Pharmacies d'officines: le secteur demande de la visibilité à Ait Taleb

Le conseil national de l’ordre des Pharmaciens a écrit au ministre de la santé pour lui demander de donner au secteur de la visibilité sur son avenir et plus précisément sur l’exécution des conclusions des commissions chapeautées par la Direction du médicament et de la pharmacie.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/20-01-2020/pharmacie1.jpg-oui
Pharmacie : le secteur demande de la visibilité à Ait Taleb

Le 20 janvier 2020 à 18:07

Modifié le 20 janvier 2020 à 20:54

Depuis son arrivée à la tête du département en octobre 2019, les représentants du secteur de la pharmacie tentent sans succès d'entrer en contact avec le ministre de la santé, Khalid Ait Taleb. C’est ce que nous confirme une source du Conseil National de l’ordre des Pharmaciens (CNOP). 

Le CNOP a envoyé plusieurs courriers au ministre de la santé pour le rencontrer et lui présenter le secteur ainsi que les problématiques que rencontrent ces acteurs. Leurs courriers sont restés lettres mortes. Une source du CNOP nous affirme que le conseil a de nouveau écrit au ministre, mais cette fois-ci pour lui demander de donner de la visibilité à un secteur déjà mal en point.

"Nous avons entamé plusieurs chantiers du temps de Anas Doukkali. Et dans le cadre de la continuité de l’Etat et de l’administration, nous avons écrit au nouveau ministre pour savoir ce qu’il en sera des chantiers entrepris avec son prédécesseur", nous confie notre source qui fait référence à un courrier du CNOP au ministre daté du 15 janvier.

Dans ce courrier dont Médias24 a copie, le CNOP informe le ministre d’un important travail qui a été mené tout au long de 2019 sous la houlette de la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP).

En effet, suite à une rencontre de Anas Doukkali avec les différentes représentations de la profession le 21 décembre 2018, trois commissions thématiques avaient été créées:

- Commission juridique.

- Commission des circuits du médicament et des sanctions disciplinaires.

- Commission chargée de la révision du décret de fixation des prix du médicament.

Ces commissions, qui ont tenu des réunions tout au long de 2019, ont statué sur des problématiques connues dans le secteur comme le non-respect des circuits de distribution des médicaments y compris les médicaments vétérinaires, l’instauration du droit de substitution des médicaments, élargir le champ de contrôle du médicament là où il se trouve… 

Mais l’arrivée du nouveau ministre, combinée au départ du directeur de la DMP ont eu pour conséquence de bloquer l’avancée de ces chantiers.

Les conclusions des commissions constituées pour avancer sur les problématiques du secteur de la pharmacie n’ont pu être mises en œuvre.

Le CNOP rappelle dans son courrier les principales recommandations validées des trois commissions :

-L’établissement d’une liste de médicaments dédiés aux établissement de santé.

- La mise en place d’une stratégie pour la maitrise et le respect des circuits de distribution des médicaments au Maroc grâce à un signe spécifique qui rend difficile le changement de forme des boites dédiées aux établissements de soins.

- La mise en place d’une commission élargie composée du ministère de tutelle, l’ONSSA, le SGG, les représentants des pharmacies et des vétérinaires pour examiner de près la question des médicaments vétérinaires en prenant en considération le code du médicament et les recommandations de l’OMS.

- Elargir le contrôle aux différentes entreprises, établissements et pharmacies selon les procédures en vigueur.

- Limiter les échantillons gratuits à deux boites par médecins conformément au code du médicament.

- Suppression des restrictions économiques qui impactent la stabilité des pharmacies à travers la publication des lois relatives aux compléments alimentaires et aux produits dermo-cosmétiques.

Le CNOP appelle donc le ministre à réactiver ces chantiers en mettant en place un agenda précis pour la mise en œuvre de ces recommandations.

Pharmacies d'officines: le secteur demande de la visibilité à Ait Taleb

Le 20 janvier 2020 à18:35

Modifié le 20 janvier 2020 à 20:54

Le conseil national de l’ordre des Pharmaciens a écrit au ministre de la santé pour lui demander de donner au secteur de la visibilité sur son avenir et plus précisément sur l’exécution des conclusions des commissions chapeautées par la Direction du médicament et de la pharmacie.

com_redaction-31

Depuis son arrivée à la tête du département en octobre 2019, les représentants du secteur de la pharmacie tentent sans succès d'entrer en contact avec le ministre de la santé, Khalid Ait Taleb. C’est ce que nous confirme une source du Conseil National de l’ordre des Pharmaciens (CNOP). 

Le CNOP a envoyé plusieurs courriers au ministre de la santé pour le rencontrer et lui présenter le secteur ainsi que les problématiques que rencontrent ces acteurs. Leurs courriers sont restés lettres mortes. Une source du CNOP nous affirme que le conseil a de nouveau écrit au ministre, mais cette fois-ci pour lui demander de donner de la visibilité à un secteur déjà mal en point.

"Nous avons entamé plusieurs chantiers du temps de Anas Doukkali. Et dans le cadre de la continuité de l’Etat et de l’administration, nous avons écrit au nouveau ministre pour savoir ce qu’il en sera des chantiers entrepris avec son prédécesseur", nous confie notre source qui fait référence à un courrier du CNOP au ministre daté du 15 janvier.

Dans ce courrier dont Médias24 a copie, le CNOP informe le ministre d’un important travail qui a été mené tout au long de 2019 sous la houlette de la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP).

En effet, suite à une rencontre de Anas Doukkali avec les différentes représentations de la profession le 21 décembre 2018, trois commissions thématiques avaient été créées:

- Commission juridique.

- Commission des circuits du médicament et des sanctions disciplinaires.

- Commission chargée de la révision du décret de fixation des prix du médicament.

Ces commissions, qui ont tenu des réunions tout au long de 2019, ont statué sur des problématiques connues dans le secteur comme le non-respect des circuits de distribution des médicaments y compris les médicaments vétérinaires, l’instauration du droit de substitution des médicaments, élargir le champ de contrôle du médicament là où il se trouve… 

Mais l’arrivée du nouveau ministre, combinée au départ du directeur de la DMP ont eu pour conséquence de bloquer l’avancée de ces chantiers.

Les conclusions des commissions constituées pour avancer sur les problématiques du secteur de la pharmacie n’ont pu être mises en œuvre.

Le CNOP rappelle dans son courrier les principales recommandations validées des trois commissions :

-L’établissement d’une liste de médicaments dédiés aux établissement de santé.

- La mise en place d’une stratégie pour la maitrise et le respect des circuits de distribution des médicaments au Maroc grâce à un signe spécifique qui rend difficile le changement de forme des boites dédiées aux établissements de soins.

- La mise en place d’une commission élargie composée du ministère de tutelle, l’ONSSA, le SGG, les représentants des pharmacies et des vétérinaires pour examiner de près la question des médicaments vétérinaires en prenant en considération le code du médicament et les recommandations de l’OMS.

- Elargir le contrôle aux différentes entreprises, établissements et pharmacies selon les procédures en vigueur.

- Limiter les échantillons gratuits à deux boites par médecins conformément au code du médicament.

- Suppression des restrictions économiques qui impactent la stabilité des pharmacies à travers la publication des lois relatives aux compléments alimentaires et aux produits dermo-cosmétiques.

Le CNOP appelle donc le ministre à réactiver ces chantiers en mettant en place un agenda précis pour la mise en œuvre de ces recommandations.

A lire aussi


Communication financière

Publication complémentaire suite à l’avis réunion de l’assemblée générale extraordinaire de la société ALUMINIUM DU MAROC SA

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.