Covid-19. Voici les taux de non-vaccination par région "Pas de couvre-feu ni de nouvelles restrictions, ce sont des rumeurs infondées" (source informée) USFP: la tentation de modifier les règles du jeu à la veille du congrès A la CGEM, Nadia Fettah répond aux interpellations des patrons Hausse des prix des vols de rapatriement : voici les arguments des compagnies aériennes RAM : programme détaillé des rapatriements jusqu’au 23 décembre Rumeurs de couvre-feu : "La situation sanitaire actuelle ne le justifie pas" (experts) Arrestation de 25 extrémistes, partisans de Daech, dans 17 villes au Maroc Le Maroc et le groupe de Visegrád construisent leur relation sur un socle solide de confiance (Bourita) Arrestation d'un extrémiste partisan de "l’État islamique" (BCIJ) USFP : la commission préparatoire veut ouvrir la voie à un 3e mandat de Driss Lachgar Amane Fethallah élue vice-présidente de l’Organisation maritime internationale Feuilles D’Afrique. Alger-Tunis, les dessous d’un deal financier La France prévoit de remplacer le pass sanitaire par le pass vaccinal Covid-19 : l'OMS valide le vaccin indien Covovax Covid. 186 nouveaux cas et un décès ce dimanche 19 décembre 2021

Ce matin au Maroc

Ce lundi 20 décembre 2021, commencera peut-être la première épreuve sérieuse pour le gouvernement et son ministre de la Justice en ce qui concerne l'obligation du pass vaccinal.
Ce jour-là, il sera interdit d'accéder au tribunal de première instance de la capitale économique, sans présenter un pass vaccinal. Cette mesure d'interdiction sera étendue à tous les tribunaux dès le mardi 21 décembre.
La mesure qui a été annoncée trouve son fondement dans une note conjointe du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), de la présidence du ministère public et du ministère de la Justice.
Certes, la Justice est indépendante. Mais le ministère de la Justice est co-signataire de cette note que Ouahbi a soutenue publiquement.
De plus, le gouvernement a du mal à imposer le pass vaccinal dans les différents espaces clos et les bâtimets publics. Et n'arrive pas à faire redémarrer la vaccination. C'est un peu comme s'il avait baissé les bras devant les réticences.
Le barreau de Casablanca, dans un communiqué ferme, appelle les avocats à ne pas respecter la décision conjointe et à refuser de présenter le pass vaccinal à l'entrée des tribunaux.
Les robes noires semblent organisées, solidaires, déterminées.
Un bras-de-fer en perspective. Si le ministre de la Justice cède, la position du gouvernement à l'égard du pass vaccinal sera affaiblie. S'il ne cède pas, c'est lui qui sera affaibli.

R. B.


L'evenement