Forum FAR-Maroc. Enquête sur ces « soldats » marocains 2.0 Mairie de Rabat : des débuts sous haute tension PLF 2022 : La réponse de Nadia Fettah aux critiques Covid. Renforcement des contrôles à l’arrivée des voyageurs au Maroc Déficit budgétaire de 47,1 MMDH à fin octobre (TGR) Budget 2022: la forêt n’est plus la grande oubliée des stratégies sectorielles Casablanca : un budget en hausse en 2022 (+9%) Vidéos. Une émission américaine consacrée au Maroc Grosse saisie de chira à Guelmim, 5 interpellations Covid-19 : l’OMS reprend l’examen du vaccin russe Spoutnik V Produits de base: « Les stocks disponibles couvrent largement les besoins » (Nadia Fettah) La COP26 adopte un « pacte » critiqué pour accélérer la lutte contre le réchauffement climatique Libye: Le Sommet de Paris appelle à la tenue des élections à la date convenue Les jeunes avocats protestent contre leur situation professionnelle et juridique en crise Maroc-UE : le Conseil européen déposera un pourvoi contre la décision du Tribunal européen Covid-19 : moins de 1.000 primo-vaccinations ce dimanche 14 novembre

Ce matin au Maroc

L'obligation de Pass vaccinal est entrée en vigueur le jeudi 21 octobre, en milieu de semaine. La semaine s'était alors terminée avec 1.226.000 nouvelles doses administrées. La semaine suivante, on a atteint 1.540.000 doses. Ensuite, on est tombé à 459.000 doses. Ce dimanche, on vient de boucler la semaine avec 232.000 doses, seulement.
Après avoir complètement vacciné plus de 22 millions de marocains, il est tout à fait normal qu’un léger ralentissement survient car on cherche désormais à atteindre la population la plus réticente ou la plus indolente.
Mais le ralentissement observé est tout sauf léger. Nous frôlons l’arrêt de la vaccination.
Ce dimanche, on a enregistré à peine 800 primo-vaccinations. Du jamais vu. Comment en est-on arrivé là ?
Est-ce que le levier du Pass vaccinal a été mal actionné par le gouvernement et donc a eu l'effet inverse ?  Est-ce l’effet du discours des anti-pass et anti-vax qui devient plus audible que celui de nos décideurs et scientifiques ? Est-ce une combinaison des deux facteurs ?
Quoi qu’il en soit, il faut agir. Il faut un plan d’action d’urgence basé sur la communication, la sensibilisation et surtout le retour de confiance. Il faut occuper l’espace médiatique, apporter les éclairages, combattre les fake news,… Il faut inverser la tendance.
Le Maroc ne restera pas longtemps à l'abri de la nouvelle vague qui affecte l'Europe. Et aucun retour à une vie normale n’est à espérer en l’état actuel des choses. Si près de l'objectif, il ne faut pas que le ralentissement s'installe sur le terrain et dans les têtes. Le vaccin, c'est la règle. Les précautions sanitaires aussi.
La démocratie, n’est certes pas la dictature de la majorité, c’est surtout les droits des minorités. Mais, face à l’intérêt général, tous ceux qui ne souscrivent pas à la vaccination ni au Pass, n’ont qu'à rester confinés, jusqu’à la fin de cette pandémie. C'est leur droit. Et leur devoir. En Autriche, l'Etat a ordonné le confinement de toutes les personnes non-vaccinées.

R. G.


L'evenement



















Marchés financiers