Industrie : Ryad Mezzour dit tout Déficit budgétaire : une baisse en pourcentage mais une hausse en valeur absolue Appels au terrorisme contre le Maroc : le Club des avocats va réagir Le Code de procédure pénale fin prêt, Ouahbi expose les nouveautés Tourisme: après la levée du couvre-feu, la profession espère de nouveaux allègements Forum FAR-Maroc. Enquête sur ces « soldats » marocains 2.0 Airbus décroche une commande de 255 avions « A321 » La tension militaire créée par l’Algérie aux confins du Maroc pourrait embraser tout le Sahel Nabila Rmili répond aux récentes accusations Éducation nationale : Benmoussa relance le dialogue avec les syndicats La Station, nouvel espace de coworking à Rabat La Biennale de la danse en Afrique s’invite à Marrakech Covid. 45 nouveaux cas et 3 décès ce lundi 15 novembre 2021

Ce matin au Maroc

L’UE a décidé de mettre en place un mécanisme d’ajustement carbone à ses frontières à partir de 2023. Qu’est ce que cela veut-il dire ? Un importateur de l'UE achètera des certificats carbone correspondant au prix du carbone qui aurait été payé si les marchandises avaient été produites conformément aux règles de l'UE. Une sorte de taxe qui vient en supplément quand les procédés de fabrication du fournisseur ne sont pas verts, ne sont pas décarbonés.

Plus de 60% des exportations marocaines vont vers l’UE. La voiture marocaine, le vêtement marocain, le câble marocain,… ne seront plus les bienvenus ou devront être surtaxés s’ils ne répondent pas aux nouvelles exigences. Pour beaucoup, ce n’est pas un problème, car le Maroc est un des champions de l’énergie renouvelable. Or, la réalité est tout autre. Notre industrie est tout sauf décarbonée. C’est là le comble du paradoxe.

D’un côté, nous avons une énergie renouvelable disponible, qui peut être plus compétitive que l’énergie fossile. De l’autre, nous avons du mal à l’orienter vers notre tissu industriel pour qu’il puisse opérer sa mue. La raison ? Une libéralisation du secteur des EnR mal opérée, car à ce jour, la moyenne tension, la plus utilisée par la majorité des industriels, n’est pas ouverte à l’énergie renouvelable.

Les sources du blocage sont nombreuses. La réglementation, la crainte sur l’avenir de l’ONEE, l’attente d’une réforme plus globale,… On peut les énumérer toutes, mais dans le fonds, les raisons sont peu importantes, ce qui l'est c'est ce temps précieux que perdent les exportateurs, car 2023 c’est demain.

Dans un entretien accordé à Médias24, le nouveau ministre de l’industrie et du commerce assure qu’avec le nouveau gouvernement, les astres sont aujourd’hui alignés pour mettre en œuvre cette stratégie de décarbonation. Il promet des annonces imminentes. Espérons-le. Car le temps est compté.

H.G.


L'evenement

















Marchés financiers