χ

Tanger

Le 3 novembre 2017 à 0h00

Plusieurs légendes entourent l’origine de la ville de Tanger. D’après la mythologie grecque, c’est après avoir séparé l’Afrique de l’Europe et étouffé Antée qu’Hercule a marié son fils à Tinge, fille d’Antée. La ville porte dès lors le nom de Tingis.

Des générations d’artistes : peintres, écrivains, cinéastes,… ont tenté au fil des années de « saisir » la beauté unique de cette ville particulière, accueillante, espace de convergence entre l’Orient et l’Occident depuis l’ère phénicienne. Eugène Delacroix la décrivait en ces termes : « Le pittoresque abonde ici. A chaque pas, il y a des tableaux tous faits qui feraient la fortune et la gloire de vingt générations de peintres… »

Les plus grands artistes l’ont pris pour modèle. Les tableaux de Matisse et les aquarelles de Delacroix en témoignent bien sûr, mais aussi les toiles de José Tapiro, Charles Camoin, Eeckhout,… Le visiteur peut organiser une véritable chasse au trésor en revenant sur les lieux immortalisés par ces grands maitres.

Ville internationale pendant une bonne partie du 20ème siècle, c’est à Tanger que William S. Burroughs, Jack Kerouac et Allen Ginsberg ont puisé leur inspiration pour créer le mouvement de la contre-culture connu sous le nom de ‘Beat Generation’, donnant ainsi naissance, quelques années plus tard, au mouvement hippie. Une rue de la médina est d’ailleurs surnommée la ‘’rue des hippies’’, du temps où William Burroughs et Tennessee Williams y étaient voisins…

 

Cap Spartel, un site de légende à la croisée des flots

C’est l’un de ces rares endroits au monde où la géographie, l’histoire et le mythe convergent, pour nimber d’une aura mystérieuse l’un des principaux sites touristiques du Maroc. Le Cap Spartel, situé à une dizaine de km de Tanger, est un lieu de visite incontournable à plus d’un titre.

En ce point précis se croisent la Méditerranée et l’océan Atlantique, le promontoire du cap Spartel étant un lieu de rencontre privilégié aussi bien par les touristes que par les nationaux, qui viennent plonger leur regard dans les flots azurs avec, en arrière plan, une vue imprenable sur le versant sud de l’Espagne.
Longtemps craint par les marins en raison de ses vagues tumultueuses, le cap Spartel abrite le plus ancien phare du Maroc, toujours fonctionnel depuis sa construction en 1864. De couleur jaune et de forme rectangulaire, ce phare – bien que fermé au public, est l’un des principaux sites d’attraction du Cap.

 

Les environs recèlent bien d’autres centres d’intérêt mais aucun ne rivalise avec les fameuses grottes d’Hercule. Ce réseau de cavernes creusées par l’érosion des vagues est en effet l’une des premières destinations touristiques de Tanger. Selon la mythologie grecque, le grand Hercule venait y trouver le repos après avoir accompli ses 12 travaux légendaires.
Sombres et humides, ces grottes sont éclairées par une ouverture unique qui donne sur l’océan. Cette fenêtre, creusée à même la roche, alimente depuis des générations l’imaginaire des visiteurs – certains voyant en sa forme une reproduction inversée du continent africain.

A la fois site de légende et curiosité géographique, le Cap Spartel est un « must see » pour tout visiteur de passage dans la ville du détroit, dont la richesse et la beauté séduisent en revêtant une multitude de formes.
 

 

.

Le 3 novembre 2017

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Réunion de la commission en charge de la réforme des retraites