Visas Schengen, un sésame de plus en plus difficile à obtenir au Maroc Concurrence : l’incroyable coût des transferts des MRE Drapor décroche son plan de sauvegarde sur cinq ans Tourisme : la suspension des vols d'EasyJet, une nouvelle tuile pour les fêtes de fin d’année Création d'un million d'emplois : voici ce que l'on sait Benmoussa / Syndicats : pas de retour sur les conditions de recrutement La loi sur la copropriété jugée insuffisante, une réforme s’impose Un fonds dédié au développement des exportations en gestation Zones industrielles : un objectif de 13.000 ha d’ici 2028 La livre turque plonge de 9% en une journée Visas : la France exige de rétablir le niveau de réadmission d'immigrés refoulés Récolte record de dattes pour la campagne 2020-2021 La Commission des investissements valide 13 projets pour plus de 2 MMDH Covid-19 : amélioration continue des indicateurs au Maroc, vigilance sur la situation en Europe Sahara : les Etats-Unis réaffirment leur soutien à l’initiative marocaine d’autonomie Maroc-France : discussions pour un processus plus fluide d’octroi des visas Schengen France-Maroc : l’AFD envisage une participation au Fonds Mohammed VI d’investissement Covid. 157 nouveaux cas et 2 décès ce mardi 23 novembre 2021

Ce matin au Maroc

Sauf extraordinaire, l'affaire des recrutements de 15.000 enseignants est close. La limitation de l'âge maximum des candidats à 30 ans avait été fortement contestée.
Cet épisode présente quelques leçons intéressantes pour le nouveau gouvernement :
-Le ministère de l'Education nationale a très tôt pris la mesure du danger qui menaçait de délégitimer toute la réforme. Il a réagi très vite, dès les premiers signes de grogne.
-Le ministre est lui-même monté au créneau dès le week-end, il a répondu à la presse.
-Prendre la parole, sans off, était très important pour convaincre.
-Selon nos sources, le chef du gouvernement a exprimé au ministre un soutien sans faille.
-Mais aucun des trois partis de la majorité n'est sorti de sa réserve pour appuyer publiquement le ministre Benmoussa. On peut même penser que si l'opinion avait basculé contre le projet, certains n'auraient pas hésité à le dénoncer.
Alors, nous disons ceci aux partis concernés: si, comme nous l'espérons tous, la réforme est menée à terme et réussit, ne venez pas revendiquer la victoire dans vos bilans à l'occasion des prochaines élections.

R. G.


L'evenement