Les compagnies aériennes mettent en vente des billets "inutilisables" pour juin

Plusieurs compagnies aériennes proposent la vente en ligne de billets internationaux à partir du 1er juin alors qu’elles ne savent pas quand les frontières marocaines seront rouvertes. Selon une source fiable, si elles ne font que suivre la DGAC, il vaut mieux éviter de payer un billet en ligne et de se retrouver avec un avoir sans visibilité.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/13-05-2020/vol.jpg-oui
Les compagnies aériennes mettent en vente des billets

Le 13 mai 2020 à 16:21

Modifié le 14 mai 2020 à 13:20

Malgré la fermeture des frontières qui est valable « jusqu’à nouvel ordre », la RAM, Air France, RYANAIR … affichent sur leurs sites de vente en ligne, des billets pour des destinations internationales pour le mois de juin. Une offre qui ne présente aucune garantie pour le voyageur de pouvoir prendre son avion le jour choisi. 

La faute à la DGAC

Selon une source du ministère du Transport aérien, cette situation s’explique par le fait que la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), qui est l’autorité gouvernementale chargée du transport aérien, ne peut pas laisser ses partenaires dans l'expectative en affirmant que les frontières sont fermées « jusqu’à nouvel ordre ».

« En effet, tous les intervenants du secteur doivent absolument avoir une date quelconque ne serait-ce que pour maintenir en état de marche leur système informatique d’activités présente et future pour toute la chaîne de valeur (compagnies aériennes, handlers, caristes, catering …).

Des dates suggérées par l'autorité gouvernementale du trafic aérien

« Après l’arrêt à la mi-mars du trafic aérien des passagers, la DGAC a donc commencé par arrêter une date référence quelconque au 31 mars. Sans nouvelle de la date de réouverture des frontières, elle l’a reportée au 20 avril puis au 30 avril et enfin au 30 mai.

« Même si cela peut induire en erreur, cela ne veut pas dire que les vols reprendront le 1er juin prochain car en l’absence de visibilité à l’approche de cette date, la DGAC publiera certainement un nouveau NOTAM (notice to air-men ou message aux navigants aériens) reportant la reprise des vols à une date ultérieure », nous explique notre interlocuteur qui rappelle que l'obligation de nourrir le système informatique même avec une date fictive est pratiquée dans le monde entier.

Mieux vaut s’abstenir de réserver en ligne

« Ce n’est pas propre à notre pays, car la nécessité d’avoir une date d’activité ou de reprise d’activité est valable pour toutes les compagnies de la planète.

« C’est la raison pour laquelle, vous pouvez acheter en ligne des billets de tous les transporteurs alors que personne ne connaît la date exacte d’ouverture du ciel et du trafic », résume notre interlocuteur.

A la question de savoir quoi faire d’un billet qui ne sera sûrement pas valable en juin, faute de frontières et d'aéroport ouverts, notre source déclare, un peu gênée, qu’il sera soumis aux dispositions de la nouvelle loi sur la conversion en avoir, à savoir qu’il sera valable quand les liaisons finiront par reprendre.

En d’autres termes, il est donc préférable de s’abstenir de payer en ligne un billet qui non seulement ne sera pas valable le jour J mais qui en plus vous donnera droit à un simple avoir sans aucune visibilité.

Contacté par Médias24, le directeur général de l'aviation civile est resté injoignable.

Les compagnies aériennes mettent en vente des billets "inutilisables" pour juin

Le 13 mai 2020 à16:21

Modifié le 14 mai 2020 à 13:20

Plusieurs compagnies aériennes proposent la vente en ligne de billets internationaux à partir du 1er juin alors qu’elles ne savent pas quand les frontières marocaines seront rouvertes. Selon une source fiable, si elles ne font que suivre la DGAC, il vaut mieux éviter de payer un billet en ligne et de se retrouver avec un avoir sans visibilité.

Malgré la fermeture des frontières qui est valable « jusqu’à nouvel ordre », la RAM, Air France, RYANAIR … affichent sur leurs sites de vente en ligne, des billets pour des destinations internationales pour le mois de juin. Une offre qui ne présente aucune garantie pour le voyageur de pouvoir prendre son avion le jour choisi. 

La faute à la DGAC

Selon une source du ministère du Transport aérien, cette situation s’explique par le fait que la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), qui est l’autorité gouvernementale chargée du transport aérien, ne peut pas laisser ses partenaires dans l'expectative en affirmant que les frontières sont fermées « jusqu’à nouvel ordre ».

« En effet, tous les intervenants du secteur doivent absolument avoir une date quelconque ne serait-ce que pour maintenir en état de marche leur système informatique d’activités présente et future pour toute la chaîne de valeur (compagnies aériennes, handlers, caristes, catering …).

Des dates suggérées par l'autorité gouvernementale du trafic aérien

« Après l’arrêt à la mi-mars du trafic aérien des passagers, la DGAC a donc commencé par arrêter une date référence quelconque au 31 mars. Sans nouvelle de la date de réouverture des frontières, elle l’a reportée au 20 avril puis au 30 avril et enfin au 30 mai.

« Même si cela peut induire en erreur, cela ne veut pas dire que les vols reprendront le 1er juin prochain car en l’absence de visibilité à l’approche de cette date, la DGAC publiera certainement un nouveau NOTAM (notice to air-men ou message aux navigants aériens) reportant la reprise des vols à une date ultérieure », nous explique notre interlocuteur qui rappelle que l'obligation de nourrir le système informatique même avec une date fictive est pratiquée dans le monde entier.

Mieux vaut s’abstenir de réserver en ligne

« Ce n’est pas propre à notre pays, car la nécessité d’avoir une date d’activité ou de reprise d’activité est valable pour toutes les compagnies de la planète.

« C’est la raison pour laquelle, vous pouvez acheter en ligne des billets de tous les transporteurs alors que personne ne connaît la date exacte d’ouverture du ciel et du trafic », résume notre interlocuteur.

A la question de savoir quoi faire d’un billet qui ne sera sûrement pas valable en juin, faute de frontières et d'aéroport ouverts, notre source déclare, un peu gênée, qu’il sera soumis aux dispositions de la nouvelle loi sur la conversion en avoir, à savoir qu’il sera valable quand les liaisons finiront par reprendre.

En d’autres termes, il est donc préférable de s’abstenir de payer en ligne un billet qui non seulement ne sera pas valable le jour J mais qui en plus vous donnera droit à un simple avoir sans aucune visibilité.

Contacté par Médias24, le directeur général de l'aviation civile est resté injoignable.

A lire aussi


Communication financière

Communiqué de presse post Assemblée Générale Ordinaire de la société Aluminium du Maroc, réuni le 29 Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.