font état d’une hausse du délai moyen supplémentaire dans tous les secteurs, ce dernier atteignant 52 jours. ''La liquidité et la solvabilité des entreprises s’en trouveront impactées.''

A lire aussi


Communication financière

CFG Bank - Enregistrement note d’information CD

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.