Régionalisation : 35 milliards de DH d’investissements vont être lancés par 7 régions PLF 2022 : Éclairage sur l’obligation de déclaration des moyens de paiement aux frontières Vaccination : La 3e dose peut être administrée 5 mois après la deuxième

Ce matin au Maroc

Le dimanche 28 novembre, le Maroc avait annoncé la suspension des vols passagers dans les deux sens, à compter du mardi 30 novembre à zéro heure et pour deux semaines.

Le communiqué était endossé par le comité interministériel de suivi du Covid. Certes, il n'avait pas la forme stricte d'un communiqué officiel. Il manquait, comme d’habitude, les armoiries, l'en-tête, les signatures,… Mais au moins, cela s'appelait « communiqué » et il avait été diffusé par le canal officiel de l'agence MAP. L'effet de ce communiqué prend fin ce lundi à 23H59.

Mais ni les bateaux ni les avions ne reprendront les liaisons régulières des passagers car l'aviation civile et la marine marchande ont prolongé la suspension dans les deux sens jusqu'au 31 décembre inclus.
En d'autres termes, nous étions nombreux à critiquer le manque de formalisme du gouvernement dans ses communiqués relatifs aux restrictions. Cette fois-ci, eh bien, pas de communiqué !
C'est une décision de la Direction de l'aviation civile, et une autre de la marine marchande qui ont fait le job. La MAP a relayé l’information, et c'est son travail, en citant les sources proches du transport aérien.

Cette méthode est très discutable. Elle laisse place aux rumeurs et à la spéculation. Elle marginalise davantage une opinion publique qui en est réduite à consommer passivement les décisions. Ce qui au demeurant, fait croire que les décisions peuvent être prises en coulisses et emprunter des chemins inattendus ou méconnus, tels que ceux de l'aviation civile ou d'une compagnie aérienne nationale.
Allez ensuite convaincre le grand public qu'on ne lui cache rien. A l'approche de la date du 31 décembre, qui est la date de la fin supposée de la prolongation, vous reverrez le même emballement médiatique et la même confusion au sein de l'opinion publique.

R. G.


L'evenement